Denis Gratton
Le Droit
Denis Gratton
Qui, à Québec, a décidé de fermer les ponts entre Ottawa et Gatineau le 1er avril dernier et d’ériger des contrôles routiers aux frontières de la Belle Province ?
Qui, à Québec, a décidé de fermer les ponts entre Ottawa et Gatineau le 1er avril dernier et d’ériger des contrôles routiers aux frontières de la Belle Province ?

Ces «maudits séparatisssses»

CHRONIQUE / Qui, à Québec, a décidé de fermer les ponts entre Ottawa et Gatineau le 1er avril dernier et d’ériger des contrôles routiers aux frontières de la Belle Province ?

La santé publique québécoise ? La Sûreté du Québec (SQ) ? La Ville de Gatineau ? Le bureau du premier ministre François Legault ?

Ce n’est certainement pas la Ville d’Ottawa qui a pris cette décision. Lorsqu’elle a été mise en oeuvre, le maire de la capitale fédérale, Jim Watson, a déclaré: «Du côté d’Ottawa, ce n’est pas une priorité pour nous de prendre des agents de police et vérifier des personnes à notre frontière. Il y a des choses plus importantes que la police peut faire dans cette période très sérieuse».

Donc seuls des agents de la SQ contrôlaient les allées et venues aux entrées de la Ville de Gatineau ? Québec ne voulait pas de visiteurs ontariens sur son territoire. Seuls les déplacements essentiels étaient permis entre le 1er avril et le 11 mai dernier.


« «Oui, il y a des mesures de santé. Mais il y a des ambitions subtiles dans tout ça qui apparaissent, selon moi» »
Mathieu Fleury

Mais qui a pris cette décision ? On dit que c’est une ordonnance de la santé publique québécoise. Pffff… ! C’est ce qu’on veut nous faire croire. Mais j’ai su mieux, hier. Et je vais vous le dire qui a pris cette décision controversée.

Ce sont les «maudits séparatisssses». Cette fermeture de ponts sent la magouille séparatiste à plein nez.

Parlez-en à Mathieu Fleury, le conseiller municipal de Rideau-Vanier, à Ottawa. Hier matin, sur les ondes du 104,7 FM, l’élu ottavien a dit à l’animateur Michel Langevin qu’il y avait une «subtilité politique» à cette décision. «On sait que le premier ministre (François Legault) avait des affiliations séparatistes dans le passé, a-t-il déclaré. Et quand on creuse un peu, on trouve que certains se lèchent les babines de tout ça, de voir que dans la région de la capitale nationale, on a été capable de fermer des ponts. Oui, il y a des mesures de santé. Mais il y a des ambitions subtiles dans tout ça qui apparaissent, selon moi», a ajouté M. Fleury.

Eh bien ! On connaît enfin la vérité !

Et je suis tellement naïf ! Pendant tout ce temps-là, je pensais qu’on avait fermé les ponts pour éviter que le virus mortel se propage d’une province à l’autre. Je regardais les chiffres de semaine en semaine, je voyais tout récemment qu’Ottawa approchait les 200 décès et les 1800 cas pendant que l’Outaouais comptait un peu moins de 400 cas et seulement 10 décès liés à la pandémie, et je me disais: «une chance qu’on a fermé les ponts».

Mais tout ce temps-là, j’étais dans le champ. Complètement dans le champ. Dans le champ des «fake news». On n’a pas fermé les ponts pour sauver des vies, comme je le croyais naïvement, on a fermé les ponts pour faire suer les «méchants fédéralissses».

Je voulais toutefois m’assurer d’avoir bien compris. Alors j’ai appelé le conseiller Fleury - mon conseiller de Rideau-Vanier - pour en avoir le coeur net. Et je lui ai posé la question à brûle-pourpoint: «vous croyez vraiment que certains politiciens québécois avaient des ambitions subtiles de fermer les ponts ?

—Oui, je parlais de François Legault et du maire de Gatineau qui ont des ambitions séparatistes, a-t-il répondu.

—Et ces ambitions les auraient incités à fermer les ponts ?

—Absolument. C’est le fun pour eux. Statistiquement parlant, ils paniquaient au début lorsqu’on a eu le premier cas à Ottawa, le premier décès. Le ministre (responsable de l’Outaouais) Mathieu Lacombe a dit qu’il y avait un «hot spot» à Ottawa. Mais quand on regarde les chiffres, statistiquement parlant, per capita, il n’y a pas de différences entre Ottawa et Gatineau. Quand on regarde les conférences de presse (de François Legault) et que les médias demandent: «qui prend les décisions pour fermer les ponts entre Ottawa et Gatineau ?», la Sécurité publique dit que c’est la Santé publique, et la Santé publique dit que c’est la Sécurité publique. Y aurait-il une ambition politique derrière ça ? (…) Quand j’ai vu au cours des dernières semaines les ministères se relancer la balle comme ça, je me suis demandé qui a pris cette décision. Est-ce une décision politique ? Parce que si c’est une décision politique, alors absolument, je pense qu’il y a des ambitions plus nationalistes. Et je retirerai mes commentaires lorsqu’on me démontrera ce que cette décision a accompli.»

Ah ! Ces «maudits séparatisssses» ! Presque vingt-cinq années se sont écoulées depuis le dernier référendum sur la souveraineté du Québec. On oserait penser qu’ils seraient passés à autre chose.

Eh bien non. Ouvrez-leur la porte un peu - juste un petit peu - et ils couperont les ponts sans même y penser deux fois.

(Soupir…). Deux solitudes un jour, deux solitudes toujours…