La victoire de Doug Jones est une véritable gifle pour Donald Trump. Les républicains n’ont plus qu’un siège de majorité au Sénat.

Enfin des bonnes nouvelles!

CHRONIQUE / On accuse souvent les médias de ne s’intéresser qu’aux mauvaises nouvelles. Ce n’est pas aussi simple… À preuve, l’importance accordée à l’élection au Sénat américain du démocrate Doug Jones, aux dépens du poulain de Donald Trump, Roy Moore. C’est une mauvaise nouvelle pour Trump, mais quelle bonne nouvelle pour l’humanité!

«Votez pour Roy Moore, avait tweeté Donald Trump la veille du scrutin. Doug Jones [le candidat démocrate] est en faveur de l’avortement, mou sur la criminalité, l’armée et l’immigration, mauvais pour les propriétaires d’armes à feu, les vétérans, et opposé au mur [à la frontière du Mexique]. Roy Moore va toujours voter avec nous».

Ce que le président aurait pu ajouter, c’est que son candidat fait l’objet d’allégations de harcèlement sexuel, qu’il a déjà dit que l’homosexualité devrait être déclarée illégale, que la dernière fois que l’Amérique a été «grande» c’est durant la période de l’esclavage, et qu’il a déjà comparé le Coran à Mein Kampf.

Si la défaite d’un tel homme n’est pas une bonne nouvelle pour vous, elle en est une pour moi. Parce qu’avec une majorité réduite à une voix au Sénat, Donald Trump ne pourra plus faire ses quatre volontés.

Autre bonne nouvelle? Cette déclaration-choc du président français Emmanuel Macron : «On est en train de perdre la bataille» contre les changements climatiques. 

Je sais bien que ça n’a pas l’air d’une bonne nouvelle, mais c’en est une. Parce que c’est le seul moyen de sortir l’humanité de sa torpeur et d’accélérer les efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Encore une bonne nouvelle : la décision du gouvernement Trudeau d’acheter des avions de chasse usagés de l’Australie. De prime abord, ça fait république de bananes, c’est vrai! Mais ça nous donne l’occasion de faire un doigt d’honneur à la compagnie Boeing qui voulait nous vendre son Super Hornet, tout en nous poignardant dans le dos avec des tarifs exorbitants sur la CSeries de Bombardier.

Espérons cependant que les CF-18 usagés de l’Australie ont été bien inspectés. Parce que l’achat de quatre sous-marins usagés du Royaume-Uni pour 750 millions $, en 1998, nous a coûté une fortune en réparations. Et les sous-marins ont presque toujours été à quai parce que ce sont des citrons.

Vous en voulez une autre? Philippe Couillard s’est rangé une fois de plus derrière le projet de train à grande fréquence de VIA Rail, pour relier Québec à Montréal. Le premier ministre n’a pas abandonné son appel à la créativité québécoise pour les transports, mais il a mis un bémol sur les idées de monorail Québec-Montréal soulevées à l’issue du congrès libéral à la fin de novembre.

Je ne sais pas qui avait mis cette idée dans le discours de M. Couillard, et surtout, pourquoi? Je veux bien que le programme électoral des libéraux nous offre un «nouveau Québec», mais ce n’est pas avec la science-fiction qu’on va convaincre les Québécois. Autant aller voir le nouveau Star Wars. C’est divertissant, mais personne ne croit que c’est vrai.

Puisqu’on parle de l’espace, Donald Trump a donné mandat à la NASA d’accélérer les travaux en vue de l’établissement d’une base lunaire. Ça coûtera sans doute les yeux de la tête, mais ce serait une bonne nouvelle si on y installait Trump et son entourage.