Jean-Simon Gagné

Autrement dit

La distance

25 kilomètres

Longueur de l’embâcle qui s’était formé sur la rivière Athabaska, le 26 avril, à Fort McMurray, dans le nord de l’Alberta. Le barrage de glace a provoqué d’importantes inondations, qui ont forcé l’évacuation de 13 000 personnes. Toute proportion gardée, c’est comme si un bouchon de glace sur le fleuve Saint-Laurent s’étendait du pont de Québec jusqu’à Neuville...

Source : cbc.ca

En hausse

+ 123 %

Depuis le début de la pandémie, c’est l’augmentation des ventes de Plague inc., un jeu vidéo dont l’objectif consiste à répandre un virus à travers le monde, afin de tuer le plus de gens possibles. Un peu embarrassés par le regain de popularité de leur jeu, lancé en 2012, les créateurs ont versé 250 000 $ à des organismes combattant la pandémie. Ils annoncent aussi l’ajout imminent d’une fonction pour «sauver le monde». Ça ne nous rassure qu’à moité...

Source : Global News

La tendance

Le baby-sitter virtuel

Envie folle de ligoter le petit dernier, qui tape comme un sourd sur son xylophone, depuis des semaines? Du calme. En période de confinement, le babysitter virtuel est là pour vous. Même que le secteur connait un développement fulgurant, à travers toute l’Amérique du Nord. En Floride, la Babysitting Company offre des services de gardiennage en ligne, qui peuvent inclure des cours de langue ou de yoga. Mais il va de soi que la «séance» est adaptée aux besoins de votre enfant. Promis, juré, vous serez soulagé, du moins jusqu’à ce que preniez connaissance de la facture, qui tourne autour 36 $ pour une période de 45 minutes. «Je n’aurais jamais cru que j’offrirais ce genre de service», a confié la propriétaire de l’entreprise, Rachel Charlupski. Le plus grand défi pour un baby-sitter virtuel, selon elle? Ramener un enfant au bercail, lorsqu’il sort du champ de la caméra, disons pour retourner taper sur son xylophone… La boucle est alors bouclée, comme on dit.

Source : The Washington Post 

La question

À quoi ressemble l’après-confinement en Chine?

Tout de suite après le déconfinement, certains prédisaient que les consommateurs chinois allaient se ruer sur les commerces, «pour rattraper le temps perdu». Pour l’instant, ça ne s’est pas produit. En l’absence d’un vaccin, la prudence domine. Près de neuf restaurants sur 10 enregistrent une baisse de leur chiffre d’affaire d’au moins 50 %, par rapport à la même période, l’an dernier. Les résultats des hôtels semblent un peu plus encourageants...

Source : Association des hôtels de Chine, cité par Courrier international

En baisse

-15%

Diminution moyenne des aboiements d’un chien domestique, lors d’un épisode de confinement prolongé. Si le confinement ne réussit pas toujours à l’être humain, il en va tout autrement pour son animal domestique. En Europe, une vaste étude vient de calculer que les propriétaires «confinés» consacrent deux fois plus temps à promener leur ami canin. On constate aussi une augmentation de 43 % des «grattouilles» et des caresses». 

Source : Invoxia

Le salaire

3 $

Montant que reçoivent des volontaires pour une nuit passée à attraper des moustiques, dans le district de Bugesera, dans l’est du Rwanda. Ne vous méprenez pas. Le métier de chasseur de maringouins n’est pas de tout repos. Une forte proportion des bestioles de la région sont infectées par le Plasmodium falciparumune, l’un des parasites qui causent le paludisme (malaria) chez l’être humain. Il est si dangereux qu’il peut tuer 24 heures après l’apparition des premiers symptômes, en l’absence de traitement. On dira que la chasse sert une bonne cause. Toutes les captures sont remises à un laboratoire local. 

Source : The Atlantic

La comparaison

Proportion des résidences de soins pour les personnes âgées qui ont recensé au moins un cas de COVID-19

  • Au Québec : 10%
  • Aux États-Unis : 18%

Sources : The Washington Post et La Presse

Le chiffre

53

Nombre d’attaques quotidiennes menées par les talibans, au cours des deux dernières semaines, en Afghanistan. Depuis l’accord de paix conclu entre les États-Unis et les insurgés, le 29 février, la violence est à la hausse. Les talibans accusent les États-Unis de ne pas respecter leur promesse de libérer rapidement 5000 prisonniers. Du coup, la pandémie de coronavirus passe au second plan. Jusqu’ici, la COVID-19 a tué une quarantaine de personnes, en Afghanistan. Depuis le début du mois d’avril, les combats contre les talibans causent la mort de 25 à 40 soldats de l’armée afghane, chaque jour…

Source : The Washington Post

La citation

«Toute guerre a ses profiteurs.»

Extrait d’un communiqué de l’Ordre national des pharmaciens français, qui s’indigne de l’apparition soudaine de millions de masques de protection dans les grands magasins, alors que les professionnels de la santé en ont manqué cruellement, au cours des dernières semaines. «Où étaient ces masques quand nos médecins, nos infirmiers, nos pharmaciens, nos chirurgiens-dentistes, nos masseurs-kinésithérapeutes, nos pédicures-podologues, nos sages-femmes, mais aussi tous nos personnels en prise directe avec la maladie tremblaient et tombaient chaque matin?» peut-on y lire. Cette semaine, à grand renfort de publicité, les grandes chaînes de commerce au détail ont annoncé la vente de dizaines de millions de masque au public. Les magasins Carrefour en offrent 225 millions. Les Leclerc suivent de près, avec 170 millions.

Source : Les masques tombent, www.ordre.pharmacien.fr  

Question éclair

Quel méthode la ville suédoise de Lund a-t-elle employé pour éviter qu’une foule célèbre dans son plus grand parc «la nuit de Walpurgis», une fête très populaire?

a) Elle a déversé un tonne de fumier de poule;

b) Elle a éteint toute les lumières de la ville;

c) Elle a utilisé tous les camions de pompiers pour arroser le secteur;

d) Elle a installé deux énormes amplificateurs diffusant de la musique classique, à tue-tête;

e) Elle a libéré deux tigres du zoo local dans le parc.

+

+

+

Réponse : a) 

Source : The Guardian

La comparaison

  • Pourcentage des Américains confinés à la maison qui ont hâte de retourner dans un restaurant ou dans un bar :

54 %

  • Pourcentage qui ont hâte de retourner au travail : 

18 %

Source : YouGov Realtime 24-27 avril 2020