Les Milanais ont « swingué la bacaisse dans le fond de la boîte à bois » samedi soir, lors d’une activité de financement pour le Sentier des Écossais.

Yves Lambert Trio vient « brasser le patrimoine » à Milan

Le folkloriste québécois par excellence, Yves Lambert, a livré un spectacle très énergique, samedi soir, suscitant la bonne humeur chez les gens de Milan, dans la région de Mégantic. Une centaine d’adeptes du folklore québécois l’ont chaleureusement applaudi avec tout l’enthousiasme et l’entrain dont ils étaient capables.

L’ambiance a atteint son apogée grâce aux spectateurs qui tapaient du pied et aux 200 mains qui rythmaient la cadence endiablée des chansons à répondre. L’accordéon, le violon et la guitare, entremêlés de l’harmonica du maître Lambert, accompagné de ses deux complices, Nicolas Babineau et Olivier Rondeau ont également fait vibrer la foule.

Après 42 ans de carrière, dont une bonne partie à la tête du groupe La Bottine souriante, Yves Lambert s’est montré très à son aise avec les gens de Milan, qui ont pu apprécier un musicien qui ne cherche pas longtemps les notes sur son accordéon. Il a d’ailleurs décrit cet instrument comme sa maîtresse au cours de son concert.

En entrée de jeu, le musicien a posé une question à son auditoire, qui était conquis d’avance : « Êtes-vous en forme pour vous brasser le patrimoine ? » La réponse ne s’est pas fait attendre, sous le grand chapiteau servant de salle de spectacle, dans le stationnement à proximité du bureau municipal milanais.

Il s’agissait d’une activité de financement pour le Sentier des Écossais, créé par le conseiller municipal de Milan, Bernard Grenier, également président du Comité de développement local et propriétaire du Musée Donald-Morrison. M. Grenier prévoit tout un programme en 2019 pour le 125e anniversaire de la mort du légendaire héros de Mégantic.

« Nous voulons créer un lien entre le Canada, le Québec et l’Écosse, pour en faire des festivités annuelles », a avoué M. Grenier. « Je trouve difficile d’inciter les gens à venir voir nos spectacles, qui sont pourtant nos racines. »

L’homme a reconnu que les folklores québécois et écossais ont subi des influences communes, par la musique celtique particulièrement, et présentent des similarités. « Il y a de l’histoire entre le Québec et l’Écosse, car nos régions ont été colonisées par des Écossais, il y a environ 150 ans », précise M. Grenier. À preuve de ses dires, les noms écossais de villages comme Stornoway, Marston et Marsden, ce dernier étant le nom d’origine de Milan.

En entrevue avant le spectacle, Yves Lambert a parlé des affinités entre la musique celtique et le folklore québécois. « J’ai toujours reconnu l’importance de notre musique québécoise traditionnelle, malgré les préjugés et le fait que les jeunes ne s’y intéressent pas. Je suis fier de nos origines, je n’ai jamais lâché le morceau. On nous culpabilise d’être québécois pure laine, mais on l’a dans la tête, notre pays, notre musique. Je propose aux gens de chanter, danser, relaxer, prendre le temps… »

Malgré ses 42 ans de carrière, il se dit jeune dans sa tête. Il s’apprête à faire une tournée en Espagne, Écosse, Angleterre, États-Unis, Chili, pour ensuite revenir effectuer une série de spectacles, à l’automne, avec Michel Louvain et Renée Martel, entre autres.