Vice-président et directeur général de l’organisme Le Vent dans les Arts, l’auteur-compositeur-interprète Ian Fournier a supervisé le projet créatif L’Estrie en 50 chansons francophones, qui sera dévoilé jeudi et qui a rassemblé citoyens, artistes amateurs et artistes professionnels. Tous ont mis la main à la pâte pour tricoter un bouquet de 50 chansons.

Une « fresque sonore » lancée jeudi

Le mandat était costaud, mais inspirant : l’organisme Le Vent dans les Arts s’est lancé l’automne dernier dans le vaste projet d’enregistrer 50 chansons francophones écrites par autant d’auteurs estriens.

L’originale idée, chapeautée par l’auteur-compositeur-interprète Ian Fournier avec la participation du Secrétariat à la promotion et à la valorisation de la langue française, voulait favoriser le loisir culturel ancré à la langue. Artistes amateurs et professionnels ainsi que citoyens de tous horizons ont mis l’épaule à la roue. La « fresque sonore » L’Estrie en 50 chansons francophones sera dévoilée jeudi : on pourra entendre le bouquet de chansons sur le site www.ianfournier.com.

« C’est un projet amical, communautaire et artistique, lancé avec cette idée de créer du beau autour de nous et de nous rassembler. On a opté pour la chanson parce que plusieurs artistes dans notre équipe baignent déjà dans cette discipline, mais on souhaitait aussi recruter des participants issus de toutes les régions de l’Estrie. On a sondé nos réseaux et, au fil de l’exercice, on a découvert de nouveaux talents, on a eu de belles surprises », souligne Ian Fournier. Stéphane Longval, Mathieu Binette, Mélane, Kyra Shaughnessy, Andrée-Anne Chose, Frank Poule, Marianne Verville et Élise Béchard sont quelques-uns des artistes qui ont glissé leur voix sur la galette de 50 titres.

« Mais plusieurs chansons ont été écrites en atelier avec des citoyens qui ne sont pas nécessairement des créateurs à la base », précise Ian Fournier.

L’ASDI (l’Association de Sherbrooke pour la déficience intellectuelle), la Maison Caméléon, une résidence pour personnes âgées de Windsor, des jeunes du primaire et du secondaire ont notamment fait partie de l’aventure.

« On a aussi invité de nouveaux arrivants à mettre leur touche puisqu’on a créé deux chansons dans des classes de francisation. C’était un exercice très sympathique, d’ailleurs », explique Ian Fournier, qui signe les arrangements musicaux avec les complices Benoît Converset (contrebasse) et René Béchard (saxophone et piano).

Accent sur l’Estrie

« Les mélodies apportent une certaine unité à l’ensemble. Aucun thème n’a été imposé ni suggéré aux participants lors de l’écriture des chansons, mais d’emblée, plusieurs ont choisi de mettre l’accent sur l’Estrie et le territoire. Ça donne de bien belles choses », précise M. Fournier.

Parce que l’idée première était de souligner la chanson et de mettre l’accent sur cette forme créative, le projet culminera les jeudi et vendredi 23 et 24 janvier, avec deux soirées de spectacle ouvertes au public, au Parvis de Sherbrooke, dès 20 h. L’entrée est de 15 $.

Les radios CFLX (Sherbrooke) et CIAX (Windsor) diffuseront aussi les chansons nées dans le cadre du projet.