Une bordée de livres pour Noël

C'est La Peuplade qui a lancé l'idée sur sa page Facebook. La maison d'édition saguenéenne propose de s'inspirer du Noël islandais pour réinventer nos traditions. Pour en ajouter une, plutôt. Parce que paraît-il, en Islande, les gens offrent un livre à leurs proches le soir du 24 décembre. Et tout le monde profite du froid décembre et du congé des Fêtes pour se plonger le nez dans les pages. Les petits comme les grands. Parce que l'idée est belle, et parce que le goût des livres est un magnifique héritage à transmettre, on vous présente trois beaux albums pour enfants qui ont en commun de véhiculer l'amour des mots et des histoires.
Le jardinier qui cultivait des livres
Nadine Poirier
illustré par
Claude K. Dubois
D'eux
C'est une histoire tout en finesse, autant dans l'illustration que dans le récit. Il est un jardinier solitaire qui a le pouce livresque : sur la terre dont il prend grand soin, il cultive des livres de toutes sortes. Elle est une petite fille sans parents qui peut passer des heures à bouquiner. Elle atterrit un jour dans la cour du jardinier, qui ne sait que faire d'une enfant. Les deux solitudes se rencontrent, s'apprivoisent, finissent par se comprendre. Livre tout doux, tout tendre, Le jardinier qui cultivait des livres traite autant du bonheur partagé de la lecture que de l'enracinement des sentiments. Au surplus, la délicatesse du trait de crayon, à la manière d'esquisses, traduit très joliment l'original récit.
Le bon petit livre
Kyo Maglear
Illustrations
de Marion Arbona
Éditions Scholastic
Vous vous reconnaîtrez probablement un peu. Parce qu'on a tous eu, à un moment ou à un autre, un « bon petit livre ». Un coup de coeur littéraire qu'on a traîné partout pour pouvoir lire et relire sans se lasser cette histoire qui, pour une raison X, nous touchait d'une façon particulière. Ici, c'est un garçon qui repère « son » livre dans la bibliothèque. Son humeur grise se dissipe au fur et à mesure qu'il tourne les pages. Il trouve dans le récit un cocon heureux, un refuge où il a envie de se poser souvent. Ceci menant à cela, le livre ne le quitte plus. Jusqu'à ce que, un jour, il glisse de son cartable... et trouve un autre imaginaire à faire fleurir. Une bien belle histoire superbement mise en images à propos de ce qu'imprime en soi une histoire qu'on a lue. Et sur le fil, invisible, qu'elle tisse entre tous ceux qui s'y sont plongé le nez.
L'enfant des livres
Oliver Jeffers
et Sam Winston
Éditions Scholastic
À dos de mots, on va loin. On voit des paysages insoupçonnés, on apprend, on transfigure le réel. C'est l'idée maîtresse de ce très bel album dans lequel une fillette vogue d'aventure en aventure sur une mer de contes célèbres (Alice au pays des merveilles, Peter Pan, Les mille et une nuits, La petite sirène, etc.). Bientôt, un jeune garçon la rejoint. Et voilà les deux enfants partis explorer des forêts, des montagnes, des châteaux hantés, des nuages floconneux. Ensemble, ils découvrent un monde de possibilités et d'avenues.
Album joliment graphique dans lequel on plonge encore et encore, L'enfant des livres est une réflexion sur la portée de l'imagination et sur le voyage qu'elle permet. Une réflexion, surtout, sur le pouvoir de la littérature.