Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steve Bergeron
La Tribune
Steve Bergeron

C’est écrit dans le (présent) ciel

Article réservé aux abonnés
Pierre Croteau, Trois-Rivières: «Comment le mot "présentiel" peut-il ne pas être fautif? Le suffixe "-iel" n’implique-t-il pas l’utilisation de matériel informatique et de programmes, comme dans "logiciel", "didacticiel", "courriel", etc.?»

Parce qu’il a inondé nos vies il y a moins d’un an, le mot «présentiel» peut laisser l’impression d’être un néologisme fraîchement entré dans les dictionnaires, voire trop récent pour y figurer, car certains ouvrages ne le citent pas. Et comme il semble être, en ce moment, l’antonyme de tout ce qui se fait en ligne, on pourrait croire qu’il est lié, erronément ou non, au vocabulaire informatique.

Mais préparez-vous à tomber en bas de votre chaise: le mot «présentiel» existe au moins depuis le XVIe siècle. 

En fait, vous avez simplement perdu de vue qu’il existe en français moult adjectifs en «-tiel» dérivés de noms en «-ence». «Essence» a donné «essentiel», «confidence» est la source de «confidentiel», «existence» a produit «existentiel»... Pensez aussi à «concurrentiel», «différentiel», «séquentiel», «résidentiel», «présidentiel», «préférentiel», «providentiel», «pestilentiel»...

Et «présence» nous a légué «présentiel»! Mais dans quel contexte pouvait-on bien l’utiliser jadis?

Là, je vous avoue que j’ai dû ramer plus fort que d’habitude: la plupart des dictionnaires qui relèvent le mot, comme le Grand dictionnaire terminologique (GDT) ou le Petit Larousse en ligne, n’en donnent pas l’origine. Chez Usito, l’étymologie est en cours de révision (c’est bien ma veine!).

Heureusement, le dictionnaire d’Antidote m’en dit un peu plus (eh oui! j’ai commencé à le consulter!). L’adjectif «présentiel» vient du latin classique «praesentia», «présence». 

Je me suis aussi tourné vers le blogue Parler français (http://parler-francais.eklablog.com/), dont l’auteur a trouvé d’anciennes traces de «présentiel» dans les domaines théologique, juridique et médical. Ainsi, dans l’ouvrage «Caractères des médecins», datant de 1760, l’auteur oppose les consultations présentielles (en présence du médecin) aux consultations littéraires, c’est-à-dire... par lettres! 

Mes recherches m’indiquent que «présentiel» a commencé à faire un véritable retour dans les années 1990, alors qu’il a été de plus en plus utilisé dans le milieu de l’éducation en France: il est alors devenu plus commun de parler d’enseignement présentiel ou en présentiel en opposition à l’enseignement à distance (ou virtuel). Le Petit Larousse a fini par lui faire une place en 2017.

Antidote ajoute qu’on le rencontre en linguistique, pour parler de tout ce qui est relatif au présent (exemple: les formes verbales présentielles).

Toutefois, l’Académie française considère «présentiel» comme un anglicisme, un «calque maladroit et peu satisfaisant de l’anglais "presential"».

Il est en effet possible que «presential» ait beaucoup influencé le fabuleux retour en force de «présentiel». C’est même fort probable. Mais comme nous avons des preuves que le mot existait bien auparavant en français, on ne peut pas brandir l’anglicisme pour le disqualifier.

En somme, comme je vous le disais la semaine dernière, la locution «en présentiel» n’est pas fautive, mais elle n’est pas essentielle. On peut lui préférer des locutions beaucoup plus simples qui ont fait leurs preuves, comme «en personne» ou «en présence». Voyons-la donc comme une façon d’enrichir la langue, mais sans oublier qu’on peut changer de disque à l’occasion.

Consolons-nous aussi du fait qu’en France, en ce moment, on se bat également avec «en distanciel». Plusieurs médias ont en effet cru bon d’opposer cette locution à «en présentiel». Non, ce mot n’est pas fautif lui non plus: il est apparu au XIXe siècle, nous dit Parler français, même s’il ne figure pas dans les dictionnaires usuels.

La locution «à distance» étant déjà tellement bien implantée, on peut penser que, là aussi, c’est l’influence de l’anglais «distantial» qui pousse de nombreuses personnes vers «distanciel».

Perles de la semaine

Je ne sais pas si l’examen suivant, sur les animaux, a été donné en présentiel, mais les élèves n’étaient pas tous en présentiel... d’esprit.

«Quand le chat mâche une souris, il aime bien la faire durer, un peu comme un chewing-gum.» 

«Le chien lèche ses blessures pour se soigner, car il connaît d’instinct la médecine vétérinaire.»

«Les taureaux ne voient pas les couleurs; c’est pour ça que le rouge les énerve.»

«Les oiseaux n’ont pas de mal à voler, car ils sont plus légers que l’air.»

«Si le chat ronronne, c’est parce qu’il est ventriloque.»


Source: «Le sottisier du bac», Philippe Mignaval, Hors Collection, 2007.

Questions ou commentaires?
Steve.bergeron@latribune.qc.ca