Patrick Groulx

Un rodage pour Patrick Groulx

Les amateurs de Patrick Groulx auront enfin du nouveau matériel à se mettre sous la dent. L'humoriste sortira d'une sabbatique de trois ans le 14 janvier, à la Maison des arts de Drummondville, afin de présenter quelques numéros qui pourraient se retrouver dans son quatrième spectacle solo.
Il s'agira du premier de 14 spectacles de rodage présentés un peu partout à travers le Québec cet hiver. Groulx y proposera 45 minutes de numéros inédits. Conscient que c'est bien peu, il sera accompagné sur scène de Sam Breton, Maude Landry et Matthieu Pepper.
« J'ai dit aux différents diffuseurs que je n'avais pas encore assez de matériel pour faire 90 minutes de show. Je veux me donner le temps de faire les choses comme il le faut, mais j'ai besoin de cette période de rodage, explique-t-il. Ça faisait longtemps que je voulais travailler en collaboration avec de jeunes humoristes. C'est la première fois et j'ai bien hâte. Je les trouve tellement puissants! »
Le choix de Drummondville comme première date de rodage ne s'est pas fait par hasard. L'artiste a privilégié la région pour la justesse des réactions de l'auditoire.
« Le public est très fiable. S'il y a un gag qui ne passe pas à Drummondville, on sait qu'il ne passera pas ailleurs. Si, au contraire, les gens rient, on sait qu'on doit garder le numéro », explique Groulx.
C'est d'ailleurs un peu pour cette raison que cette première est accompagnée d'un concours permettant à 15 personnes de partager une consommation et une poutine avec l'humoriste et ses invités après la représentation. Ils auront l'occasion de discuter pendant un moment, notamment sur le spectacle auquel ils viennent d'assister.
« C'est la première fois que je fais ça. On va l'essayer et il est possible qu'on le fasse aussi pour d'autres dates. Ça va me permettre de prendre le pouls. Quand tu es en rodage, tu as besoin de savoir si tu es sur la bonne voie  », continue-t-il.
Des textes plus mûrs
Beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis le dernier spectacle solo de Patrick Groulx. Il a maintenant atteint la quarantaine, a eu deux enfants et s'est séparé de leur mère. Il prévoit d'ailleurs un numéro sur la séparation, la mélancolie, mais aussi ses bons côtés.
« J'ai essayé de trouver les côtés positifs de la rupture. Aussi absurde que cela puisse paraître, il y en a beaucoup. J'ai conservé une bonne relation avec mon ex. On va au cinéma tous les quatre ensemble à l'occasion. C'est sûr que je m'ennuie beaucoup de mes enfants, mais en même temps, c'est tripant la semaine sans eux », rigole-t-il.
Fort de sa vaste expérience de scène, Groulx ira également d'un numéro sur le rodage lui-même. « Ce serait plaisant de pouvoir l'appliquer à d'autres sphères de notre vie. Avoir un coach qui pratiquerait nos liners pour un premier rendez-vous, par exemple... »
L'humoriste n'a pas encore choisi de titre ni de thématique bien précise pour le prochain spectacle, qui devrait voir le jour quelque part en 2018. Il lorgne particulièrement le thème de l'ambition et la façon dont elle mène le monde.
« On veut être un bon père, un bon ami, on a l'ambition de plaire au monde, on veut tellement être bon dans plein d'affaires... Le potentiel de l'ambition est énorme », suggère-t-il.
Un rendez-vous différent
Patrick Groulx s'est ennuyé de la scène. Il est également fébrile à l'idée de donner cette série de prestations toujours en chantier, qui n'ont rien à voir avec la précision extrême des spectacles à maturité. On doit s'attendre à des fous rires de sa part, des trous de mémoire, des gags plus ou moins drôles... ou pas drôles du tout.
« On se sent comme une merde quand les gens ne rient pas. Je ne souhaite pas que ça arrive, mais il est possible qu'il y ait trois ou quatre gags de suite qui ne font rire personne. Les gens n'ont pas idée, mais on est fragile sur scène. Ce n'est pas long qu'on a de la sueur dans le dos. On tombe alors sur des petits trucs pour détendre l'atmosphère. On ne veut pas créer un malaise », dit-il.
Des 45 minutes de spectacles qui seront présentés à Drummondville, une partie sera retranchée, alors qu'une autre portion pourrait servir à une nouvelle saison de Dans ma tête, si l'émission de TVA revient. L'artiste a donc encore fort à faire pour en arriver à sa prochaine tournée solo.
<p>Sam Breton</p>
Ce qu'il dit de...
Sam Breton: « Il a fait plusieurs de mes premières parties au cours des dernières années. C'est un raconteur incroyable. Il faisait une vingtaine de minutes de spectacle et je n'étais pas capable d'arrêter de l'écouter. Il possède un beau gros charisme. »
<p>Matthieu Pepper</p>
Matthieu Pepper: « Il est fou comme de la marde, il pourrait travailler dans une quincaillerie que tout le monde l'aimerait. Il a une drôle de façon de dire les choses. J'aime surtout quand il fait son numéro sur La voix junior. »
<p>Maude Landry</p>
Maude Landry: « Je n'ai jamais vu une humoriste aussi exceptionnelle. Elle a réussi à développer un style bien à elle. Elle n'est pas Cathy Gauthier ni Lise Dion. C'est facile pour un humoriste d'imiter ou de s'inspirer, mais elle, elle sort des sentiers battus. Elle est à la fois timide et attachante. »
Vous voulez y aller?
Patrick Groulx et les p'tits pas fins en rodage
Samedi 14 janvier, 20 h
Maison des arts, Drummondville
Entrée : 43 $
Jeudi 16 février, 20 h
Carré 150, Victoriaville
Entrée : 44 $ à 69 $
Mardi 14 mars, 20 h
Salle Maurice-O'Bready, Sherbrooke
Entrée : 45 $