Le groupe sherbrookois Hey Major assurait la première partie du spectacle de X Ambassadors.

Un vent de fraîcheur sur la grande scène

La jeunesse est à l’honneur en ces premiers jours de la Fête du lac des Nations. Le lendemain du passage d’Émile Bilodeau sur la grande scène, la fougue de Hey Major et le public de X Ambassadors ont fait souffler un autre vent de fraîcheur sur le traditionnel événement.

Le duo sherbrookois Hey Major a débuté devant un public timide, mais curieux mercredi soir. Alors que la majorité des gens sont demeurés assis, ceux qui observaient les frères Fortin de près ont pris plusieurs chansons à se dégourdir, même avec les invitations que leur a lancées Mickaël à se rapprocher d’eux et à se dandiner sur leur musique.

Lire aussi: Le soleil se pointe juste à temps

Ce dernier s’est toutefois réjoui de voir la foule s’agrandir dès la troisième chanson. Armé de sa solide maîtrise du chant, du piano, de la batterie et de la guitare, le tandem a démontré qu’il n’avait besoin de personne d’autre pour animer la grande scène Loto-Québec.

Nombreux ont été les spectateurs impressionnés, entre autres, par ce mémorable passage où la main gauche de Raphaël danse sur son clavier, tandis que la droite donne le rythme au morceau sur la batterie.
Le spectacle, conçu sur mesure pour l’événement qui recevait les deux frères pour une troisième fois, a permis au public de découvrir plusieurs morceaux qui se retrouveront sur leur premier disque en tant que Hey Major.

Cependant conscients qu’une grande partie de la foule découvrait leurs compositions pour la première fois, les multi-instrumentistes ont aussi mis en scène des morceaux d’artistes bien connus, comme
Dancing in the Dark de Bruce Springsteen, Knocking on Heaven’s Door de Bob Dylan et What’s
up? De 4 Non Blondes.

Ces tubes ont visiblement suscité beaucoup d’émotion chez le public.

Réchauffés pour X Ambassadors

Biens installés dans leur chaise portative ou bien entassés devant la scène, les spectateurs étaient prêts à recevoir le groupe X Ambassadors en grand nombre. Celui-ci a reçu un accueil chaleureux lors de son entrée, qui a permis de remarquer l’absence d’un de ses membres, le claviériste Casey Harris.

« Mon frère a eu une urgence familiale, il ne pourra pas être avec nous, mais le spectacle doit continuer! » a lancé le chanteur Sam Harris dans sa langue natale.

La formation américaine a semblé avoir attiré une clientèle en grande majorité jeune, confirmant à la Fête du Lac que la relève assure ses arrières. Plusieurs jeunes filles se sont postées en première rangée afin de pouvoir danser, les mains en l’air, le plus près possible des charismatiques musiciens.

Même les festivaliers assis en haut de la colline se sont laissé emporter par l’ambiance de la deuxième chanson, Jungle. L’agité chanteur, qui n’en était pas à sa première foule, a en effet su établir la chimie en très peu de temps.

Pendant que les grands écrans se montraient forts utiles pour prendre part à la fête au bord du lac, le Bistro SAQ, était lui aussi plein à craquer à l’occasion de la prestation de Jeff Dubé.

Verdir la Fête

« On fait aussi un gros travail de sensibilisation. En général, les gens sont très réceptifs, mais beaucoup ne sont simplement pas assez éduqués sur le sujet » commente Maverick Dion St-Pierre, un des responsables de l’équipe.

Lui et ses coordonnateurs acolytes comptent sur une trentaine de bénévoles pour cet événement.
L’équipe de FEVE a réparti des îlots de récupération à trois voies (matières recyclables, matières compostables, déchets) dans le parc Jacques-Cartier. Les bénévoles y effectuent un tri de surface régulièrement, en plus de séparer les matières une fois les sacs rapportés à leur quartier général.

« Il n’y a pas grand-chose qui est mis à la bonne place » se désole Maverick Dion St-Pierre, pour qui l’existence d’un tel organisme ne signifie pas que la partie est gagnée. « On se sent très utiles, mais pour mettre des pansements sur le bobo. On n’est pas à la bonne place dans l’échelle pour éduquer et influencer les prises de décisions et la production ».

FEVE, qui offre également des services-conseils aux événements désireux d’atteindre des objectifs environnementaux, se réjouit toutefois de voir la Fête du lac faire plusieurs efforts écoresponsables. « La vaisselle des loges VIP est 100 % compostable. Tout ce qui vient de l’organisation, c’est super. Par contre, du côté des exposants, c’est très variable. Il y a beaucoup de polystyrènes » dit la coordonnatrice Jeanne Morice, désignant les deux conteneurs industriels presque remplis d’ordures, récolte uniquement issue de
la journée de mardi.

Les bénévoles qui joignent les rangs de FEVE reçoivent chacun un minimum de 300 $ en dons par événement. Certains sont des jeunes qui s’initient au travail, tandis que d’autres proviennent d’autres projets ou organismes en quête de financement.