Tanguay Desgagné, siffleur professionnel, donnera des ateliers de sifflement musical à Sherbrooke.

Vous sifflotez? Sifflez maintenant!

Vous êtes toujours en train de siffloter des airs connus et vous souhaitez vous améliorer? La nouvelle activité de Sherbrooke Loisirs-Action vous est destinée.

Animé par Tanguay Desgagné, siffleur professionnel, l'atelier à l'initiation au sifflement musical promet aux amateurs de passer de siffloteurs à siffleurs.

«On part du sifflotement et on se rend au sifflement de musique complète, assure M. Desgagné qui fait partie de l'Union des artistes et de la Guilde des musiciens. C'est la même différence par exemple entre fredonner une chanson et la chanter. En sifflant, on fait des pièces complètes et on les fait d'une manière consciente.» 

 L'unique atelier s'amorcera le 16 janvier et se déroulera une fois par semaine au Centre communautaire Françoise-Dunn jusqu'au 18 février pour un total de quatre séances de 90 minutes. Il en coûte 50 $ pour s'inscrire. 

 «Comme les ateliers sont espacés, je vais pouvoir donner des exercices à faire aux gens, souligne celui qui a remporté à quatre reprises le grand prix du concours de siffleurs de l'International Whistlers Convention (IWC), aux États-Unis dans les années 1990. Je vais pouvoir les suivre, voir leur progrès et les conseiller. Je vais pouvoir aider les gens à s'améliorer. Ça s'adresse à tous les niveaux de siffleur, même à quelqu'un qui n'émet même pas de son. Pour les gens qui sifflent beaucoup, on va travailler le vibrato par exemple.» 

 «C'est la première fois qu'un atelier de la sorte se donne au Québec à ma connaissance», ajoute-t-il. 

 Tanguay Desgagné fait également des conférences spectacles. 

 «C'est plus court que les ateliers, mais j'aborde tous les éléments du sifflement. Je fais participer les gens et je retrace l'histoire du sifflement.» 

Gagner sa vie en sifflant

Dans la vie de tous les jours, Tanguay Desgagné est ingénieur en recherche et développement. Il connaît toutefois plusieurs siffleurs à l'internationale qui arrivent à vivre de leur art. 

 «C'est le même principe qu'un joueur de trompette qui gagne sa vie en jouant de la trompette», indique-t-il. 

 Très populaire dans les années 1920 et 1930, l'art du sifflement s'est presque complètement effacé à travers les années. M. Desgagné explique toutefois que son art est en train de faire un grand retour. 

 «On remarque que dans les publicités il y a de plus en plus de sifflements, tout comme dans les thèmes musicaux ou des thèmes de films. On entend toujours des choses assez simples toutefois parce que même les compositeurs ne savent pas toute la complexité qu'on peut aller chercher avec le sifflement. J'écris souvent aux compositeurs avec des extraits de ce qu'il est possible de faire et je reçois plusieurs réponses positives.» 

 Même si Tanguay Desgagné est toujours aussi habile de sa bouche, il préfère laisser la chance aux plus jeunes lors des compétitions. 

 «J'ai mis une croix sur les compétitions parce qu'il y a tellement d'efforts à faire. Je veux maintenant démontrer ce qu'est le sifflement musical au grand public.»