Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Simon Roberge
La Tribune
Simon Roberge
Le revenu ne fait pas foi de tout pour déterminer la richesse d’une personne et le moment où elle pourra prendre sa retraite.
Le revenu ne fait pas foi de tout pour déterminer la richesse d’une personne et le moment où elle pourra prendre sa retraite.

Cinq choses à savoir sur la retraite

Article réservé aux abonnés
Bien gérer son argent peut être aussi sinon plus difficile que de le gagner. Pourtant les avantages sont innombrables pour ceux qui prennent le temps de s’y intéresser. Tous les lundis du mois de mars, La Tribune aborde un aspect des finances personnelles avec un expert pour tenter d’y voir plus clair. Cette semaine, la retraite.

Qu’elle soit dans les prochains mois ou dans plus de 25 ans, la retraite doit occuper une place importante dans la gestion de son argent. Il est impératif d’être bien préparé et de savoir à quoi s’attendre pour éviter les mauvaises surprises. Voici donc cinq choses à savoir sur la retraite en compagnie de Daniel Lanteigne, planificateur financier et président du conseil d’administration de l’Institut québécois de planification financière.

1. Bien estimer son coût de vie

Ça me coûte combien pour vivre ? C’est la première question à laquelle on doit répondre. Il y a de bonnes chances qu’une personne de 50 ans fasse encore un paiement d’hypothèque. Les enfants sont peut-être encore à la maison. Ces dépenses auront probablement disparu au moment de prendre sa retraite. Il faut donc bien estimer le montant qu’il nous faudra pour vivre.

« Est-ce que c’est 50 % ou 70 % du coût de vie actuel ? Je dirais que ça se situe dans cette fourchette-là, mentionne M. Lanteigne. Il faut vraiment regarder le coût de vie et c’est basé là-dessus qu’on va travailler. »

2. L’indépendance financière

Après avoir bien identifié son coût de vie, on peut calculer le moment où on atteindra l’indépendance financière. Pour faire simple et utiliser les mots de M. Lanteigne, on atteint l’indépendance financière le matin où on se lève et on se dit que si on voulait on n’aurait pas besoin d’aller travailler parce qu’on a assez de ressources financières pour le restant de notre vie. L’important est de bien identifier ce moment.

« De prendre sa retraite si on n’a pas atteint l’indépendance financière, ça se peut que ce ne soit pas très drôle. Imaginez que vous tombez à court à 84 ans. Le drame des personnes qui prenne leur retraite trop tôt, c’est qu’elles survivent à leurs actifs. »

Avec le Régime de rentes du Québec, la pension de la Sécurité de vieillesse, un régime de retraite offert par votre employeur et l’épargne personnelle, ça peut vite devenir un casse-tête de calculer ses revenus à la retraite. Il est donc fortement conseillé de faire appel à un planificateur financier pour éviter d’avoir de mauvaises surprises.


3. Comptabiliser ses actifs

Ceci étant dit, le revenu ne fait pas foi de tout pour déterminer la richesse d’une personne et le moment où elle pourra prendre sa retraite. Peut-être ne gagnez-vous pas un gros salaire, mais si les enfants quittent la maison et que vous prévoyiez la vendre pour en acheter une plus petite, il y aura un gain important en capital. Avez-vous un chalet où vous prévoyez vous installer ? Avez-vous des véhicules ou une roulotte que vous pourrez vendre lorsque vous serez plus âgé ? Les héritages familiaux peuvent aussi faire en sorte que les actifs s’accumulent. En les comptabilisant, on arrive à un portrait beaucoup plus précis de la situation réelle d’une personne.

« Ce qui est important dans la vie, ce n’est pas ce que tu gagnes, c’est ce que tu vaux. »

4. Quelle retraite veut-on ?

Ensuite, la question à se poser, et elle va influencer le moment où on peut dire au revoir à notre patron, c’est quel type de retraite je veux avoir ? Veut-on déménager en campagne et relaxer ou bien se lancer dans un voyage autour du monde ? En connaissant le plan de notre retraite, ça permet d’estimer les coûts et ainsi planifier avec plus de précision le moment de l’indépendance financière.

« Certaines personnes cessent de voyager alors que d’autres commencent à le faire, explique M. Lanteigne. Ça dépend de la vie qu’on a eue. »

5. Planifier sa retraite tôt... ou pas.

On doit s’être fait dire au moins 1000 fois de commencer à préparer sa retraite le plus tôt possible. Or, tout cela est en train de changer selon M. Lanteigne.

« On vit de plus en plus vieux, résume-t-il. Le concept de retraite à 60 ou 65 ans tend à changer. Ce n’est plus quelque chose qui est aussi clair pour les générations qui s’en viennent. Je ne sais pas si c’est néfaste dans la jeune vingtaine de profiter de la vie. D’entrer sur le marché du travail à 30 ans pour devenir indépendant financièrement vers 75 ans, est-ce que c’est si terrible ? Je ne suis pas capable de vous dire oui. Cette personne va peut-être vivre jusqu’à 100 ans. D’avoir vécu des expériences de vie dans la vingtaine peut avoir plus de valeur qu’un REER bien garni. »