Comme il est difficile de se regarder en face…

Abandonner l’exemple

« Fais ce que je dis, pas ce que je fais. » — Contribuable anonyme

CHRONIQUE / Quand je demande à mes enfants de se calmer tout en m’énervant; quand j’exige de ma fille qu’elle range sa chambre alors que la mienne ressemble à une autoroute québécoise (un beau bordel en éternel chantier); quand je donne des conseils à tout le monde, mais néglige de les appliquer moi-même; quand je prône des valeurs humanistes, mais condamne sévèrement l’imbécile qui laisse tourner son moteur, la cigarette au bec devant la garderie, je donne un piètre exemple.

Je suis loin d’être parfait. Comme vous, comme tout le monde, j’essaie de reconnaître mes torts et de faire mieux. Ça ne semble pas toujours être le cas de nos élus, ces leaders éclairés, ces modèles d’engagement politique. Ni celui d’une fraction de nos gens d’affaires aux pratiques parfois douteuses, aussi légales qu’immorales. Notre jeunesse assoiffée de modèles inspirants doit commencer à se déshydrater.

À l’échelle internationale, le Canada serait, paraît-il, un modèle à suivre en matière de défense des droits humains. Pourtant, on donne un drôle d’exemple quand le gouvernement fédéral laisse tomber les droits de l’homme pour mieux négocier la vente de véhicules militaires à l’Arabie Saoudite ou la conclusion d’ententes commerciales avec la Chine. Je sais, l’économie d’abord, l’économie à tout prix, mais ne devrait-on pas rougir un peu, comme nos feuilles d’érable à l’automne, quand toutes les organisations humanitaires dénoncent les conditions de travail qui perdurent dans les mines canadiennes, en Afrique comme en Amérique du Sud? Et rougir encore quand l’ONU dénonce les conditions de vie dignes du tiers-monde dans lesquelles on maintient les communautés autochtones? Le plus meilleur pays du monde devrait parfois se regarder dans le miroir plutôt que de s’admirer le nombril.

Et que penser des nouvelles révélations des Paradise Papers? Après Bill Morneau qui a dû s’extirper d’un troublant conflit d’intérêts et confier à une fiducie sans droit de regard les actions de son entreprise, c’est au tour du responsable du financement du Parti libéral du Canada, Stephen Bronfman, et de l’ex-sénateur libéral Leo Kolber de se retrouver dans l’eau chaude avec une fiducie de plus de 60 millions de dollars américains aux îles Caïmans. Autant d’argent détourné du fisc, autant d’argent qui ne pourra servir la collectivité.

Les nouvelles révélations sur les paradis fiscaux n’ont pas fini de nous troubler. On y retrouve des milliers de Canadiens qui ont magouillé aux limites de la légalité pour planquer leur argent à l’abri de l’impôt. De grandes compagnies s’y retrouvent aussi, du Canadien de Montréal à Hydro-Québec en passant par Couche-Tard. Nos fleurons subventionnés et célébrés auraient-ils les racines pourries? Que nenni! Ils répondront probablement qu’ils font de l’évitement fiscal et non de la fuite…

« J’ai le droit, c’est légal, j’ai le droit! ». Comme le sympathique et viral Gatinois en train d’enterrer des déchets suspects pour niveler son terrain en répétant agir dans le cadre de la loi, ces politiciens et gens d’affaires joueront la carte de la légalité en guise de justification. Pour la moralité, on repassera! Séviront toujours les lobbys et les « spécialistes de la fiscalité » prêts à défendre l’indéfendable. Et remporter la mise. C’est l’état de droit et on a souvent droit à l’injustice.

On peut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. On peut aussi se lever et aller le remplir. Si l’actualité nous offre des modèles désolants, essayons de trouver des sources d’inspirations au-delà des individus et des compagnies aux comportements condamnables. Laissons-nous inspirer par le sens du devoir et de la justice des sonneurs d’alarmes et divulgateurs d’informations sensibles, ces héros de la justice sociale aux talons des paradis fiscaux, des élus véreux et des États voyous. Saluons la montée des politiciens qui abandonnent le financement illégal, le copinage et les pots-de-vin. Apprécions le travail des entreprises honnêtes et des gens d’affaires qui ne cachent pas leurs magots et acceptent de participer au développement de nos communautés. Et si vous trouvez qu’on manque encore de modèles, rien ne vous empêche d’en devenir un.