Le directeur artistique de la Grande nuit de la poésie de Saint-Venant-de-Paquette, David Goudreault, affirme que l’édition 2018 de l’événement a été au-delà des attentes du comité organisateur.

Un feu roulant de paroles profondes

La Grande nuit de la poésie de Saint-Venant-de-Paquette a attiré une foule record cette année, prouvant que la poésie a encore la cote auprès d’un public composé d’individus de tous âges.

Comme l’a si bien dit Louis Hamelin dans sa prose au courant de la soirée, il y a des petits bijoux méconnus dont il ne faut pas trop ébruiter l’existence afin qu’ils conservent leur essence unique. C’est le cas de la Grande Nuit de la Poésie ainsi que du village de Saint-Venant-de-Paquette, qui a été un véritable feu roulant de poésie sur trois scènes différentes dans la nuit de samedi à dimanche.

« Ça a été au-delà de nos plus grandes espérances », annonce d’emblée l’auteur et directeur artistique de l’événement, David Goudreault. « On a eu un peu plus de gens qu’à la première édition. Au plus fort de la nuit, il y avait au-dessus de 1000 personnes sur le site, ce qui est assez incroyable pour un village de 111 habitants. »

La programmation de la Grande nuit de la poésie était extrêmement chargée en cette deuxième édition, ce qui représentait un défi logistique de taille pour les organisateurs ainsi que les bénévoles.

« Ce dont je suis le plus fier, c’est que tous les blocs ont été présentés à l’heure. Les poètes étaient enchantés de l’accueil qu’ils ont eu. L’équipe de bénévoles a fait un travail incroyable, ils ont fait la différence pour que cette édition soit un succès », poursuit M. Goudreault.

Au plus fort de la nuit, il y a eu au-delà de 1000 personnes sur le site de la Grande nuit de la poésie, ce qui est impressionnant pour un événement qui se tient dans un village qui compte habituellement 111 habitants.

Des moments forts en émotion

Sans surprise, la nuit a été remplie de moments mémorables forts en émotion. Le maire Henri Paizeau a d’abord fait une belle allocution pour amorcer la soirée à la brunante, donnant des airs mystiques à la nuit qui ne faisait que s’amorcer.

La performance d’une heure de Raôul Duguay, en compagnie de Jean-Martin Aussant, a été captivante, tout comme le récital des poèmes d’Alexandre Belliard en hommage à Pierre Falardeau et Richard Séguin.

« Le spectacle de Richard Séguin avec Luce Duffaut, Tire le coyote, Patrice Michaud, Catherine Durand et les autres artistes de renom était un moment magique, l’église était pleine à craquer. La conférence de Normand Baillargeon était très courue et hyper précieuse », confie David Goudreault quant à ses moments les plus marquants de la nuit.

Avant de quitter la scène, les artistes ont chanté l’Hymne au printemps de Félix Leclerc pour satisfaire les spectateurs, qui en redemandaient.

La compétition de Slam des Titans a elle aussi été captivante, prenant place au beau milieu de la nuit. « Ça s’est déroulé à 3 h du matin, c’était ma stratégie pour faire veiller les gens le plus possible. Le gagnant de la compétition a été D-Track, un slameur d’expérience. Tous les ateliers ont été très populaires, ç’a vraiment été une nuit magique », conclut M. Goudreault, mettant l’accent sur l’ambiance positive qui a régné à la grandeur du petit village de Saint-Venant-de-Paquette tout au long de la soirée.