Après le succès du spectacle « Sur les traces du territoire », Olivier Brousseau et Jean-François Létourneau proposent maintenant un livre audio, lequel sera lancé ce mardi. Absents : Jérôme Fortin et Isaël McIntyre.

Se reconnecter au territoire

« Marcher, c’est caresser le pays avec ses pieds », écrit Jean-François Létourneau dans le livre audio Sur les traces du territoire, dans lequel il reprend son personnage du vieux marcheur créé pour le spectacle homonyme présenté de 2016 à 2018. Lancé ce mardi au Centre culturel de l’UdeS, ce livre audio du collectif sherbrookois Marchands de mémoire marie, comme le spectacle, contes, poésie et musique traditionnelle.

« Le spectacle Sur les traces du territoire a été présenté à une quinzaine de reprises. Après les spectacles, les gens souhaitaient se procurer nos textes et nos chansons. Cet intérêt nous a motivés à concevoir ce livre audio », expliquent les membres du collectif, qui ont confié la conception graphique du livre à Basta communication et l’enregistrement sonore au réalisateur Pierre Duchesne.

Résultat : 24 pistes audio de contes et chansons et un livre d’une quarantaine de pages qui rassemblent récits, anecdotes sur la création du projet et paroles de chansons (souvent originales, parfois issues du répertoire traditionnel).

Le personnage du vieux marcheur permet au conteur de traverser son territoire de prédilection qui s’étend de Sherbrooke, sa ville natale, à Saint-Venant-de-Paquette, coin de pays où il passe beaucoup de temps.

Pas de territoire sans humains

C’est un détour dans le Grand Nord canadien, où il a vécu de 2003 à 2006, qui a connecté Jean-François Létourneau à ses racines. « J’ai ramassé tout ce que j’avais appris des communautés autochtones et de leur rapport avec le territoire et je l’ai ramené à une perspective personnelle », note-t-il.

« J’avais le fantasme de la nature vierge presque sans humains. Mais j’ai compris que le territoire, oui, c’est la nature et le paysage, mais c’est surtout les communautés qui l’habitent. Sans communautés qui se racontent des histoires, qui chantent, qui dansent, il n’y a pas de territoire », ajoute Jean-François Létourneau, dont les mots sont enveloppés, sur les pistes audio, par la musique de ses complices des Marchands de mémoire, Olivier Brousseau, Jérôme Fortin et Isaël McIntyre.

Le conte mélange vérité, imagination et faits historiques. « Ce n’est pas un documentaire. Tout est vrai, mais c’est un paquet de mensonges en même temps », lance l’auteur en riant. 

« Ce sont de vrais mensonges, enchaîne Olivier Brousseau. Mais il y a quand même un volet historique. C’est très instructif, on apprend beaucoup de choses sur le passé des Canadiens français de la région. » 

Le projet Sur les traces du territoire a mené Jean-François Létourneau de la plume aux planches. « Ce n’est pas quelque chose qui m’appelait. C’est l’écriture de ce projet qui m’a mené au conte et, dans un deuxième temps, à la scène. »

Mais attention, le livre audio n’est pas identique au spectacle. « Le livre papier, le livre audio et le spectacle sont trois expériences différentes », précise Olivier Brousseau, qui a été témoin de l’évolution de son ami sous les projecteurs.

« Au début, Jean-François est arrivé avec une structure bien établie, un encadrement. Et au fil du temps, il a laissé de plus en plus de place à l’improvisation, il s’est donné une liberté. »

Poètes sur la route

Le spectacle a également transformé les textes originaux. « La scène a donné un nouveau souffle à plusieurs des écrits. Je ne les raconte plus comme je les avais écrits au départ ni comme ils apparaissent dans le livre », résume l’auteur et conteur, qui a appris à apprivoiser et finalement aimer la scène avec l’aide de ses amis musiciens.

Sur son trajet, le personnage du vieux marcheur croise la route d’Yves Boisvert, de Jack Kerouac, d’Alfred Desrochers et de Joséphine Bacon. Le livre commence et se termine à Saint-Venant-de-Paquette avec la préface de Richard Séguin et une postface de Marc-André Inkell, « gardien de la mémoire » du village.

Par ailleurs, le spectacle Sur les traces du territoire fait maintenant partie du programme Circuit Paroles Vivantes, ce qui permettra de le proposer à un plus large réseau de diffusion. 

Le livre comme le spectacle est une invitation à se reconnecter au territoire. « C’est important d’apprendre à vivre avec le territoire immédiat. Le territoire influence l’humain en même temps que l’humain l’influence. Et c’est cette relation-là qui, je crois, est à remettre au cœur du quotidien des gens. C’est cette relation qui nous permettra de mieux habiter les lieux », conclut le conteur.

Le livre audio Sur les traces du territoire est offert sur le site marchandsdememoire.com ou à la Biblairie GGC.

Vous allez y aller?
Lancement de Sur les traces du territoire
Mardi 26 novembre, 17h
Petite salle du Centre culturel de l'Université de Sherbrooke
Entrée gratuite