De haut en bas : Mélanie Chouinard, Marie-Pier Audet et Paméla Dumont présentent, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, la première création du Théâtre de la Foulée, Cercle, les 9 et 10 mars à Coaticook.

Une remise en question par le théâtre

Pleine de réflexions sociétales et de suspense, la pièce Cercle, une création du Théâtre de la Foulée, plongera ses spectateurs au cœur d’un rituel unique pratiqué chaque pleine lune par quatre amies de longue date. Leur réunion sacrée s’annonce bien différente cette fois-ci, alors que leur hôte et meneuse Léonie manque à l’appel.

La toute première production du Théâtre de la Foulée, à Coaticook, nous emmène ainsi dans le monde de quatre femmes liées par un pacte bien particulier. « Comme une troupe de petites sorcières modernes, elles se réunissent pour vivre leurs valeurs entre femmes, en dehors des rapports inégaux de société homme-femme. Elles ont des rituels pour se souder ensemble, dont l’incantation de déesses variées », raconte Paméla Dumont, l’auteure principale de la pièce.

« Cette soirée-là n’est pas comme les autres parce que Léonie, qui a plus d’influence que ses amies, est absente. Ça va ébranler leurs croyances, en plus de se dérouler dans un nouveau lieu de rencontre. »

Le Pavillon des arts et de la culture de Coaticook, où la pièce sera présentée, ajoute une dimension intéressante à la pièce, que la metteuse en scène Charlotte Desmarais a exploitée à merveille.

« Le lieu où l’histoire se déroule est très mystérieux, et comme on présente la pièce dans une ancienne église, cela nous permet de puiser dans tous ses éléments. Sur scène, il y a un énorme orgue que nous utilisons dans le spectacle. Le côté sacré du pavillon est totalement intégré, parce que le questionnement de ce qui est sacré dans nos vies revient tout au long de la pièce. Ça va être vraiment intéressant pour les spectateurs. »

Fait à Coaticook

L’équipe du Théâtre de la Foulée, une jeune compagnie féministre fondée il y a trois ans par Paméla Dumont, Marie-Pier Audet et Mélanie Chouinard à la fin de leurs études universitaires, a bénéficié d’une offre généreuse de la part du Pavillon des arts et de la culture, qui a proposé d’héberger la troupe à l’occasion d’une résidence artistique.

« Ça a été le plus gros des cadeaux. Marie-Pier Audet, qui est la fondatrice de la compagnie de théâtre, est une Coaticookoise. Cette résidence nous a permis de nous imprégner du milieu. Les conditions de création sont idéales. Juste de répéter dans la salle de spectacle, ce qui est rare dans le théâtre, nous a permis de puiser dans tous les éléments qu’offre la salle. On n’aurait pas pu faire cela si on avait été dans un petit local beige », s’esclaffe Mme Dumont, reconnaissante.

La Foulée avait d’abord présenté en tournée la création Maelström — Moi qui parle à rien et toi qui entends tout — Entre nous, le silence (prix Frankie du meilleur texte francophone, 2015). En hiver 2017, la compagnie avait offert une mise en lecture au FTUL (Festival de Théâtre de l’Université Laval) de ce qui est devenu Cercle.

Vous voulez y aller?

Cercle
Les 9 et 10 mars, 20 h
Pavillon des arts de Coaticook
Entrée : 20 $