Vedette du court métrage Fauve, le jeune Félix Grenier est de retour de Los Angeles, où il a pu assister à la cérémonie des Oscars. On le voit ici avec sa mère Martine Proteau.

Une expérience mémorable pour Félix Grenier aux Oscars

Il reste les deux pieds bien ancrés sur terre, le jeune acteur Félix Grenier, vedette du film Fauve. L’adolescent est tout juste de retour de Los Angeles, où il a assisté à la Soirée des Oscars, dimanche, avec l’équipe du réalisateur Jérémy Comte.

« Il y a un peu de déception, car Jérémy voulait ramener l’Oscar au Québec, que ce soit pour son film ou pour Marguerite, l’autre court métrage québécois qui était en nomination. Nous aurions été tous heureux, ça aurait été le top du top, mais ce n’est pas une énorme déception. Nous sommes contents d’y être allés, nous sommes très fiers de nous être rendus là », a confié l’adolescent au téléphone, peu de temps mardi après son arrivée de l’aéroport de Québec. L’expérience ne lui est manifestement pas montée à la tête, il reste sérieux dans ses propos et démontre une certaine maturité pour ses 14 ans.

À lire aussi: Une soirée des Oscars «magique et surréelle» pour Jérémy Comte

« Los Angeles, c’est beau, c’est gros, c’est actif et propre… Nous nous sommes rendus à la cérémonie en limousine, les deux équipes (des films Fauve et Marguerite) ensemble. Sur le tapis rouge, on n’a pas vu vraiment de stars de près, parce qu’il y avait deux sections, une pour les réalisateurs et les producteurs, qui se sont fait poser plusieurs questions par les journalistes. C’était long. À l’intérieur, nous avons été sur le bout de nos sièges assez longtemps, il y avait des shows, des publicités, des présentations », relate Félix, visiblement impressionné. Il était accompagné par sa tante Sophie.

« Une fierté »

Questionné sur la possibilité de carrière qui s’offre à lui, il n’hésite pas longtemps : « Oui, c’est sûr, je veux continuer. Le court métrage, c’est le fun, c’est court, j’aimerais continuer là-dedans. Les longs métrages, ce sont des projets plus importants… »

La mère de Félix, Martine Proteau, est très fière de son fils. Elle confirme qu’à Stratford, sa belle histoire fait la manchette.

« On en parle au magasin, au restaurant, au travail, à la patinoire, dans les loisirs, partout! C’est une fierté pour moi, ce que Félix a fait. C’était inattendu. Qu’il fasse l’audition, qu’il soit retenu et qu’au final, il aille aux Oscars… Wow! Les courts métrages, on ne connaissait pas ça. C’est tout un parcours! » s’exclame-t-elle.

« Au premier festival où nous sommes allés, à Sundance, aux États-Unis, c’est là qu’on a vu le film Fauve pour la première fois. C’était très émouvant de voir mon fils sur le grand écran. Tout de suite en revenant à Montréal, nous avons rencontré quelqu’un d’une agence d’acteurs, celle de Ginette Achim. On s’est entendus sur le fonctionnement. Félix a été choisi pour le vidéoclip Torvis (qui vient juste de sortir) du couple de musiciens Isabelle Blais et Pierre-Luc Brillant. Isabelle Blais a eu un coup de foudre en le voyant dans le film Fauve. Il a aussi un autre projet à la fin mars, dans un autre court métrage », raconte Mme Proteau.

Félix a deux frères, ses aînés, qui ne sont pas jaloux de sa célébrité. « Ils sont heureux pour lui, ils n’ont pas d’intérêt pour le cinéma », mentionne leur mère. « C’est certain que nous allons encourager Félix à continuer dans une carrière d’acteur. Il a déjà l’air d’avoir la passion, on voit que c’est ce qu’il désire », dit-elle.

Félix Grenier et le réalisateur Jérémy Comte