Lancée simultanément sur tout le territoire québécois mardi, la toute nouvelle Fabrique culturelle de Télé-Québec offre déjà une intéressante vitrine à plusieurs artistes de l'Estrie. Le coordonnateur régional de Télé-Québec Pascal Gervais accompagne trois d'entre eux, soit le sculpteur Matthieu Binette, la photographe Arlette Vittecoq et la danseuse et chorégraphe Catherine Archambault.

Toute la culture, une Fabrique

Comment crée-t-on une exposition au Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke? Comment la chorégraphe et danseuse estrienne Catherine Archambault sélectionne-t-elle ses interprètes? Comment six artistes de l'Estrie et de la Montérégie relèvent-ils le défi d'une sculpture en cadavre exquis autour d'un cube suspendu? Réponses, désormais, sur fabriqueculturelle.tv.
Télé-Québec a en effet dévoilé mardi sa nouvelle plateforme culturelle web, axée surtout sur la vidéo et donnant une vitrine à tous les artistes du Québec, non plus uniquement à ceux de la métropole ou de la capitale. La télé d'État québécoise voulait pallier le syndrome de la pointe de l'iceberg, c'est-à-dire le petit nombre d'artistes connus par rapport au très grand nombre de ceux qui restent dans l'ombre.
« Il y a très peu d'artistes dont le travail est promu et reconnu dans les médias et nous voulions y remédier », de résumer la présidente et directrice générale de Télé-Québec, Michèle Fortin, lors d'une conférence de presse présentée à Montréal, mais diffusée simultanément dans la plupart des autres régions, dont au Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke.
« La Fabrique culturelle est née du rêve de donner d'autres voix à la culture sous toutes ses formes, dans un nouveau lieu de rassemblement. Nous souhaitons surtout que ce soit une place vivante, pas seulement un catalogue ni un répertoire, et qu'il y ait des échanges entre les créateurs et le public. »
La plupart des vidéos sont réalisées par les équipes régionales de Télé-Québec, mais aussi d'autres partenaires. Plus de 450 sont déjà consultables.
Vedettes ou pas vedettes
Catherine Archambault a été la première à faire l'objet d'un tournage en Estrie, alors qu'elle préparait son spectacle ¼. « C'était au mois d'août, et je n'avais alors aucune idée de ce que serait la Fabrique. Je trouve que ça donne une belle visibilité aux artistes, surtout que nous pourrons ajouter nos propres contenus », dit celle qui recherche justement un agent de tournée pour promener son spectacle au Québec.
« C'est très intéressant d'avoir une vidéo sur son travail réalisée dans un cadre professionnel », ajoute le sculpteur Matthieu Binette, qui a été le premier à participer au cadavre exquis du cube suspendu.
Parmi les autres artistes estriens figurent le cinéaste Anh Minh Truong, la photographe Arlette Vittecoq, la compagnie de danse Sursaut, l'acteur Alexandre Leclerc, le trio de photographes Clemz, Jean Beaudoin et J-F Dupuis, la formation musicale Jaune, le slameur David Goudreault et l'alter ego de Misteur Valaire, Qualité Motel.
Mais on peut aussi y entendre Rémy Girard jaser des 40 ans du Petit Théâtre de Sherbrooke, Guylaine Tremblay discuter d'Albertine en cinq temps avec Rita Lafontaine et Monique Mercure, ou Clémences DesRochers réciter un monologue à Raymond Lévesque dans un document d'archives.
Le Conseil des arts et lettres du Québec a profité de l'occasion pour lancer un nouveau programme de bourses (150 000 $) destiné aux artistes qui souhaitent créer une oeuvre pour la Fabrique culturelle. La date limite de candidature est le 15 avril 2014.