Les zones dégagées prennent peu à peu le dessus sur la glace morcelée au lac Massawippi augmentant ainsi les chances de pouvoir pêcher à l’eau libre dès le début de la saison, vendredi. La Marina Massawippi, d’où cette photo a été prise en après-midi mercredi, sera accessible pour l’ouverture. Ailleurs en région, le matin d’ouverture sera plutôt de glace.

Des espoirs réalistes au lac Massawippi

CHRONIQUE / J’aurais aimé vous confirmer que la glace ne sera pas une entrave au lac Massawippi pour l’ouverture de la prochaine saison de pêche sportive, vendredi. En fin de journée mercredi, cette certitude n’était toutefois pas encore acquise. Par contre, c’est maintenant de bon augure.

Les pêcheurs ne pouvaient d’ailleurs espérer mieux que des pluies abondantes avec des températures au-dessus du point de congélation de nuit comme de jour pour achever le travail. Les planètes sont tellement bien alignées qu’un dégagement est prévu au cours de la soirée de jeudi, avec le retour du soleil et des températures confortables de 18 degrés pour vendredi.

« La glace a changé de couleur rapidement. Elle est fissurée et de grands pans sont détachés. Les précipitations devraient lui donner le coup de grâce d’ici l’ouverture. Chose certaine, nous sommes prêts et les pêcheurs peuvent prendre pour acquis que nous serons ouverts vendredi matin » affirme Alex Marcotte, de la Marina Massawippi.

Cet endroit est toujours très achalandé lors du matin attendu de l’ouverture. Les propriétaires d’embarcations sont nombreux à utiliser cette rampe de mise à l’eau et la demande est également forte pour le service de location de chaloupes et de moteurs.

Les habitués du lac Memphrémagog, eux, devront se résigner à pêcher à gué.

« Il y a un secteur découvert dans la baie Sargent, mais il n’y a pas de descente assez dégagée pour y accéder. Ailleurs, oubliez ça! Nous en avons probablement pour au moins une semaine à devoir pêcher en rivière », rapporte Michel Giroux, un de mes éclaireurs printaniers du secteur de Magog.

« Vendredi, les pêcheurs seront effectivement confinés à la baie. On ne répétera jamais assez aux pêcheurs peu familiers avec le lac qu’il vaut mieux être patients que téméraires. Ceux qui prendront des risques pourraient le regretter comme ce fut le cas pour d’autres dans le passé », insiste quant à lui Stéphane Pouliot de la Marina de Fitch Bay.

D’une superficie d’un peu moins de 19 km², le lac Massawippi a la configuration d’une banane tandis que le lac Memphrémagog court sur 45 km dans un axe quasi droit du nord au sud, sur une superficie de 95 km². Un vent qui change de direction en cours de journée n’a pas la même prise ni la même force sur le premier que sur le second, pour pousser des amoncellements de glace pouvant rendre des pêcheurs captifs en un rien de temps, bien que ceux-ci aient pris le large sans menace apparente.

La page Facebook du Club de conservation du lac Massawippi s’avèrera une bonne source d’information pour suivre l’évolution de la fonte des glaces d’ici vendredi matin ainsi que pour connaître toutes les modalités du tournoi de pêche inaugurant la saison. Il sera également possible de communiquer avec la Marina Massawippi (819 838-4873) à compter de 6 heures vendredi matin pour vérifier si tous les services réguliers y seront bel et bien offerts dès la première journée, tel qu’anticipé.

Le site www.navigationquebec.com recense d’autre part tous les points de service sur les principaux plans d’eau du Québec et il s’avère un bon raccourci pour trouver les coordonnées des rampes de mises à l’eau ou des entreprises de locations d’embarcations pour les pêcheurs ou les plaisanciers du lac Memphrémagog.

Un grand bénévole honoré

Coup de chapeau à l’Estrien Alain Bisson, qui a été proclamé samedi dernier membre à vie de la Fédération des chasseurs et pêcheurs du Québec (FédéCP) pour son engagement sur plusieurs années.

En plus d’avoir été administrateur et président de la branche estrienne de la Fédération, M. Bisson est parmi les instructeurs les plus chevronnés au Québec pour dispenser les cours de certification pour chasser ou pour former les moniteurs effectuant ce travail auprès de la relève. Cette reconnaissance est pleinement méritée.