Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’auteur estrien Mario Fecteau écrit depuis plusieurs années, mais il signe avec Le dernier Viking son premier roman à portée historique.
L’auteur estrien Mario Fecteau écrit depuis plusieurs années, mais il signe avec Le dernier Viking son premier roman à portée historique.

Sur la trace des Vikings

Karine Tremblay
Karine Tremblay
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Lorsqu’il a entamé l’écriture de son dixième livre, Mario Fecteau a décidé d’emprunter un nouveau sillon. Après avoir touché au fantastique et à la science-fiction, l’auteur estrien a choisi de s’ancrer dans le réel et l’hier. Il signe un premier roman historique avec Le dernier Viking.

La plaquette jeunesse qu’il publie chez Boréal raconte la quête des jumeaux Astrid et Bjorn qui quittent leur petit village de Suède pour partir sur la trace de leur père disparu au cours d’une expédition. 

Leur périple, amorcé en 1137, les mène sur diverses terres et met en lumière différents chapitres historiques.

« Il y avait beaucoup à creuser du côté des Vikings. Certaines séries télévisées les ont mis en lumière ces dernières années, mais quand on s’intéresse au sujet, on réalise qu’on connaît mal ce peuple-là ».  

L’image du barbare barbu qui attaque tout le monde avec férocité a la vie longue. Et elle est bien ancrée dans l’imaginaire collectif. 

« C’est une vision à déconstruire, une vision qui émane de recherches qui ont été faites sur l’ile Birka, en Suède, où on avait trouvé une tombe dans laquelle il y avait beaucoup d’armes. Les gens ont conclu que c’était un grand chef. Or, dans les années 1970, l’idée que c’était peut-être la tombe d’une femme a commencé à émerger, ce que les tests d’ADN ont confirmé. Ça en dit long sur la place des femmes dans cette culture », expose l’écrivain natif d’Asbestos qui a multiplié les recherches sur le sujet. 

« J’ai trouvé à la Grande Bibliothèque de Montréal plusieurs ouvrages intéressants, qui m’ont permis de me documenter et d’attacher mon récit à différents épisodes historiques. »

Des Vikings en Russie

En fin de roman, l’écrivain a d’ailleurs répertorié quelques infos plus factuelles sur le « peuple du Nord ». 

« Les Vikings sont allés un peu partout et jusqu’au Groenland, où ils avaient leur petite colonie. Le dernier mariage à s’y être déroulé a eu lieu en 1409. Quant à ceux qui sont partis de la Suède pour arriver dans le coin de la Russie, où vivaient les peuples slaves, ils se faisaient appeler "Rus", qui se prononce "rous" et qui est probablement à l’origine du mot russe », raconte Mario Fecteau. 

Curieusement, c’est au cinéma qu’il a eu la piqûre de l’écriture. 

« En 1978, j’ai vu le film La guerre des étoiles. J’ai ensuite emprunté le livre et, à partir de là, mon rêve, c’était de voir mon nom sur la couverture d’un roman. »

Ce n’était pas gagné d’avance. Mario Fecteau adorait raconter des histoires, mais la langue française lui donnait du fil à retordre.   

« J’ai terminé mon secondaire avec la superbe note de 52 en français. »

L’envie d’écrire était si grande qu’il a fait un retour aux études quelques années plus tard.  

« J’ai travaillé fort. J’ai lu, j’ai écrit beaucoup. Et j’ai obtenu mon baccalauréat en rédaction française, à l’Université de Sherbrooke », dit celui qui a publié Gaylord, son premier ouvrage, en 2007. L’envol du dragon a suivi l’année suivante et, plus tard, la série Les maîtres du Pentacle.

« Maintenant que j’ai amorcé un cycle plus historique, j’ai des idées pour plusieurs autres livres. Je travaille d’ailleurs présentement sur un roman qui parle des Incas. » 

  • Vous voulez lire?
  • Mario Fecteau
  • Le dernier Viking
  • ROMAN JEUNESSE
  • Boréal
  • 236 pages