Pierre-Philippe Côté est à l’origine du Projet 1606, un carrefour créatif qui prendra place dans l’église de Saint-Adrien.

Un carrefour créatif... piloté par Pilou

Première étape : acheter une église. Deuxième étape : mettre sur pied un hub (carrefour) de créatifs où tous pourront se réunir dans une multitude de projets éclatés. Pierre-Philippe Côté, alias Pilou, alias Peter Henry Phillips, voit grand. Son secret? « Il ne suffit pas de penser à l’extérieur de la boîte, il ne faut pas avoir de boîte du tout! »

Pilou a récemment mis la main sur l’église de Saint-Adrien, un projet qui mijote depuis près de trois ans dans sa tête, parmi mille et une autres idées. Il aurait été prêt à se lancer plus tôt, mais le moment n’était simplement pas le bon selon lui. Cet intervalle lui aura néanmoins permis de faire évoluer son idée et de s’entourer d’alliés et de partenaires de choix.

L’initiative s’appelle présentement Projet 1606, nombre correspondant à l’adresse du bâtiment. Peut-être est-ce le fruit du hasard ou un signe du destin, mais ces chiffres rappellent également la date de naissance de Pilou : le 16 juin.

Et aujourd’hui, lorsqu’il passe les grandes portes et qu’il commence à décrire les rénovations qui grouillent dans son esprit depuis les dernières années, on comprend qu’il les voit déjà très bien. Tellement qu’on les imagine avec lui.

« On va faire un nouveau balcon pour l’orgue, qui va s’en venir au milieu de l’église. Dans le jubé, on détruit toutes les marches. Mon studio s’en va en haut dans la nef. On va avoir deux studios de postproduction au balcon actuel. Dans tous les espaces où il y a des arches, il va y avoir des lofts d’artistes multifonctionnels, audio, vidéo, sculpture, peinture… »

Galerie d’art, danse, cirque, alouette!

Figurent aussi dans ses plans une galerie d’art, un service de boîtes à lunch pour les élèves de l’école primaire, un mur d’escalade, des ateliers de danse, des ateliers de cirque… et plus encore.

« L’école est juste à côté. Si un enfant peut venir ici après les cours, avoir de l’aide aux devoirs dans la sacristie, manger un repas puis aller à un atelier de cirque, ce serait juste merveilleux », imagine l’artiste aux multiples talents.

Le projet se fera bien sûr par petites étapes, Pilou n’est pas pressé. Si l’acquisition de l’église s’est faite sans subvention, l’équipe autour du projet est toujours à la recherche de financement et de partenaires pour permettre de concrétiser les différentes idées. « Toutes les idées sont bonnes! »

Le premier pas? Grossir l’entrée électrique afin de pouvoir accueillir le plus de projets possible.

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard a d’ailleurs eu vent du Projet 1606 lors de sa rencontre avec le musicien plus tôt ce mois-ci. « Il a été impressionné. Ç’a été une rencontre agréable, on a eu de belles discussions », explique celui qui avait invité élus municipaux et voisins pour l’occasion.

Créateur de tissu social

« J’ai envie de bâtir un endroit qui va créer du tissu social, qui va le solidifier. C’est ce qui est selon moi le filet de notre société. Si on se met tous ensemble pour faire des projets plus grands que nous, ça ne peut pas faire autrement que de nous faire grandir », confit le créateur aux multiples talents.

Pour celui qui a établi son nid à Saint-Adrien il y a quelques années, c’est maintenant plus qu’une évidence que la création dans les plus petits milieux est accessible. Plusieurs artistes lui rendent d’ailleurs visite à son studio afin de travailler avec lui.

« Pourquoi les gens ne viendraient pas ici? On a des initiatives locales hallucinantes, que ce soit au mont Ham ou à la Meunerie ici à Saint-Adrien. Il y a des gens qui font parfois deux heures de route pour rester dans la même ville. Alors, pourquoi ne pas faire le même temps, mais se rendre à un endroit un peu plus beau? »