Ian Fournier lancera trois albums mardi aux Loubards : Déprimates, Troba et Battements d’rêves.

Un lancement, trois CD pour Ian Fournier

L’artiste prolifique du Val-Saint-François Ian Fournier lancera cette semaine non pas un, ni deux, mais bien trois disques regroupant 35 pièces.

Bien qu’il n’y ait aucun lien entre Déprimates, Battements d’rêves et Troba, l’auteur-compositeur-interprète tenait tout de même à les présenter ensemble.

« Je travaille sur Déprimates depuis deux ans avec Éric Villeneuve, un réalisateur de Montréal qui a collaboré avec Bernard Adamus et Avec pas d’Casque. Le spectacle que je présente en ce moment ne contient que les chansons de cet album et je ne travaillerai qu’avec elles pour les deux prochaines années », explique Ian Fournier.

L’ensemble des chansons, interprétées à la guitare seulement, a été capté en direct l’été dernier à Montréal par Tonio Morin-Vargas, qui a aussi enregistré le plus récent disque de Bernard Adamus.

« Je voulais aller chercher de l’authenticité dans les textes et la musique, faire ressortir ce qui me ressemble le plus et dévoiler ma particularité comme artiste. Je dis beaucoup plus mes textes que je les chante », ajoute l’auteur.

Battements d’rêves est le troisième et dernier album instrumental de l’artiste de Lawrenceville. « Des pièces datent d’aussi loin que 1999. En faisant le ménage, j’ai choisi celles que je préférais et j’y ai ajouté d’autres compositions. J’attendais le bon moment pour les enregistrer », explique l’artiste, en précisant que, pour ses albums instrumentaux, il se prénomme Firanournie.

Troba regroupe des chansons romantiques d’un ancien projet, destinées au départ à être interprétées par une femme. « Le projet n’a jamais abouti et je trouvais dommage que les pièces ne servent à rien, alors j’ai décidé de les interpréter. »

Troba a été enregistré avec un studio portatif alors que l’auteur et compositeur était en voyage à Cuba l’hiver dernier. « J’ai informé les gens qui nous hébergeaient que je désirais rencontrer des musiciens professionnels, alors un voisin violoniste m’a invité à jouer à Trinidad avec son groupe. De fil en aiguille, des musiciens se sont ajoutés et j’ai pu compléter mon album en me déplaçant de casa en casa pour enregistrer chacun des instruments », mentionne l’artiste, qui a capté aussi des sons ambiants pour compléter la création de son album.

Soutenu par la SNE

L’artiste collabore avec la Société nationale de l’Estrie, qui promeut la langue française et la culture québécoise, pour son lancement à Sherbrooke. « Le groupe voulait organiser des évènements où la culture est incarnée par un artiste. De mon côté comme du leur, on trouve notre compte », souligne Ian Fournier.

La Société organise aussi une campagne de financement pour soutenir l’artiste dans l’impression de ses albums.

Avec la présentation de ses trois récents opus, Ian Fournier effectue un retour à la chanson, lui qui s’est consacré pendant plusieurs années à différents projets jeunesse. Il amorce la tournée de son nouveau spectacle intitulé J’me charche un public!

Le projet Gériart de l’auteur-compositeur-interprète Ian Fournier s’est terminé sur une bonne note. Six chansons relatant la vie et la réalité des aînés ont été enregistrées à la suite de l’expérience artistique unique vécue par les locataires du Château du Bel Âge et des résidences Brunswick de Richmond. Des ateliers de théâtre, de danse et de cirque avaient été proposés aux aînés l’an dernier.

« C’est tellement beau! À Richmond, deux chansons ont été réalisées : Nos étés d’autrefois et Dans le bon vieux temps. Le plus touchant est d’entendre les voix. Elles transmettent leur vécu. Il y a des participants qui doutent de leur capacité à chanter, mais une fois qu’ils débutent, c’est de toute beauté », se réjouit Ian Fournier.

À Windsor, une chanson a été composée en groupe et trois autres, individuellement. « La chanson de groupe s’intitule La vie au Château. Elle raconte le quotidien au Château du Bel Âge. Les participants n’ont pas fait un portrait idyllique de ce qu’ils vivent. C’était leur choix de raconter les bons comme les mauvais côtés », explique l’instigateur du projet.


Vous voulez y aller?

Lancement de Déprimates, Battements d’rêves et Troba
Ian Fournier

Mardi 24 avril, 17 h
Loubards, Sherbrooke
Entrée gratuite