Nicolas et Jacques Boulrice

Transmettre la magie père-fils

Quoi de mieux qu’un duo père-fils pour célébrer la transmission des traditions et les liens qui unissent les familles? Avec leur spectacle Carnet de notes, Jacques et Nicolas Boulerice offrent des fragments de vie, des anecdotes savoureuses et des histoires fantaisistes au public. Les deux hommes célèbrent la simplicité de la vie, mais aussi sa grandeur.

Jacques Boulerice est un ancien enseignant de cégep devenu conférencier et auteur. Son fils est pour sa part membre de la formation musicale Le Vent du nord. Les parcours de l’un et de l’autre diffèrent, mais sur scène, les deux entrent en communion et vibrent au même diapason.

Le père se souvient avec émotion de la première du spectacle Carnet de notes. Ce jour-là, non seulement Nicolas était-il sur scène avec lui, mais il y avait aussi son autre fils, Alexandre, député néo-démocrate bien connu. « C’était vraiment émouvant pour moi de faire ça avec mes deux garçons. J’ai versé quelques larmes », reconnaît-il.

Si Alexandre Boulerice était présent à la première, la tournée de spectacles s’effectue sans lui cependant. Jacques offre au public des textes de son cru, tandis que Nicolas chante et étale ses talents de musicien.

« La question de l’héritage, de la passation, de la transmission est au cœur de notre spectacle. C’est un peu de père en fils, d’une certaine façon. On s’intéresse aux petits moments magiques de la vie quotidienne. On fait revivre des gens de notre passé et on observe ceux de notre présent ou de notre futur. »

L’Idée d’une amie

Carnet de notes a été monté après une proposition de l’enseignante Maryse Choinière, qui connaît bien la famille Boulerice et qui croyait que réunir le père et le fils sur scène ferait naître des moments touchants et intenses.

Or, Mme Choinière ne s’est pas contentée de proposer : elle a déniché une salle, à Sainte-Anne-de-Sabrevois, pour que les deux hommes puissent se produire une première fois.

« J’avais bien accueilli son idée. Quand on y pense, c’est une chance inouïe de pouvoir faire quelque chose de semblable avec son fils. D’autres artistes ont connu ça, mais c’est une expérience rare. »

Au départ, l’objectif du duo était de n’offrir qu’une seule représentation. Jacques et Nicolas Boulerice ont toutefois réalisé, après la première, que le public avait été charmé et que des gens en redemandaient. « On nous a dit que ce serait malheureux qu’on arrête immédiatement. On a donc décidé de continuer », confie le paternel.

En raison de l’horaire du fiston, le nombre de représentations demeure limité. Mais la fin de l’aventure n’est pas pour demain, le tandem a encore plusieurs spectacles devant lui.

L’amour des mots

Tout comme son père, Nicolas Boulerice paraît enchanté par l’aventure. « C’est spécial de vivre ça avec son père, reconnaît-il. C’est lui qui m’a fait tomber amoureux des mots. Aujourd’hui, j’écris des chansons et de la poésie. »

Le plaisir est d’autant plus grand que les deux hommes s’assurent que tout s’effectue avec un minimum de pression. « Des salles plus grandes nous ont été proposées, mais on n’a pas voulu. On préfère rester dans plus petit. On ne veut pas de stress pour ce projet-là », explique Nicolas.

Récemment, le chanteur a lancé Maison de bois, un disque aux « accents jazz et pop » dont le contenu est relativement différent de ce à quoi il a habitué son public. Nicolas Boulerice a puisé plusieurs chansons sur cet album pour Carnet de notes. Quant à Jacques, il a replongé dans son livre L’invention des fêtes pour dénicher bon nombre des extraits qu’il livre au public.

Vous voulez voir?

Carnet de notes
Jacques et Nicolas Boulerice

Samedi 28 avril, 20 h
La Caravane, Hatley
Entrée : 15 $