On voulait mettre des étincelles, a lancé une Véronique Cloutier jamais déstabilisée, elle qui n’avait pas animé le gala depuis 2015.

Gémeaux: Véro livre un gala de feu!

CHRONIQUE / Véronique Cloutier a offert un des meilleurs galas des Prix Gémeaux des dernières années dimanche. Un tas de bonnes idées pour une soirée rythmée, drôle, surprenante, qui a largement récompensé «District 31», «Plan B» et «Unité 9». Glamour et magie étaient au rendez-vous.

On pouvait rechigner sur certains choix de nominations – où était Ruptures? Mais pour le reste, rien à redire sur les choix de l’Académie en ce qui concerne les gagnants. Et pourtant, on a frôlé la catastrophe quand un petit incendie s’est déclaré dans le décor en début de gala. On voulait mettre des étincelles, a lancé une Véronique Cloutier jamais déstabilisée, elle qui n’avait pas animé le gala depuis 2015. Son numéro d’ouverture, très dansant et riche en images, un hommage à notre télé, était spectaculaire, bien qu’un peu pompeux par moments. Outre le court monologue d’ouverture, un peu faible, le reste a coulé de source.

À LIRE AUSSI: Les Gémeaux couronnent «District 31»

Pour une deuxième année consécutive, Plan B a ravi l’Académie, qui lui a accordé le Gémeaux de la meilleure série dramatique, au détriment de Faits divers, encore une fois. Sophie Lorain, qui brille dans ce deuxième Plan B, a renoué avec les Gémeaux, quatre ans après son trophée pour Au secours de Béatrice. Récompensé pour Mensonges, Claude Legault a voulu saluer Yvon Leduc, cofondateur de la LNI, actuellement très malade. Unité 9 a eu son lot de prix dimanche, ceux de la meilleure série annuelle et de la meilleure actrice, décerné à Eve Landry pour son rôle de Jeanne, et qui l’attendait «depuis 26 ans». Belle façon de conclure l’aventure d’Unité 9, l’auteure Danielle Trottier en est presque venue aux larmes. Contre son «papa» Guy Nadon, Stéphane Demers a remercié TVA d’avoir accepté qu’un rôle principal dans O’ ne soit pas confié à une vedette. Pour une fois, c’est Charles O’Hara qui a gagné.

Après avoir été récompensée pour les textes, Florence Longpré l’a été pour son interprétation d’Ada dans M’entends-tu?, 14 fois en nomination. «J’étais tellement un enfant bizarre. Merci de m’avoir laissée dessiner sur mes murs, j’en ai fait un métier», a-t-elle envoyé à son père, les sanglots dans la voix. Christian Bégin et la réalisatrice Miryam Bouchard avaient été couronnés en après-midi pour cette même série, battue par Lâcher prise dans la catégorie des comédies. Très heureux pour Fabien Cloutier, récompensé pour son rôle dans l’excellente comédie Léo, et visiblement très touché.

Avec 16 nominations et sept prix en tout, District 31 domine au tableau des gagnants. Le méchant Yanick Dubeau a valu à Patrice Godin le Gémeaux du premier rôle masculin, alors qu’Hélène Bourgeois Leclerc a remporté celui du rôle féminin, après son trophée Artis du printemps. «Merci Luc Dionne, à cause de toi, y’a deux millions de personnes qui m’haïssent», a lancé Godin à l’auteur de la série la plus regardée de la télé. La quotidienne de Luc Dionne a même décroché le prix du public, contre des titres comme Ruptures et En direct de l’univers. Clash, seule autre série éligible pour le trophée des quotidiennes, n’était pas de taille pour affronter District 31. «On n’a pas autant de moyens, mais on a autant de talents et de passions. On va rester pour et avec le public québécois», a dit Fabienne Larouche, chaudement applaudie, au sujet des Netflix et compagnie.

Beaucoup de bonnes idées dans les numéros de présentation, à peu près tous réussis. Franchement drôle ce quatuor de compétiteurs pour la première présentation, Guy A. Lepage, Julie Snyder, Christian Bégin et Charles Lafortune. L’harmonie a rapidement laissé place au sarcasme et aux «bitcheries». «J’me tanne jamais de voir toujours les mêmes personnes recevoir les mêmes petites cartes funny de Dany», a envoyé Bégin à Guy A., avant de se faire dire par Lafortune: «Moi, j’ai un char. Toi, t’as un scooter.» Puis: «tu salueras ta gang de surdoués d’Occupation double a-t-il lancé à Julie, qui ne pouvait s’empêcher celle-ci sur Star Académie: «ça faisait juste trois millions de cotes d’écoute, c’pas sûr qu’ils vont me reprendre.»

Les très fâchés Sébastien Dubé des Denis Drolet et Pierre Hébert ont offert un numéro génial de démolition des émissions de variétés en nomination. Elles y ont toutes passé, dont Révolution, une émission où «ça garroche des foulards, ça braille», a lancé le Denis barbu. Ou 1res fois, animée par «la guédaille qui change de tête sans arrêt». Même En direct de l’univers y a goûté, mais Révolution a remporté le prix. Une des meilleures idées était la vidéodescription des extraits de téléréalité par des vedettes telles que Jean Leloup (oui, oui, le vrai), le Denis à palettes, Sonia Vachon, et même Marc Cassivi pour Occupation double Grèce et Rodger Brulotte pour XOXO! On en aurait pris encore.

Il n’y a pas trop d’«émissions de vedettes qui se parlent entre vedettes», selon Jean-Philippe Dion, qui a reçu le prix de la meilleure émission ou série d’entrevues ou talk-show pour La vraie nature, et présenté par les sensations du tennis Félix Auger-Aliassime (sur scène) et Bianca Andreescu (sur écran). Un autre prix mérité, comme celui du Bye Bye 2018, remis à une équipe qui sera renouvelée en décembre. Pierre Brassard paraissait un peu amer, non? Ovation pour Béatrice Picard, dont on a souligné les 71 ans de carrière, en plus de la couronner de nouveau, 61 ans après le Gala des Splendeurs, dont on a vu un extrait. Hommage imprévu, court mais senti et chaudement applaudi.

Mais le moment le plus émouvant nous a certainement été offert en fin de soirée par tous ces gens auxquels on s’est attaché, de séries comme De garde 24/7, Deuxième chance et 180 jours. Voilà qui mettait fin à une soirée flamboyante, sans temps morts, qui devrait encore appartenir à Véronique Cloutier l’année prochaine.

Pour commenter, rendez-vous sur ma page Facebook.

Suivez-moi sur Twitter.

Consultez QuiJoueQui.com.