Pascal Naud, Guy Gagnon et Pierre Émond se donneront la réplique dans la pièce absurde Attends-moi à Tokyo, présentée pour la première fois à Sherbrooke en juillet.

Un déménagement qui déménage !

« Tabarnouche, comment ça va finir cette histoire-là?! » Voilà la réaction attendue pour la pièce de théâtre d’été Attends-moi à Tokyo présentée au Parvis en juillet, selon Guy Gagnon, l’un des trois comédiens qui lui donneront vie sur scène. Celui-ci recommande de laisser son cerveau à la porte et de se laisser prendre par cette pièce bonbon traitant de l’amour inconditionnel entre amis, parents ou amoureux, le tout autour d’une histoire de déménagement.

« C’est une comédie farfelue, absurde et complètement déjantée », lance M. Gagnon en guise d’introduction au texte d’Étienne Langevin (qui a écrit pour plusieurs humoristes), Dominic Quarré et Médéric. On y raconte l’histoire de Carl et Dominic (joués par Pierre Émond et Pascal Naud, du duo humoristique Naud’Émond), deux amis qui viennent chercher les affaires de Fanny, la conjointe de Carl et la fille de Marcel (Guy Gagnon). Or, Dominic se rend compte en cours de route que ni Marcel ni Fanny ne sont au courant du projet de déménagement. En ami solidaire, il concocte alors un plan saugrenu pour obliger Fanny à déménager, mais perd rapidement le contrôle de la situation.

« Toutes les fois où on l’a jouée, les gens ont été surpris de l’histoire... C’est vraiment très banal au départ, mais ça se complique et ça devient tellement gros », témoigne M. Gagnon.

Ceux et celles qui cherchent encore le lien avec la mention de Tokyo dans le titre de la pièce chercheront longtemps, car le titre ne serait qu’une brève référence insérée dans la pièce qui ne reflète en rien le texte ou ses thèmes. « C’est un bizarre de titre pour une bizarre de pièce », résume-t-il, refusant d’en dire plus pour ne rien divulgâcher.

Redécouvrir le théâtre d’été

Selon M. Gagnon, cette pièce est l’occasion parfaite pour se réconcilier avec le théâtre d’été, qui n’a pas toujours bonne presse.

« Ce que je déplore un peu c’est que, des fois, les gens sont allés voir une pièce et ils n’ont pas aimé ça, alors ils ne veulent plus en voir. Moi, je leur demande tout le temps s’ils ont déjà vu un mauvais film au cinéma ‘‘Ah, ben oui! ”; y allez-vous encore? ‘‘Ah ben oui, mais ce n’est pas pareil!” Ben oui, c’est exactement pareil! », plaide-t-il.

Par ailleurs, M. Gagnon rassure les détracteurs du genre qui trouvent que ce sont toujours les mêmes pièces présentées ou qu’elles se ressemblent toutes : cette pièce, jamais jouée à Sherbrooke, sortirait en effet des habituels « claquages de porte ou triangles amoureux » souvent rencontrés dans en théâtre d’été.

Les six représentations de Attends-moi à Tokyo auront lieu à 20 h du 4 au 6 juillet ainsi que du 25 au 27 juillet, à la salle du Parvis à Sherbrooke.