La Tribune
Serge Denis
La Tribune
Serge Denis
Sami Aoun : « Le moment le plus tragique et le plus inquiétant de l’ère Trump a été la prise du Capitole. C’est ce jour-là que comme chercheur et enseignant, nous avons remarqué qu’il y avait un mouvement assez fort et menaçant pour déstabiliser la démocratie américaine. »
Sami Aoun : « Le moment le plus tragique et le plus inquiétant de l’ère Trump a été la prise du Capitole. C’est ce jour-là que comme chercheur et enseignant, nous avons remarqué qu’il y avait un mouvement assez fort et menaçant pour déstabiliser la démocratie américaine. »

Faut-il s’inquiéter des extrémistes?

Le terrorisme et l’extrémisme violent occupent une place prépondérante dans l’actualité politique mondiale depuis le choc du 11 septembre 2001. Une peur nouvelle s’est installée en Occident, particulièrement à l’endroit du terrorisme djihadiste, et des attentats successifs, de manière plus soutenue en Europe, l’ont renouvelée périodiquement. Ces événements ont masqué une montée constante des groupes d’extrême droite durant la même période, surtout en Amérique du Nord, dont la plus spectaculaire manifestation a eu lieu le 6 janvier lors de l’assaut contre le Capitole, siège de la démocratie étatsunienne, après l’appel du président sortant Donald Trump. « Depuis 2002, l’extrême droite a fait plus de victimes que le djihadisme en Amérique du Nord », soutient David Morin, professeur à l’École de politique appliquée à l’Université de Sherbrooke. Celui-ci vient de publier, avec son collègue Sami Aoun, le livre Le nouvel âge des extrêmes : Les démocraties occidentales, la radicalisation et l’extrémisme violent*, qui fait le point sur le sujet avec une quarantaine de spécialistes d’une dizaine de pays occidentaux. S’ils conviennent que l’extrémisme violent a moins fait les manchettes depuis le début de la pandémie, les deux professeurs rappellent que le contexte d’isolement a non seulement soulevé des peurs nouvelles, mais a plongé les gens vers les réseaux sociaux, devenus un lieu de rencontre de tous les extrémismes en ce jeune siècle des identités.