Le calendrier de ma grande est fabriqué à partir des pages d’un vieux livre lu 100 fois et de journaux jaunis datant des années 70.

La fée bricoleuse

CHRONIQUE / On s’en souvient. Comme tous mes jeux de lumière extérieurs se sont éteints un après l’autre quand j’ai tenté de les accrocher à ma galerie en 2015, depuis, ils brillent par leur absence. Deux ans plus tard, j’éliminais notre lutin. Malgré tout, la magie de Noël ne m’a jamais complètement quittée.

L’an passé, j’ai fabriqué un beau calendrier de l’Avent à ma petite à partir d’enveloppes destinées à envoyer des faire-part. Elle n’y a vu que du feu. Devant l’énorme succès qu’a connu mon bricolage, j’ai remis ça à l’horaire cette année. Et cette fois, j’y ai donné la claque ! Je n’ai pas fabriqué un, pas deux, mais trois calendriers de l’Avent ! Un pour la grande. Un pour la petite. Un pour le chum (aidée de notre petite). Une vraie fée bricoleuse de Noël.

Mais avant de parler de l’œuvre, mettons quelque chose au clair. Quand il est question de calendriers de l’Avent, bien que ça permette aux enfants de patienter avAnt Noël, on écrit calendrier de l’AvEnt. Plusieurs font l’erreur.

Ce mot tire ses origines du mot latin adventus qui signifie avènement. Ainsi, l’Avent est la période, pour les chrétiens, avant la naissance de Jésus. Elle commence le 4e dimanche qui précède Noël. La tradition du calendrier de l’Avent, elle, viendrait de l’Allemagne.

Au XIXe siècle, pour faire patienter les enfants jusqu’à Noël, les parents leur offraient des images saintes et pieuses chaque matin. En 1850, les images commencent à être plus décorées, avec du relief, de la dentelle, des fioritures. En 1908, un éditeur allemand flaire la bonne affaire et lance un calendrier en carton qui propose une image pour chaque jour jusqu’au 25 décembre. Les petites fenêtres à ouvrir, de leur côté, apparaissent en 1920 et l’idée d’y cacher des morceaux de chocolat s’est développée vers 1958. Depuis, les petites portes colorées cachent toutes sortes de friandises, surprises, permissions, jouets, bijoux, gugusses, demandes en mariage, etc. L’objet n’a de limite que l’imagination de celui qui le fabrique. Suffit, en gros, de savoir tenir une paire de ciseaux, de faire des nœuds qui tiennent et d’avoir suffisamment de colle en bâton pour que tout reste en place jusqu’au réveillon. Ah oui, le processus de création demande un brin de patience et d’organisation. Mais le jeu en vaut vraiment la chandelle.

Ceux qui ont tout oublié des heures passées devant l’Évangile en papier en 1979, sachez que Pinterest est maintenant là pour vous guider. Vous resterez surpris de découvrir tout ce qu’on peut faire avec un moule à muffins ou des rouleaux de papier de toilette dénudés.

Par exemple, le calendrier de ma grande est fabriqué à partir des pages d’un vieux livre lu 100 fois et de journaux jaunis datant des années 70. Celui de ma petite, que je voulais plus « enfant », est né d’emballages de cadeaux et de décorations pour le sapin. Inutile de se casser le pompon.

Dans leurs « enveloppes », les filles découvrent chaque matin des mots doux, des activités à faire en famille ou de petits privilèges. C’est quand même toute une gymnastique quand on pense que ce calendrier est créé en fonction de celui de décembre déjà rempli de cours et de spectacles de danse, de partys de bureau, de séances de magasinage et de rendez-vous divers... Mais il y a moyen de faire ça dans la joie.

Moi, pour éviter de stresser, je me suis prise d’avance. Une amie qui a quatre enfants a fait un seul gros calendrier rempli de surprises pour son quatuor. Une autre, plus dernière minute et plus écolo que nous, a décidé d’envoyer, par courriel, une qualité par jour à chacun de ses trois enfants.

Quand on a le temps, personnaliser le phénomène, c’est ce qui le rend plus magique. Prendre le temps d’écrire un mot aux enfants. De les encourager, de les féliciter, de leur dire qu’on les aime, ça n’a pas de prix.

Chaque année, au journal, la direction souligne les années d’implication des employés. La semaine dernière, pour la première fois, chaque personne dont ça faisait 5, 10 et 15 ans et plus de service a reçu un mot personnalisé rédigé et lu par son directeur immédiat. C’était très touchant. Un tel cadeau fait plus chaud au cœur que des sous-verres ou un jeu de cartes à l’effigie de La Voix de l’Est. Les collègues en parlaient encore le lendemain et le surlendemain. Visiblement, ç’a mis du soleil dans leur soirée.

À l’école de ma petite, chaque printemps, c’est la cérémonie des médailles. Ce soir-là, chaque élève se voit lire un mot rédigé par son enseignant. Un mot toujours accompagné d’une qualité. De la maternelle à la sixième, l’enfant en recevra donc sept. Je trouve que c’est une jolie façon de terminer l’année. Même chose avec le calendrier de l’Avent. Petits et grands vous le diront : ça fait leur journée.