Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Ginette Reno et les académiciens ont rendu un hommage à Luc Plamondon.
Ginette Reno et les académiciens ont rendu un hommage à Luc Plamondon.

Un délicieux mélange des genres à Star Académie 

Mario Boulianne
Mario Boulianne
Le Droit
Article réservé aux abonnés
On a bien cherché un jeu de mots « pascal » pertinent et pas trop niais pour cette grand-messe de Star Académie, mais on va passer notre tour et on se contentera de remarquer qu’on a ratissé large, dimanche soir, pour ce huitième Variété.

On a eu droit à un délicieux mélange des genres sur le plateau format géant du studio Mels alors que Bruno Pelletier, Ginette Reno, Paul Daraîche, Guylaine Tanguay et Émilie Bilodeau sont venus faire leur tour. 

Il y a aussi eu une deuxième performance de Mika en autant de soirs. Cette fois, contrairement à sa première prestation où ses propres chansons étaient en évidence, la star internationale a offert un numéro sous le thème de la liberté. De Bowie à Lady Gaga en passant par Elvis, Aya Nakamura et Bronski Beat, ce numéro était bercé par l’extravagance et le glamour de Mika qui mettait ainsi fin à sa participation à titre de directeur artistique de l’Académie. Le Français retourne donc dans l’Hexagone après deux semaines passées dans les Cantons de l’Est, sans compter sa quarantaine avant son arrivée au manoir de Waterloo.

Bruno Pelletier, ici accompagné de Guillaume et Jacob, a fait partie de l'hommage à Luc Plamondon.

Le « simple parolier »

« Je suis un simple parolier et grâce à de grands interprètes, mes chansons ont traversé le temps », a confié Luc Plamondon juste avant que l’on présente un hommage au grand parolier québécois, un numéro où les académiciens ont été accompagnés par Ginette Reno et Bruno Pelletier dans l’interprétation de grandes chansons signées par Plamondon. 

On a particulièrement apprécié ce numéro qui a mis sous les projecteurs de magnifiques voix. À l’aube de ses 75 ans, Mme Reno était rayonnante sur le plateau de Star Ac, tout comme Bruno Pelletier, un des interprètes fétiches de Plamondon.

Malgré une belle interprétation de la pièce <em>Fever</em>, Annabel quitte l'aventure de <em>Star Académie</em>.

Les mises en danger

Quant aux mises en danger, la compétition était féroce alors que trois favoris du public devaient défendre leur place à l’Académie.

Annabel Oreste, Jacob Roberge et Shayan Heidari avaient beaucoup à perdre, dimanche soir.

C’est avec une version toute personnelle de Fever qu’Annabel a défendu sa place à l’Académie. Le jazz va très bien à la jeune interprète de Laval qui a rapidement fait monter la température dans le studio.

Quant à Jacob, il a choisi The winner takes it all — un succès du groupe Abba — pour convaincre le public et les professeurs qu’il a tout ce qu’il faut pour se rendre jusqu’au bout de l’aventure. Mais soyons francs, ce ne fut pas sa meilleure livraison de la saison. Il s’en est quand même bien sorti malgré quelques « hoquets » pendant sa performance. Son professeur Gregory Charles, avec un commentaire « chouchou », aura peut-être influencé le vote populaire.

En y allant avec la chanson Marvin Gaye de Charlie Puth, Shayan a montré toute sa versatilité. Il a chanté, il a dansé et il s’est surtout amusé en laissant parler sa joie de vivre. D’un naturel désarmant sur scène, le jeune interprète de Montréal a fait preuve d’une belle assurance, ne se laissant pas démonter par le talent de ses deux camarades en danger avec lui.

Au terme du vote du public, c’est Jacob qui a été choisi alors que Shayan a été protégé par le corps professoral. Annabel quitte donc l’Académie quatre semaines avant la remise des diplômes. 

Guylaine Tanguay et Paul Daraîche ont mis une touche country dans le <em>Variété</em> du dimanche de <em>Star Académie</em>.

Le country résonne

Il y avait du « twang » bien assumé, des bottes de foin et même un « pick-up truck » dans le studio, dimanche, alors que Paul Daraîche et Guylaine Tanguay y ont fait résonner la musique country au grand plaisir des amateurs du genre… et de Guillaume Lafond, le cowboy de l’Académie.

Accompagnées par les locataires du Manoir Maplewood, les deux icônes du country au Québec ont teinté cette production qui a l’habitude d’en mettre plein la vue d'un peu plus de simplicité. 

Émile Bilodeau était de passage sur le plateau de <em>Star Académie</em> dimanche soir.

Le coucou d’Émile

De passage au Variété dimanche soir, Émile Bilodeau a pris le temps d’interpréter trois chansons en formule « medley ». 

L’artiste masculin de l’année lors du dernier gala de l’ADISQ est venu mettre un terme à cette soirée, après une fable inspirée de La Fontaine et lue par Patrice Michaud. Un sympathique clin d'oeil à la dernière semaine «académique».