Le maire Bernard Sévigny, le président de Côté Scène Normand Chouinard et le conseiller municipal Serge Paquin ont chaleureusement applaudi l'annonce de la participation de Patrimoine Canada pour la construction d'un lieu de diffusion spécialisé destiné à la jeunesse. La nouvelle salle intermédiaire de 300 places sera construite au coin des rues Wellington Sud et du Dépôt et devrait être inaugurée en 2019.

Salle intermédiaire: «Plus rien ne peut nous arrêter»

« Plus rien ne peut nous arrêter maintenant. Il y aura une salle! » Le président de Côté Scène, Normand Chouinard, résume ainsi l'annonce survenue mercredi, qui confirme la participation de Patrimoine Canada pour la construction d'un lieu de diffusion spécialisé destiné à la jeunesse. La ministre Marie-Claude Bibeau, au nom de sa collègue Mélanie Joly, annonce une contribution de 2,7 M$ du gouvernement canadien.
La nouvelle salle intermédiaire, évaluée à 8 M$ et à laquelle le gouvernement du Québec a déjà consenti 4 M$, sera érigée devant le Centre des arts de la scène Jean-Besré, au coin des rues Wellington Sud et du Dépôt. Elle devrait compter 300 places.
« Ce sont 2,7 M$ qui proviennent du gouvernement du Canada et qui viennent compléter le montage financier. Il fallait faire nos devoirs. Obtenir 2,7 M$ à l'extérieur des grands centres au Canada, c'est quand même exceptionnel », a résumé Mme Bibeau.
« La confirmation du financement veut dire que nous pouvons procéder. C'est une excellente nouvelle. La Ville de Sherbrooke n'investira que 10 % de l'infrastructure. Je pense que c'est un tour de force. Les contribuables sont sollicités dans une juste mesure », a réagi le maire Bernard Sévigny.
Celui-ci a rappelé avoir rencontré Normand Chouinard dès 2009 pour connaître le niveau d'exposition des jeunes sherbrookois à la culture. « Il n'a pas fallu beaucoup de temps pour que je comprenne qu'il y avait non seulement une carence, mais un enjeu pour notre jeunesse. Nous avons pris le bâton du pèlerin et nous en avons fait des engagements électoraux. Il y a eu des résistances dans le projet, même de la part du conseil municipal, mais c'était somme toute un débat intéressant. Quand on a à prendre une décision sur un engagement, il faut qu'il y ait un véritable débat. Je pense que le conseil a fait le bon choix en appuyant ce projet-là pour les enfants », ajoute-t-il.
M. Sévigny rappelle que certains élus auraient préféré que le Théâtre Granada ou le Centennial soient utilisés pour les spectacles destinés à la jeunesse. « On persistait à dire qu'il faut un endroit adaptable. Je suis content d'avoir résisté à tout ça et le résultat me semble extrêmement intéressant. »
Pierre Tardif, président du comité de la culture à la Ville de Sherbrooke, était un de ces opposants au projet. « Dans les premières rencontres, je trouvais que c'était trop pour la Ville de mettre 4 M$ dans le projet. La donne a changé et la participation de la Ville a beaucoup baissé. Je suis content de la façon dont M. Sévigny formule les choses. Je suis fier d'avoir soulevé les discussions. Ç'a fait évoluer le dossier. Si on l'avait accepté au début, la Ville aurait payé 4 M$. »
La participation de la Ville se limite maintenant à 800 000 $.
Normand Chouinard estime que le projet devra entrer dans les 8 M$ budgétés au départ. « Il n'y a pas un secteur où vous trouverez une gestion plus serrée des fonds parce qu'on sait que chaque sou a nécessité un travail immense pour qu'il tombe dans nos goussets. À partir du moment où nous avons un terrain décontaminé, bien installé, nous ferons avec les sommes que nous avons. »
La Ville et Côté Scène espèrent une inauguration en 2019. « Comme il s'agit d'un bâtiment public consacré à la culture, le processus est un peu plus long. Il y aura un concours d'architecture. Ça prendra un peu de temps, mais quoi qu'il arrive, l'argent est sur la table et nous procéderons », dit Bernard Sévigny, qui y voit une pierre angulaire du projet Well inc.
Le député Pierre-Luc Dusseault, présent pour l'occasion, a qualifié cet investissement de bonne nouvelle. Le ministre Luc Fortin, retenu à Québec, s'est dit heureux de la décision du gouvernement fédéral.