Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Magogois Louis-David Simoneau et sa partenaire de trapèze fixe Marie-Christine Fournier seront de la grande finale Talents bleus de La semaine des 4 Julie ce mercredi sur la chaîne Noovo.
Le Magogois Louis-David Simoneau et sa partenaire de trapèze fixe Marie-Christine Fournier seront de la grande finale Talents bleus de La semaine des 4 Julie ce mercredi sur la chaîne Noovo.

Talents bleus : pousser le trapèze aux limites

Sonia Bolduc
Sonia Bolduc
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Il faudra repousser la barre un peu plus haut, lance avec enthousiasme la voix au bout du fil. De la bouche d’un trapéziste qui a parcouru le monde et œuvré dans des troupes aussi prestigieuses que celles du Cirque Éloïze et du Cirque du Soleil, l’objectif n’est certes pas une mince affaire. Mais Louis-David Simoneau n’a peur de rien. Ou de bien peu de choses…

« Ça fait un moment qu’on pensait développer un numéro de ce type, mais là, l’enjeu est grand et on a décidé d’y aller. On joue le tout pour le tout », annonce le trapéziste originaire de Magog qui, avec sa partenaire de travail Marie-Christine Fournier, sera de la grande finale Talents bleus de La Semaine des 4 Julie, ce mercredi 7 avril, sur Noovo. 

C’est sous les couleurs de Chaudière-Appalaches, patrie de Marie-Christine, que les deux artistes se sont présentés sur le plateau depuis le début du concours, franchissant élégamment les étapes jusqu’à la finale.

L’enjeu que se disputeront les finalistes de l’émission est de 100 000 $, un montant significatif pour des artistes des arts vivants qui ont été privés de travail et de revenus depuis le début de la pandémie. De quoi se remettre sur les rails financièrement et psychologiquement, permettre aussi de lancer la suite des choses.

C’est donc en pigeant dans une forme ancienne d’art circassien que le duo prépare l’envolée de mercredi, un numéro capillaire où non seulement Louis-David soutiendra sa partenaire par les cheveux, mais où lui-même sera suspendu à son trapèze par son seul cuir chevelu.

« C’est une discipline ancestrale dans le cirque, et une façon de faire très exigeante, très douloureuse aussi, explique Louis-David. Ça demande toute une préparation juste pour attacher les cheveux et faire en sorte que ce soit bien centré, que la douleur soit uniformisée.

« Quand on a fait les premiers essais à la fin de l’été dernier, j’ai tenu environ 0,4 seconde, poursuit-il en riant. Ça fait vraiment très mal. Mais je m’étais donné comme objectif d’y parvenir en 2021, et ce concours, c’est l’occasion parfaite. »

Louis-David et Marie-Christine sont bien conscients que certains spectateurs pourraient trouver l’épreuve pénible à regarder, aussi ont-ils travaillé le numéro avec minutie.

« Une partie de notre art, c’est de faire en sorte que les choses semblent faciles, qu’elles semblent couler d’elles-mêmes, tout en douceur. Les numéros de trapèze sont très exigeants sur tout le corps, mais quand les gens nous regardent, ça semble facile. Nous avons bâti le numéro capillaire de la même façon, avec douceur et poésie, une musique délicate qui épouse bien le mouvement afin que ce soit beau à regarder. »

Si Louis-David espère que les gens apprécieront leur audace et leur sens artistique, c’est aussi parce que les grands gagnants seront désignés par vote du public dans la demi-heure qui suivra la présentation des numéros pendant l’émission de mercredi. Face au duo, un autre couple de trapézistes, une patineuse et une éleveuse canine.

« La compétition est relevée et c’est pour ça qu’on joue le tout pour le tout, qu’on ouvre une boîte de Pandore avec la complexité du mixte entre le trapèze et les cheveux. On doit accepter mentalement la douleur, s’abandonner à ça, l’apprivoiser. C’est un gros travail physique et psychologique. C’est dur sur le cou qui a l’habitude de retenir le poids de la tête, mais pas de tout le corps. Mais on a très hâte de partager le numéro avec le public », raconte encore Louis-David, qui espère, si Marie-Christine et lui remportent le grand prix, lancer un centre d’entraînement pour leur duo, Waz’O, et d’autres artistes.