Vitesse de croisière grand V au CCUS

Le Centre culturel de l’Université de Sherbrooke traversant des « années très fortes », son directeur Mario Trépanier n’a pas tenté de réinventer la roue en 2019-2020. À peine porte-t-il sa série de cirque à majorité, en l’élevant à cinq spectacles. Le reste de la programmation, lancée en grande pompe lundi soir à la salle Maurice-O’Bready, s’appuiera à nouveau sur des recettes éprouvées.

« Avec environ 170 représentations [faites le calcul : on en est presque à un jour sur deux] et plus de 200 000 personnes qui assistent à nos événements dans l’année, on peut parler d’une vitesse de croisière assez exceptionnelle, depuis deux ou trois ans. Les abonnements se maintiennent et nous avons beaucoup augmenté les ventes en formules trio, que nous lançons dans la période des Fêtes. »

Après quatre ans à avoir réussi à garder les tarifs d’abonnement aux mêmes prix, Mario Trépanier n’a pas eu le choix de les réviser à la hausse. Les principales séries (Week-ends de l’humour, Chanson je me souviens, Grandes sorties au théâtre, Mercredis au théâtre et À la carte) passent donc de 175 $ à 190 $. Parce qu’elles sont encore en phase de développement, les séries Danse et Cirque restent à un prix plus bas : 165 $ pour la première (155 $ l’an dernier), 155 $ pour la seconde (128 $ l’an dernier, mais avec un spectacle de moins).

« Il faut quand même suivre l’évolution du coût de la vie et des coûts de production. Tout augmente autour de nous et c’est aussi notre cas. Je ne peux pas attendre que le fossé soit trop creux, sinon le rattrapage deviendra trop difficile. La hausse représente un peu plus de 2 $ du billet, taxes incluses, ce qui est quand même assez raisonnable. »

En tout, ce sont 70 spectacles qui sont offerts en abonnements, si on excepte les Grands Explorateurs, la série pour jeune public Choux-Bizz, les Concerts de l’École de musique et l’Orchestre symphonique de Sherbrooke (qui dévoile sa saison mercredi).

Le directeur général du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke Mario Trépanier.

Série sur mesure

Les dernières saisons ont aussi conforté Mario Trépanier dans son choix de réserver à la série Chanson les revues musicales à saveur nostalgique (American Story 2, Noël, une tradition en chanson, Vintage 69 de Gregory Charles, Les immortels...) et de concentrer dans la série À la carte les spectacles d’artistes individuels, tels Geneviève Leclerc, Christian Marc Gendron, Michèle Richard, Isabelle Boulay, Matt Lang, Denis Lévesque, Cœur de pirate, Corneille, Renée Martel, Andrea Lindsay et Luc de Larochellière.

« On remarque une hausse de popularité pour À la carte. De plus en plus de gens souhaitent faire des choix à leur mesure. »

En fait, il est tout aussi possible, en puisant dans À la carte, de se forger une série éclectique qu’une série exclusivement en humour ou en chanson.

Parallèlement, la série Danse, lancée en 2017, se porte de mieux en mieux. « La réponse a été vraiment très bonne. Le nombre d’abonnés a augmenté et notre objectif est justement de créer une fidélité. Nous sommes très contents. Pour la danse contemporaine, c’était un grand défi. »

Le CCUS deviendra aussi la première salle de spectacles québécoise à offrir une série d’abonnements en cirque, avec notamment le retour des 7 doigts de la main, auquel s’ajoutent trois créations de compagnies québécoises, celles de Flip Fabrique, Machine de cirque et Théâtre À Tempo. « Cette dernière est la compagnie québécoise actuellement en pleine lancée, alors que les deux autres cartonnent déjà partout. »

La promotion du sixième spectacle gratuit est toujours en vigueur pour les personnes qui s’abonneront au plus tard le 15 juin.

Quelques coups de cœur de Mario Trépanier

La détresse et l’enchantement
18 février 2020
Grandes sorties au théâtre

« J’ai eu un très gros coup de cœur pour cette adaptation théâtrale de la vie de Gabrielle Roy. C’est magnifique! Marie-Thérèse Fortin est vraiment au sommet de son art. On découvre qui était Gabrielle Roy, ce qu’elle a traversé et sa vie de femme hors-norme, dans un Canada où on ne devenait pas facilement célèbre. Avec les pièces Les fées ont soif, Frida Kahlo et Docile, qui raconte l’histoire d’une femme dans le New York de Mad Men, on se retrouve avec quatre pièces dans l’air du temps. »

Michel Rivard : L’origine de mes espèces
10 décembre 2019
À la carte

« La Compagnie Jean-Duceppe a décidé de l’intégrer à sa programmation de l’année prochaine. C’est déjà un gage de qualité. C’est du théâtre musical (Michel Rivard est aussi comédien), mis en scène par Claude Poissant. »

Le Schpountz
11 décembre 2019
Mercredis au théâtre

« J’ai très hâte de voir cette nouvelle mise en scène de Denise Filiatrault. C’est quand même un Marcel Pagnol, un auteur que j’adore et qu’on ne voit pas souvent au théâtre. Son écriture est comme un bonbon. »

Cœur de pirate
25 mars 2020
À la carte

« Elle sera accompagnée d’un quatuor à cordes, en formule concert. Je suis vraiment content de le présenter. »