Ford et l’Université Vanderbilt ont reproduit en circuit fermé le phénomène de congestion fantôme. Ils ont fait rouler 36 véhicules une fois avec le régulateur de vitesse adaptatif activé et l’autre fois sans.

Connaissez-vous la congestion fantôme?

CHRONIQUE / Loin d’être un phénomène ésotérique, la congestion fantôme est causée lorsqu’un ou quelques automobilistes freinent momentanément sur l’autoroute, pendant que plusieurs véhicules roulent en peloton. Résultat : ceux qui suivent aperçoivent les véhicules à l’avant freiner et freinent à leur tour, causant une réaction en chaîne qui produit un embouteillage sans raison apparente.

Ce phénomène a été sérieusement étudié par l’Université Vanderbilt, en collaboration avec le constructeur Ford. Ce dernier avait profité du lancement l’an dernier de son système Co-Pilot 360 pour dévoiler les résultats de l’étude faite par les chercheurs de l’Université Vanderbilt. Co-Pilot 360 est un système qui inclut un régulateur de vitesse adaptatif, dispositif offert pratiquement dans presque tous les véhicules sur le marché aujourd’hui.

Ce que Ford et les chercheurs ont tenté de prouver : l’utilisation du régulateur de vitesse adaptatif par tous les automobilistes du peloton cité plus tôt permettrait d’éliminer le phénomène de congestion fantôme. C’est que l’Université Vanderbilt et Ford ont fait en circuit fermé.

Les 36 conducteurs ont circulé dans des conditions normales de circulation lourde sur route en activant le système de régulateur de vitesse adaptatif. Notons que ce système fait ralentir ou accélérer le véhicule au même rythme que la voiture se trouvant à l’avant. Ensuite, ces mêmes conducteurs ont refait le parcours, sans la technologie. Ils devaient donc freiner et accélérer par eux-mêmes.

Les résultats de cette étude ont démontré que les véhicules équipés d’un régulateur de vitesse adaptatif freinaient plus en douceur. Le ralentissement de la circulation était grandement réduit, comparativement à ceux sans technologie activée.

N’oublions pas que cette expérience a été menée en vase clos. Si les résultats de cette étude s’avèrent, c’est bien. Encore faut-il que tout le monde ait son régulateur de vitesse adaptatif activé en même temps pour un résultat optimal.

Toutefois, Ford et les chercheurs ont soulevé que «lorsqu’un seul véhicule sur trois utilisait un régulateur de vitesse adaptatif, des résultats positifs similaires étaient observés».

«Depuis des années, les chercheurs et les ingénieurs en matière de circulation se tournent vers les technologies intelligentes pour réduire la congestion routière, qu’il s’agisse de véhicules qui communiquent entre eux ou de véhicules qui peuvent prédire ce que la route réserve. Cette démonstration a été une occasion unique de comprendre comment les technologies d’aide à la conduite présentes sur le marché peuvent être utilisées pour influencer positivement la circulation», avait déclaré Daniel Work, professeur de génie civil à l’Université Vanderbilt, dans les résultats de cette étude.

«Comme pour les accidents, les facteurs humains — comme changer de voie sans l’indiquer d’abord, être distrait au volant, avoir de mauvaises habitudes de conduite et des temps de réaction longs, ou freiner inutilement — sont les principales causes des embouteillages fantômes», pouvait-on lire dans le résultat de l’étude.

«Contrairement aux embouteillages causés par des accidents ou des constructions routières, les embouteillages fantômes sortent un peu de nulle part.», ajoutait aussi M. Work.

Garde abaissée

De plus, ce système d’aide à la conduite, si merveilleux soit-il, a un effet pervers. Pour l’avoir essayé plusieurs fois depuis plus de 10 ans dans différents véhicules, le régulateur de vitesse adaptatif fait baisser la garde du conducteur. Il faut alors se méfier et rester attentif à ce qui nous entoure. Ce que les chercheurs de l’Université Vanderbilt et Ford ne contredisent pas d’ailleurs.

+

27 HEURES

Le temps moyen passé dans un embouteillage annuellement par un Canadien. Ce temps peut s’élever jusqu’à 42 heures dans les grandes métropoles, selon les données publiées par INRIX.

Cette image montre la différence des écarts entre les véhicules quand les régulateurs de vitesse adaptatifs sont activés ou non.