L’artiste d’origine tunisienne King Abid ouvrira le bal du Festival des traditions du monde de Sherbrooke mercredi soir sur la scène Loto-Québec.

Sherbrooke, terre d’inclusion

La 21e édition du Festival des traditions du monde de Sherbrooke (FTMS) a officiellement été lancée mardi soir avec son Grand souper spectacle, qui a rassemblé plus de 1000 invités sous son chapiteau. Un périple multisensoriel qui s’assure que la fête continue jusqu’au 12 août, au parc Quintal.

« Ce qu’il y a de particulier, c’est que c’est un événement que la communauté commence vraiment à s’approprier. Le festival est devenu une institution. Les gens ont vraiment hâte au festival, ils me disent souvent qu’ils ont très hâte de vivre leur immersion culturelle » note Malika Bajjaje, directrice générale du FTMS.

Un voyage plus qu’abordable, insiste-t-elle. Des soirées-bénéfices comme celles de mardi permettent de demander 15 $ pour un passeport 5 jours et 7 $ pour les entrées journalières.

Pour donner le rythme au souper spectacle, l’artiste d’origine tunisienne aux influences jamaïcaines King Abid a offert un aperçu du spectacle qu’il offrira mercredi à la scène Loto-Québec. Une prestation précédée du slam thématique de David Goudreault.

Comme la culture nord-américaine est elle aussi à l’honneur, les danseurs de Swing Sherbrooke en ont profité pour inviter le public à brûler les planches du Shack d’Amérique avec eux ce vendredi.

Shauit, l’artiste de musique traditionnelle autochtone, reggae et folk se fera de son côté fier ambassadeur de la culture innu lors de son spectacle et de sa conférence-atelier mercredi.

Accueil et ouverture

Parmi les personnes présentes, la vice-première ministre, ministre vice-première, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade, a tenu à souligner l’importance de l’ouverture et de l’inclusion que met de l’avant l’emblématique événement.

« Mes parents sont arrivés au Québec en 1969. Mes parents, c’étaient des immigrants haïtiens. [...]Ils ont trouvé qu’il y avait tellement d’accueil chaleureux au Québec que c’est ici qu’ils ont décidé de construire leur vie. [...] Sherbrooke a toujours été un endroit d’accueil et d’ouverture. C’est important de le souligner, je crois qu’un événement comme celui-là, c’est unique au Québec. »

Le défi du manque de main-d’œuvre, conclut-elle, pourra être relevé grâce à ce genre d’ouverture sur le monde.

Ville D’adoption

Mariétou Diallo, originaire de Dakar au Sénégal, prenait part à la fête en compagnie de ses collègues de la caisse Desjardins des Deux-Rivières. À son arrivée à Sherbrooke, il y a 20 ans, elle s’est tout de suite investie dans le FTMS.

« C’est important de vivre en symbiose, de partager, dans une communauté d’accueil » commente-t-elle.

Aujourd’hui amoureuse de sa ville d’accueil, Mme Diallo ne la quitterait pour rien au monde. « Qu’est-ce qu’on voudrait aller chercher ailleurs ? » sourit celle qu’on pourra voir papilloner entre les 150 spectacles et activités du festival.