Le constructeur Rivian avait dévoilé au Salon de Los Angeles en novembre 2018 un camion (le R1T, photo) et un VUS (le R1S).

Véhicules électriques: Ford s’allie à la jeune pousse Rivian

WASHINGTON — Ford a investi 500 millions $US (675 millions $) dans Rivian, le constructeur comptant sur le savoir-faire de la jeune pousse américaine pour arriver à mettre le plus rapidement possible un nouveau véhicule électrique frappé de son logo sur le marché.

Cette alliance annoncée mercredi — la veille des résultats trimestriels de Ford — s’inscrit dans le cadre du plan d’investissement de 11 milliards $US (14,8 milliards $) lancé l’année dernière par Ford pour se faire une place sur le marché de l’automobile électrique, en plein développement.

Le nouveau véhicule qui doit naître de la collaboration entre le géant et le petit poucet sera basé sur la plateforme Skateboard de Rivian.

Ce dernier assemblera la plateforme pour le compte de Ford qui finira ensuite l’assemblage.

Le véhicule, sur lequel les deux partenaires sont restés très discrets, viendra compléter la gamme tout électrique que Ford veut lancer le plus vite possible.

Deux modèles sont déjà prévus: un multisegment électrique de la sportive Mustang, qui doit voir le jour en 2020, et une version électrique du camion vedette de Ford, le F-150.

«Nous apprenons beaucoup de cette entreprise [Rivian] et de ses dirigeants», a souligné le pdg de Ford, Jim Hackett, lors d’une téléconférence, pour expliquer ce partenariat entre l’un des plus grands groupes automobiles du monde et une jeune pousse.

Rivian, qui restera une entreprise indépendante, est une «opportunité [pour Ford] aussi bien en termes de coûts qu’en termes de vitesse» pour développer et commercialiser une nouvelle automobile, a souligné un des dirigeants de Ford.

«La vitesse est une part importante de l’équation, mais nous sommes convaincus qu’en nous appuyant sur un skateboard déjà existant et qui offre beaucoup de possibilités, nous pouvons aller plus vite et nous pouvons économiser de l’argent» sur le programme du nouveau véhicule, a-t-il ajouté.

À l’inverse, «nous pensons que Rivian peut profiter du savoir-faire industriel de Ford et de ses ressources», a souligné Jim Hackett, qui est à la tête d’un géant qui a produit presque 6 millions de véhicules l’année dernière, là où la jeune pousse pense entrer sur le marché à la fin de l’année prochaine avec ses deux premiers modèles, un camion et un VUS.

Les responsables des deux sociétés ont minimisé les risques de concurrence, Ford soulignant que la plateforme skateboard, qui leur sera commune, était aussi assez «souple» pour permettre de respecter l’ADN des deux marques.

Ford semble avoir damé le pion à General Motors, qui était très intéressé, mais dont la proposition a été rejetée selon l’agence Bloomberg. Jim Hackett a également indiqué que l’annonce de ce mercredi ne remettait aucunement en cause la coopération annoncée avec Volkswagen en début d’année et qui portera aussi sur l’électrique.

Rival de Tesla

Rivian est présentée par des observateurs comme un potentiel rival de Tesla, le fabricant de véhicules électriques fondé par Elon Musk, qui doit dévoiler ses résultats trimestriels mercredi soir après des mois de crise liée aussi bien aux difficultés à passer à une production de masse qu’au comportement fantasque de son fondateur et directeur général.

Face à Elon Musk, R.J. Scaringe, un diplômé du prestigieux MIT aujourd’hui âgé de 36 ans et qui a fondé Rivian en 2009.

Le constructeur avait dévoilé au Salon de Los Angeles en novembre 2018 un camion (le R1T) et un VUS (le R1S).

Le groupe revendique une autonomie de 400 milles pour le VUS, soit 640 kilomètres.

Rivian entend commercialiser ces véhicules fin 2020 aux États-Unis et espère les exporter l’année suivante.

Les camions et les VUS figurent parmi les véhicules les plus vendus aux États-Unis. Les marges importantes réalisées sur ces modèles permettent aux constructeurs de faire face à la hausse des coûts de l’acier et de l’aluminium, au plafonnement attendu des ventes et au déclin des voitures compactes (berlines et citadines).

Si elle tient ses promesses, Rivian deviendra la première société à commercialiser un camion tout électrique sur le marché américain. De son côté, Elon Musk avait indiqué fin janvier que sa firme californienne pourrait dévoiler un camion électrique cet été.

Ford n’est pas le seul investisseur intéressé par Rivian.

À la mi-février, Amazon, à la tête d’un consortium d’investisseurs, avait annoncé avoir mis 700 millions $US (945 millions $) dans la jeune entreprise.

C’est une collaboration «totalement séparée» de Ford, a souligné le pdg de Rivian, mais en se montrant là aussi très secret sur l’objet de cette alliance.