Les enfants de 6 à 12 ans et leurs parents sont conviés à participer à un des nombreux ateliers de création et de découverte que propose le Musée des beaux-arts de Sherbrooke pendant la relâche.

S'amuser muséalement

Certains parents pourraient rester dubitatifs devant le programme que propose le Musée des beaux-arts de Sherbrooke pour la relâche : découvrir l'oeuvre de grands artistes de l'exposition permanente Espaces et paysages, notamment les univers d'Alfred Pellan, Léon Bellefleur, René Derouin, Adrien Hébert et Marc-Aurèle Fortin. Un papa ou une maman pourraient légitimement se demander si fiston et fillette s'amuseront ferme... ou feront une crise d'ennui après quinze minutes.
Le Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke a l'habitude des semaines de relâche si l'on se fie à la programmation particulièrement étoffée préparée jusqu'au 6 mars inclusivement. Les enfants pourront notamment toucher lézards et mygales le vendredi.
Clara Chouinard, celle qui animera ces activités présentées du lundi au vendredi de la semaine prochaine, se fait vite rassurante. Oui, il y aura un petit volet éducatif, car on veut quand même que notre progéniture entende parler de nos grands maîtres. Mais le ludisme et la création auront la part du lion.
« L'approche est même différente de celle utilisée lors de la visite de groupes scolaires. Elle est davantage axée sur le jeu et l'expérimentation. Par exemple, pendant la visite de l'exposition, on peut demander aux enfants de chercher les animaux. On peut aussi organiser un jeu de rôles. Quant aux ateliers, nous allons travailler avec du matériel de qualité. Pas du même niveau que les artistes professionnels, mais quand même mieux que les classes d'arts plastiques à l'école. »
Le lundi sera inspiré par une oeuvre d'Alfred Pellan, la sérigraphie Au bord de la mer B (1975). « Chaque enfant aura sa feuille, il fera son dessin et après, nous mettrons l'encre pour l'impression, avec l'aide d'un cadre de sérigraphie. »
Suivra, mardi, la gravure sur bois, rehaussée à l'acrylique, comme le fait René Derouin. Mercredi, au tour du paysage urbain, à la manière d'Adrien Hébert. Avec leur chevalet, les enfants pourront observer Sherbrooke à partir du balcon du musée.
Le jeudi est réservé à Marc-Aurèle Fortin et à sa façon particulière de peindre les arbres. « Il les peignait comme s'ils étaient des êtres animés, voire des animaux. On le qualifiait d'ailleurs d'ami des arbres. Ce sera l'occasion, pour les jeunes, de créer des arbres qui sortent de l'ordinaire, comme mettre dans le feuillage des bijoux, des écureuils, un village! »
Abstraction sans préjugés
Finalement, le vendredi, ce sera au tour de l'abstraction avec Léon Bellefleur. Probablement la journée la plus amusante, prévoit Clara Chouinard, car les enfants ont beaucoup moins de problèmes avec cette forme de création, contrairement aux adultes, qui lui servent régulièrement la célèbre phrase : « Moi aussi, je pourrais faire ça et exposer au musée. »
« Mais cette phrase-là, je ne l'ai jamais entendue dans la bouche d'un enfant, souligne l'animatrice. Au contraire, les jeunes n'ont aucun préjugé et voient l'abstraction comme la permission de se laisser aller dans la création, sans le sentiment d'avoir à atteindre une forme de perfection. Quand ils regardent, ils s'amusent à dire ce qu'ils voient dans les formes : un arbre, un dauphin... Dans l'atelier, nous allons explorer le travail de la couleur et nous allons apprendre à utiliser des spatules! Léon Bellefleur a d'ailleurs été enseignant pendant 25 ans. Il baignait dans l'univers des enfants. »
Notez qu'il y aura deux ateliers par jour, de 10 h à 12 h et de 14 h à 16 h. On peut se présenter spontanément, mais il est préférable de réserver. Le matériel est fourni, sauf les tabliers, que chacun est invité à apporter. Le coût de participation est celui d'une entrée habituelle (10 $ pour les adultes, 7 $ pour les étudiants et 20 $ par famille).
Mars, glue et mygales
Le Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke a l'habitude des semaines de relâche si l'on se fie à la programmation particulièrement étoffée préparée jusqu'au 6 mars inclusivement.
Le lundi 27 février de 13 h à 17 h, c'est un buffet garni de sciences qui attend les jeunes visiteurs, avec plusieurs kiosques tenus par des passionnés d'astronomie, de biologie, de physique, alouette! Le mardi 28, au tour de la planète Mars d'être le point de mire, grâce à une activité présentée par le Cosmodôme.
Le mercredi, arts et sciences se rencontreront, alors que les effets spéciaux du cinéma seront décortiqués devant les yeux des 10 ans et plus : glue visqueuse, traces de pneus enflammées, sang acide qui dissout le béton... Le cinéma d'avant les ordinateurs avait besoin de scientifiques!
Cette belle semaine se terminera avec les animaux, soit les oiseaux de proie jeudi et les animaux exotiques (avec reptiles, insectes et mygales, mais aussi un cacatoès) vendredi. Les ateliers du mardi au jeudi seront présentés trois fois par jour, soit à 10 h 30, 13 h et 15 h, alors que celui du vendredi est prévu de 11 h à 16 h. Évidemment, l'accès est aussi ouvert aux expositions permanentes et temporaires du musée.
Les activités sont incluses avec le prix d'entrée courant et aucune réservation n'est requise. Le Musée sera ouvert tous les jours de la semaine, de 9 h à 17 h.
Créons à la pelle
La Biblairie GGC se mettra aussi en mode création la semaine prochaine. Chaque jour, elle proposera des activités qui ont en commun d'être toutes ancrées dans le plaisir du faire soi-même.
Atelier de mandalas (lundi), peinture sur assiette de porcelaine (mardi et mercredi), activité d'aquarelle (mercredi et jeudi) et fabrication de glue (jeudi et vendredi) sont au menu de la semaine qui se terminera en beauté et en histoire, samedi matin, à 10 h tapant, avec une heure du conte destinée aux jeunes enfants (0 à 10 ans).
À l'exception de l'heure du conte (qui est gratuite), il en coûte 15 $ pour participer à chacune des activités. Le matériel est inclus et les places sont limitées. Plus d'infos sur la page Facebook de la Biblairie. (Karine Tremblay)