Une première... et dernière exposition pour DeBanlier

« Il y a quelque chose à faire avec ça! » est probablement la phrase la plus dite par l'artiste Jean-Nil Laperle, alias DeBanlier, de Compton. Artisan du vieux fer, l'homme, qui soufflera 70 bougies la semaine prochaine, ouvrira son terrain pour la première fois au public cette fin de semaine.
Pour sa première exposition, DeBanlier ne s'attend à rien. « C'était une promesse d'ivrogne à jeun! exprime-t-il. Jamais je n'aurais pensé faire une exposition », ajoute le maître de la soudure.
DeBanlier n'est pas un artiste traditionnel. « À la place de mes pinceaux, j'utilise mon chalumeau », répète le menuisier de formation, qui a bifurqué vers la sculpture du métal et a fini par produire 265 oeuvres différentes. Outre les taureaux, les dinosaures et les nombreux personnages construits en hauteur (dont certains montent jusqu'à sept mètres), DeBanlier rend aussi hommage aux grands maîtres de la peinture. Les Picasso et Modigliani sont reconstitués avec des bouts de métal.
En plus, les visiteurs pourront analyser une nouvelle pièce de la collection DeBanlier. L'artiste a reproduit une oeuvre de Picasso avec plusieurs petites tiges de fer. DeBanlier reçoit l'aide de sa femme pour peindre ses créations.
Mais après cette première exposition, ce sera déjà la retraite de l'art pour DeBanlier. « Je n'ai plus besoin de débris en métal et je n'en veux plus. Quand il n'y a plus de cochonneries, il n'y a plus d'art », souligne celui qui n'entend plus faire de sculptures ni de toiles.
Par contre, la majorité de son entourage ne croit pas ses dires. « Il va s'arrêter lorsqu'il va mourir », prédit Samir Belkessa, un grand ami de DeBanlier.
Pour tous
Malgré une série de tableaux de femmes nues, l'exposition s'adresse à toute la famille. « Les adultes regardent les nus et les enfants regardent la série Ombre et lumière qui est au plafond! » lance le coloré personnage.
Accéder au site (7885, chemin Louis-S.-St-Laurent à Compton) coûte une quarantaine de dollars pour la famille. Les enfants de moins de 18 ans peuvent entrer gratuitement. L'exposition aura lieu les 22 et 23 juillet, de 10 h à 17 h.