Éliane Gamache Latourelle

J’avais été charmé par Élianne

BILLET / Combien y ont cru? Plusieurs. Plusieurs ont été charmés par l’histoire de la jeune femme qui se disait devenue millionnaire à seulement 30 ans.

Moi le premier. J’ai lu les deux livres écrits sur l’histoire phénoménale de la femme d’affaires Éliane Gamache Latourelle. Heureusement, je n’ai perdu que ma naïveté. D’autres ont perdu de grosses sommes, rapportait La Presse + mercredi matin.

La jeune femme ayant exploité des pharmacies aurait berné plusieurs personnes qui voyaient en elle un mentor pouvant l’amener plus loin dans le monde des affaires.

Son aplomb, son énergie et son sérieux, autant dans ses écrits et ses entrevues, ont séduit nombre de personnes, peut-on maintenant constater. Même des gens d’affaires aguerris comme le dragon Serge Beauchemin avouent s’être fait prendre « par ses discours, ses mensonges, ses faux amis, sa fausse expertise et ses faux millions », a-t-il écrit sa page Facebook.

« J’ai pourtant eu des signaux de méfiance de la part de mon instinct, mais je ne les ai pas écoutés. Du moins pas aux premiers jours. »

En février 2016, elle avait accordé une entrevue à La Tribune. On décrivait cette « impressionnante » femme d’affaires de 32 ans comme une personne « érudite, affable et pétillante d’énergie ».

Personnellement, j’ai aussi cru à son histoire et ses recommandations révélées dans ses deux livres La jeune millionnaire « Une histoire vraie »… coécrits par Marc Fisher, quand même pas le dernier venu.

J’ai suivi la page Facebook d’Éliane Gamache Latourelle un bon bout de temps par la suite. J’aimais quand elle abordait les différents problèmes qui meublent les jours des gens d’affaires. Elle annonçait la tenue de conférences et autres événements auxquels elle prenait part.

J’avais même souhaité la voir devenir dragonne à la suite de l’annonce du départ de la femme d’affaires Danièle Henkel de l’émission Dans l’œil du dragon.

Je voyais en elle, une bougie d’allumage qui inciterait les jeunes et les femmes à se lancer en affaires, à une époque où le Québec en a bien besoin.

Un jour, sa page a changé du tout au tout. Ses « posts » ne montraient que des images de nuages flottant avec des messages peu cohérents pour celui voulant les raccrocher au monde des affaires.  

On sait maintenant, après avoir lu le long texte de la chroniqueuse Nathalie Petrowski, que Gamache Latourelle a vécu des moments difficiles, une impressionnante déroute, qui lui a valu d’importants problèmes personnels.

On le serait à moins. Éliane Gamache Latourelle, une pharmacienne, propriétaire de cinq pharmacies, a répété sur toutes les tribunes être partie en affaires avec « moins 20 000 $ » pour devenir millionnaire avant ses 30 ans.

À force de vivre dans ses illusions, à devoir tricoter pour faire croire des faits d’armes non véridiques, il est possible que le chemin devienne tortueux, qu’on veuille se pousser, vivre dans un ailleurs…

Après le faux chef Giovanni Apollo et le faux journaliste François Bugingo, peut-on parler de la fausse jeune millionnaire?

Lire aussi: Le phénomène Éliane Gamache Latourelle