De nombreux individus carencés de la bienveillance s'intéressent aux photos de vos petits trésors.

Les photos publiques de nos enfants privés

« Ce qu'on appelle la vie privée, c'est ce dont nous avons le droit de priver les autres. » - Gilles Martin-Chauffier
CHRONIQUE / Ceci n'est pas une photo de ma progéniture, c'est une photo libre de droits glanée sur internet; je ne les connais même pas ces enfants-là! Les miens sont plus beaux et plus brillants et plus attendrissants et plus photogéniques, comme le croient tous les parents de tous les enfants... Mais vous n'aurez pas le bonheur de le constater par vous-mêmes, car je ne diffuse aucune de leurs images publiquement. Je dois même m'obstiner avec certains de mes proches qui garrochent leurs portraits sur internet sans me demander la permission. Permission que je leur refuserais de toute façon. N'y voyez pas un caprice de ma part, plutôt le résultat d'une réflexion longuement murie. C'est un choix personnel, peut-être que je me trompe; je me trompe souvent.
Je ne suis pas à la mode, je sais. La tendance est plutôt à l'exposition généreuse, générale et soutenue de chaque étape du développement de notre descendance, en passant par l'échographie. Si ce n'était de la censure qu'exercent les réseaux sociaux, certains parents nous imposeraient même des images de la conception, les quatre pattes en l'air, avec des montages vidéo et de la musique assortie aux différentes positions choisies. La combinaison levrette renversée sur un air de Despacito remporterait la palme cette année.
Les modes passent, mais les enfants restent. Et je crois que les miens seront plutôt reconnaissants de ne pas avoir débuté leur existence virtuelle à leur insu, sans leur consentement. Soyez honnêtes, vous choisissez soigneusement les photos devant vous représenter dans la sphère publique, vous ne laisseriez personne choisir vos photos de profil à votre place, même que vous supprimez l'identification sur les photos de vos proches vous présentant sous un angle désavantageux, non? Vous auriez aimé que vos parents diffusent votre débarque à bicyclette, vos clichés de bébé plein de bourrelets, pas de dents, votre face pleine de gâteau? Seriez-vous heureux d'apprendre qu'une photo ridicule de votre enfance, celle où vous avez le nez plein de morve, la coupe champignon et le t-shirt d'Annie Brocoli, circule aux quatre coins du monde depuis quelques décennies? Pensez-y avant de partager les portraits de vos enfants, ils risquent de se venger en allant vous photographier au CHSLD lorsque vous serez vulnérables à votre tour!
Quand on met des photos de ses enfants en ligne, il faut se rappeler qu'elles deviennent automatiquement accessibles à tout le monde. N'importe qui, absolument n'importe qui peut les enregistrer sur son ordinateur, les conserver, les modifier et les diffuser. En plus des pédophiles qui font d'internet un de leurs principaux terrains de chasse et de stimulations perverses, des individus peu scrupuleux peuvent utiliser vos images à des fins commerciales. Et je ne parle pas seulement des gestionnaires des réseaux sociaux où vous téléversez vos jolis minois, mais aussi des publicitaires maliens en quête d'une belle bouille à coller sur une circulaire locale ou d'un webmestre opportuniste opérant un site douteux basé en Thaïlande. Mieux encore : un hacker n'ayant rien à faire des lois, d'ailleurs largement méconnues, régissant l'utilisation et la diffusion des images privées. De nombreux individus carencés de la bienveillance s'intéressent aux photos de vos petits trésors. Plus vous en diffusez, plus vous risquez d'attirer leur attention.
Pardonnez-moi, chers amis accros à l'affichage du fruit de vos entrailles, je ne tiens pas à vous accabler ou vous inquiéter outre mesure. Je respecte votre choix, s'il est conscient et réfléchi. Les militaires ont rendu l'internet accessible au public voilà seulement deux décennies; c'est un outil révolutionnaire dont on peine à estimer les dangers à moyen et à long terme. Les principaux réseaux sociaux sont des plateformes commerciales dont l'objectif essentiel est de générer des profits en vendant notre temps d'attention et nos informations personnelles à des publicitaires. Le dark net et l'internet classique pullulent d'arnaqueurs, de déviants, de détraqués de toutes sortes. Ceci dit, vos enfants sont drôles et tellement mignons; allez, partagez encore quelques photos! Avec vos proches. Ou la planète entière.