Caroline Jacques, Sherbrookoise d'origine, est tombée amoureuse de l'Afrique. Elle en a d'ailleurs fait le coeur de son premier livre, Globe-trotteuse - Aller simple pour l'Afrique.

Souvenirs d'Afrique

En faisant de son amour pour l'Afrique le coeur de son premier livre, Globe-trotteuse - Aller simple pour l'Afrique, l'auteure Caroline Jacques sort des sentiers battus.
Dans l'histoire qu'elle a imaginée, son héroïne, Carlie, est une juriste québécoise qui s'envole pour le Niger afin de remplir un mandat de travail au coeur de l'endroit le plus pauvre du monde. Au fil de cette aventure, racontée avec authenticité, le lecteur parvient à se transposer dans l'univers du bouquin. « Le récit est inspiré d'une histoire très réelle. J'ai eu l'occasion de parcourir 15 pays d'Afrique et de vivre des expériences de coopérations internationales au Bénin, au Mali et au Niger », explique Mme Jacques, que certains connaissent peut-être en raison de son blogue, Maman Globe-trotteuse.
Ce n'est pas un hasard si elle a campé la majorité de son intrigue au Niger.
« Lorsque j'écris, j'ai besoin d'être secouée émotivement et d'être confrontée à moi-même, aux autres et à mes valeurs, surtout. Le Niger est le pays le plus pauvre du monde, c'est l'endroit par excellence pour faire ça. J'ai déjà effectué un contrat, là-bas, et lorsque je suis arrivée, je me suis rendu compte qu'il fallait redéfinir mes références, ma façon de travailler et de penser. Il faut apprendre à s'en sortir, là-bas, car la vie est un combat de tous les jours. J'ai également découvert une richesse humaine qui n'existe pas ailleurs dans le monde », raconte l'auteure originaire de Sherbrooke.
Avec son bouquin, elle espère sensibiliser ses lecteurs à la cruelle réalité des Nigériens. Elle souhaite aussi amener un point de vue différent sur les femmes aventurières, à l'instar de son personnage principal. « Dans la littérature québécoise, c'est quelque chose qui est très peu présent, encore plus lorsque c'est vécu par une femme. Mon éditeur m'a suggéré de faire vivre à une aventurière de 30 ans cette réalité pour voir comment elle s'en sort. On voit au fil de l'histoire que ça lui permet de se développer sur le plan humain », analyse celle qui est également guide de safari en Tanzanie.
Succès au rendez-vous
La réalité africaine exposée par l'écrivaine dans son roman-récit attire l'attention. « Grâce à l'équipe formidable qui m'accompagne, j'ai la chance d'être très bien guidée. Les personnes derrière moi étaient convaincues que les lecteurs seraient au rendez-vous et c'est le cas. Je suis choyée de recevoir plusieurs témoignages. Savoir ce qui a marqué les lecteurs, dans mon histoire, c'est ma paye d'auteure », mentionne Mme Jacques, qui devrait lancer en 2018 le deuxième tome de Globe-trotteuse.