Stéphane Lemire, fondateur, et Élie Belley-Pelletier, directeur général de la Fondation AGES, travaillent ensemble depuis trois ans pour mettre au point ce nouveau système, ils ont d’abord établi les grandes lignes pour que tout le monde travaille dans la même direction, à partir de la personne âgée.

De l’art de vivre vieux

CHRONIQUE / Je vous ai parlé de Stéphane Lemire il y a trois ans et demi, ce «docteur qui a quitté l’hôpital» en 2012, il est gériatre et il trouvait qu’il pouvait mieux soigner les vieux en les visitant chez eux.

Qu’il fallait mieux les soigner.

Le déclic s’était fait quand il étudiait en gestion appliquée de la santé en Angleterre, où il a appris que sa grand-mère Laurette, sa deuxième mère, n’en avait plus pour longtemps. Il n’a fait ni une ni deux, a sauté dans le premier avion pour venir à son chevet, et, rendu à l’hôpital, il a jeté un œil à son dossier.

Il a accroché sur le taux de calcium, deux fois trop élevé.

Il a fait arrêter un médicament, tout est rentré dans l’ordre. Deux semaines plus tard, Laurette «était de retour chez elle, elle marchait, elle lavait son linge à la main dans l’évier, elle s’était même patenté une corde à linge pour le faire sécher».

Les médecins l’avaient condamnée.

Stéphane est revenu d’Angleterre avec la certitude qu’il fallait faire les choses autrement. 

«J’étais convaincu, je le suis encore, qu’il faut repenser l’organisation des soins aux personnes âgées, m’avait-il dit lors de notre première rencontre. Le gériatre doit évaluer la personne quand elle est au mieux de sa condition, et pas au pire, quand elle est rendue à l’hôpital.»

Il avait un projet en tête, la gériatrie sociale, pour identifier les problèmes au début, quand ils sont plus faciles à régler.

Avant qu’ils ne dégénèrent.

Mais son idée a fait du surplace, l’ex-ministre de la Santé Gaétan Barrette n’était pas très chaud aux initiatives qui sortaient de la «boîte», Stéphane a donc dû faire un repli stratégique et se concentrer sur la Fondation AGES qu’il avait fondée, pour consolider ses appuis.

Et maintenant, ça y est. Le gouvernement caquiste a trouvé son idée bonne, assez pour financer un projet-pilote dans trois régions, à Québec, à Laval et dans le Bas-Saint-Laurent, où ceux qui côtoient les personnes âgées seront formés pour ouvrir l’œil, question de déceler les problèmes plus tôt.

On les appelle les sentinelles, ce peut être les préposés, la popote roulante, les personnes qui font le ménage, même le livreur de médicaments. 

Les centres de gériatrie sociale vont se mettre en place cet automne et devraient être complètement opérationnels au début de 2020. «Les sentinelles qui sont sur le terrain vont pouvoir identifier des situations, elles seront formées pour ça, et elles vont transmettre ce qu’elles ont vu à un navigateur qui, lui, va savoir à quelle porte il faut frapper. C’est lui qui va ouvrir les portes, qui va faire le lien entre les services qui existent. Il va les accompagner, pas les pitcher ailleurs, il y a parfois une surréférencite», m’explique Stéphane.

Et des vieux qui poireautent sur des listes d’attente.

Pas de grosse structure, «il y en a déjà assez», pas de béton, des équipes flexibles liées à un CLSC, auquel sera rattaché le personnel médical.

Stéphane et Élie Belley-Pelletier, directeur général de la Fondation AGES, travaillent ensemble depuis trois ans pour mettre au point ce nouveau système, ils ont d’abord établi les grandes lignes pour que tout le monde travaille dans la même direction, à partir de la personne âgée.

Pas seulement en fonction de ce qu’on pense qui est bon pour elle.

La nuance est grande.

«Ce qui est très important, c’est de respecter les droits de la personne, son autonomie décisionnelle. Il faut que les gens puissent décider en fonction de leurs valeurs. Quand on place une personne, c’est parfois parce qu’on veut le risque zéro. Mais est-ce que c’est ce que la personne veut?»

Il faut accepter une part de risque, jusqu’à un certain point bien sûr.

Pour tracer cette délicate ligne, Stéphane vient de publier un bouquin, Vieillir, la belle affaire, avec l’auteur Jacques Beaulieu, où la vieillesse n’est pas un simple dégradé de gris. «Le livre s’inscrit dans ma démarche d’être gériatre, pour changer le visage du vieillissement, pour le rendre moins triste, moins repoussant.»

Même agréable.

«Les gens acceptent tout sur le dos du vieillissement normal. Quand ils viennent nous voir, ils auraient dû le faire plus tôt.»

En gros, le livre explique comment faire la différence entre ce qui est normal quand on vieillit et ce qui ne l’est pas, pour que les gens puissent faire la part des choses et consulter quand il le faut. «Quand une personne vieillit et qu’elle présente des symptômes, on dit : “Elle vieillit, elle en a perdu”, comme si c’était normal, comme s’il n’y avait rien à faire.» Souvent, il y a quelque chose à faire, parce que la personne a un truc qui se soigne, comme n’importe qui. 

Mais on ne se donne pas la peine de chercher. 

«J’ai vu une personne, ça faisait quatre ans qu’elle vivait avec de l’incontinence fécale, elle s’était fait dire que c’était du vieillissement normal, on lui avait acheté des couches sans se poser de questions. J’ai réglé ça avec quelques examens et des procédures simples. C’est triste qu’elle ait eu à vivre ça.»

Des cas comme ça, il en a plein.

Comme cet homme qui faisait des chutes, pour qui on commençait à envisager un placement, jusqu’à ce que quelqu’un pense aller voir chez lui.

Vous savez ce qui n’allait pas?

Des plis dans le tapis, le monsieur s’enfargeait dedans.

C’est exactement ce que feront les sentinelles lorsqu’ils iront voir les personnes à leur domicile, ouvrir leurs antennes pour voir ce qui pourrait clocher, une plaie qui guérit mal, ou des symptômes, même légers, qui pourraient être investigués — et traités — plus rapidement.

Elles rapporteront leurs observations au navigateur, qui prendra le relais, et qui verra comment régler le problème avant qu’il ne dégénère, avant que la situation ne s’aggrave et qu’elle ne coûte plus cher. «Ce qui se passe, c’est que ceux qui côtoient les personnes âgées voient des choses, mais ils ne savent pas trop quoi faire avec ça, où aller, à quelle porte frapper.»

C’est une solution parmi d’autres pour désengorger le réseau.

Et, surtout, pour que nos vieux soient mieux.