Éric Maheu et Boom Desjardins vivent des émotions fortes depuis la résurrection de La Chicane. Le groupe sera en spectacle au Granada vendredi et lancera un album live le 22 novembre.

Une dernière «chicane» entre chums

« On a battu des records de foule dans plusieurs événements auxquels on a participé. Le public chante avec nous. C’est comme si on retrouvait de vieux chums. Après les shows, les gens viennent nous montrer des photos prises lors de nos tournées précédentes et nous racontent leurs souvenirs. On a signé des cassettes. Une fan nous a même apporté une brassière qu’on avait signée il y a 14 ans. Nous-mêmes, on a été surpris par la réaction des diffuseurs et du public », raconte tout sourire le chanteur Boom Desjardins, ajoutant qu’il vient de vivre « le plus bel été de sa vie ».

« À notre âge, on est de meilleurs musiciens, de meilleures personnes et on est plus sensibles à ce qui nous arrive. On prend du recul, on savoure », ajoute d’emblée son complice, Éric Maheu.

La Chicane a attiré quelque 13 000 spectateurs au parc de la Francophonie lors du dernier Festival d’été de Québec. « Le record était de 9000, je crois », note le duo.

Vingt ans après la sortie de Calvaire (premier grand succès de la formation) et dix ans après la dissolution du groupe, Boom Desjardins trouvait que le moment était bon pour entamer la tournée La dernière Chicane. Une dernière chicane qui s’étale sur deux ans et qui s’étire de la Gaspésie à Calgary en passant par le Lac-Saint-Jean et le nord de l’Ontario. Tous les musiciens qui ont, un jour ou l’autre, fait partie de la formation ont été rappelés. Finalement Dany et Martin Bédar, Yanick Boivin et Éric Maheu, qui joue aussi dans Kaïn, ont répondu à l’appel.

Boom, pas Matt

Le retour de La Chicane a aussi été motivé, en partie, par une recherche internet. « Un jour, j’ai fait une recherche sur Wikipédia et j’ai lu que le chanteur du groupe était Matt Laurent, qui a tenté de relancer La Chicane en 2008, une aventure qui a duré quelques mois. J’adore Matt, mais je me suis dit : c’est pas vrai que, quand je vais être mort, mes petits-enfants chercheront La Chicane sur le net et liront que ce n’est pas mon groupe ni ma voix. Avec La Chicane, on a eu dix belles années, on a fait la première partie des Rolling Stones. Je voulais aussi que mes enfants soient témoins du succès de nos chansons », explique Boom Desjardins.

Hormis les grands succès du groupe, quelques incontournables extraits des albums solos de Boom Desjardins et de Dany Bédar sont au programme de la tournée. « Les gens se sont ennuyés et on est bien conscients qu’ils veulent entendre nos chansons les plus populaires comme Calvaire, Tu m’manques, La blessure, Reviens chez nous. Les gens les chantent d’un bout à l’autre avec nous », mentionne le chanteur de 46 ans.

« Les gens associent chaque chanson avec un souvenir, une peine d’amour, une gang de chums », enchaîne le bassiste de 47 ans, ajoutant que la vie de tournée, dans la quarantaine, n’est pas la même que dans la vingtaine.

« Il y a une maturité qui est là. On a 14 enfants à la gang, et les petites bibittes du temps ne sont plus importantes aujourd’hui. La musique a pris le dessus. La nostalgie est là. La bonne humeur aussi », souligne Éric Maheu.

« En même temps, ça nous tient jeunes. On a du fun », ajoute Boom Desjardins.

L’album live enregistré l’été dernier, La dernière Chicane, sera lancé le 22 novembre et comportera aussi une chanson originale racontant leur retour.