Sherbrooke renoue avec la Fête du lac

La ville renoue avec la Fête du lac des Nations : la grande roue surplombe la cime des arbres dans le coin des manèges, la scène domine le paysage aux abords du lac et bien sûr, la fameuse chanson d'avant-spectacle de feux d'artifice retentit dans les haut-parleurs.
« C'est 1492 de Vangelis. Ça fait depuis les tout débuts qu'on la joue. Les gens sont tannés de l'entendre, mais quand on l'a enlevée il y a deux ans, ils ont changé d'idée, parce que ça les avertit que les feux vont commencer », explique Laval Chartré, président de la Fête du Lac.
La tradition se perpétue donc pour une 33e année. Figé dans le temps, le festival ramène les classiques année après année au bonheur de plusieurs.
Des milliers de personnes ont franchi les tourniquets hier soir, malgré la pluie qui menaçait le ciel. Chacun sa raison.
« Loco Locass c'est vraiment pourquoi on est ici ce soir. Le show est écoeurant, leurs textes sont incroyables. Biz est le meilleur ambassadeur de la culture et de l'enseignement », indiquent Stéphanie Bilodeau et David Leboeuf qui connaissaient les paroles des chansons par coeur.
« On achète notre passeport depuis plusieurs années, on est vraiment des fidèles. On vient pour la programmation, qui est excellente cette année soit dit en passant, mais surtout pour les feux d'artifice. Certains soirs on ne vient que pour ça », explique Bernard Beaupré. Avec Renée Lessard et Céline Jacques, ils revendiquent soir après soir un des meilleurs endroits pour regarder les feux - endroit qui restera secret pour le bien de leur cause.
« On vient surtout pour se retrouver entre amis, on ne s'est pas vu de l'été ou presque, c'est une belle occasion de tous se voir », explique Érika-Maude Barré, Andréanne Tremblay et Amélie Chênevert, des élèves du secondaire.
Le fameux spectacle pyrotechnique de la firme américaine Atlas, gagnante d'un Jupiter d'or en 2012 à Montréal, a enflammé le ciel. Spectaculaire du début à la fin, la prestation s'est avérée à la hauteur des attentes de plusieurs. En symbiose avec des chansons tirées de classiques cinématographiques, les feux se sont conclus par une finale tout en or, qui a fait briller le ciel sherbrookois. Subtiles, les bombes soumises aux dérogations semblent avoir valu le coup.
En quelques mots à peine, Loco Locass a récolté les acclamations d'une foule déjà conquise. Acclamations maintenues tout au long du spectacle grâce à un alignement impressionnant de succès.
Les textes poignants des chansons comme M'accrocher? et ceux plus dynamiques comme Le but (Allez Montréal) auront fait vivre une panoplie d'émotions à la foule qui en redemandaient sans cesse.
En première partie, Taktika a usé de ses meilleurs atouts pour soulever l'audience au départ incertaine.
Désarmé jusqu'aux dents a fait levé les bras dans les airs, La Tête dans les nuages a fait chanté, mais l'euphorie a débuté lorsque la réclamée chanson Un été chez nous a resonné dans le parc Jacques-Cartier.
DJ Huggies s'est chargé de meubler le temps mort avant les feux d'artifice d'un medley hip-hop pour respecter le thème de la soirée.
Une programmation pour un public niche certes, mais malgré une foule quelque peu clairsemée par moments, les organisateurs se disent heureux.
« Ce soir, on voulait vraiment faire plaisir aux adolescents. On salue la quantité effroyable de jeunes, on est vraiment satisfaits, et ce, malgré la pluie sur l'heure du souper », souligne Laval Chartré.
Scoop du mercredi. Lors d'un court entretien avec la firme saguenéenne Pyrospek, le propriétaire a affirmé que le spectacle de ce soir camouflera l'inexpérience de la compagnie qui en est à sa première présence à la Fête du Lac.
« Le spectacle va raconter l'histoire d'Ishkuteu. Notre finale va brasser pas mal plus que celle des firmes des autres années. On a mis le paquet. » À suivre.