L’auteure granbyenne Kim Messier

Un nouveau roman pour Kim Messier

Elle a fait du roman érotique sa marque de commerce. L’auteure granbyenne Kim Messier publie mercredi Mes âmes sœurs, son quatrième ouvrage du genre... avec l’intention de prendre doucement ses distances de ce registre.

Dans ce nouvel opus, on retrouve Catherine, qui faisait partie de la galerie de personnages de Je t’ai dans la peau, son livre précédent. « J’ai pris son histoire à elle. Elle m’intriguait, car elle avait été quatre ans célibataire. »

Réservée, la jeune femme se laissera séduire non pas par une personne, mais par un couple. Avec tous les doutes et les préjugés que ce trio amoureux risquera d’entraîner. Bref, Kim Messier a choisi d’aborder le sujet de la plurisexualité. 

« Il y a deux ans, j’ai rencontré une fille de Montréal qui est devenue une amie. Elle était dans un couple ouvert et ne cachait pas qu’elle était plurisexuelle. Ça m’a beaucoup intriguée et j’ai posé plusieurs questions, car ce n’est pas le type de relation dans lequel je suis à l’aise », raconte la romancière, qui enseigne le français au secondaire.

Maintenant qu’elle en sait plus sur le sujet, Kim Messier rappelle qu’il s’agit d’un véritable tabou chez les adultes. « Pourtant, ce n’est pas juste un trip, c’est une orientation sexuelle. » 

Parce que peu de sources abordent ce thème, elle a dû faire beaucoup de recherches, même sur le plan légal, pour être en mesure d’écrire en toute connaissance de cause. 

« Ça m’a demandé plus de travail et ça a retardé l’écriture d’environ un an. » 

Le bassin de lectrices — ce sont principalement des femmes d’ici et même de la France — de Kim Messier attendait donc son nouvel ouvrage avec impatience, dit-elle, en précisant que la version papier et numérique seront disponibles cette semaine. 

Un dernier

Lorsqu’on lui avait parlé la dernière fois, en 2015, Kim Messier avait mentionné que ce livre allait mettre un terme à sa série de romans érotiques, en croyant avoir fait le tour du jardin. 

Elle semble avoir changé d’idée. « Il va peut-être y avoir un cinquième roman parce qu’un des personnages de Mes âmes sœurs m’intéresse... J’ai envie de le développer, en abordant un autre type de questionnement. »

L’auteure insiste d’ailleurs sur le volet psychologique de son travail. 

« Je préfère dire que c’est de la littérature pour adultes où les scènes érotiques sont présentées dans un cadre amoureux et sensuel, précise-t-elle. C’est surtout une réflexion sur le questionnement des femmes. Il y a un côté très social dans mes livres. »  

Et une fois cette boucle bouclée, elle se lancera dans le roman fantastique pour jeunes adultes. Les plans, dit-elle, sont déjà amorcés. « Mais je vais ralentir un peu la cadence d’écriture. Avec les enfants, le travail et tout le reste, l’idéal serait de sortir un livre aux deux ans. »