Salades d'amphibie : univers « marsien »

Le personnage de Sanfroy habitait l’imaginaire de Marsi depuis plusieurs années déjà.

Le bédéiste estrien a traîné sa drôle de salamandre dans son cahier à dessins pendant plus de deux décennies avant d’en faire le cœur d’un bouquin, Salades d’amphibie, qui vient d’arriver sur les tablettes.

« C’est un personnage majeur pour moi, il me suit depuis plus de 20 ans. Ce livre, j’en rêvais, mais les planches que j’avais envoyées à différents éditeurs dans le passé n’avaient pas suscité d’intérêt. »

Le projet a momentanément vécu sur le web. Jusqu’à ce que le créateur cesse de l’alimenter parce que les heures manquaient. Michèle Plomer et Anne-Brigitte Renaud, les deux amies à la tête des Éditions Chauve-souris, avaient découvert — et aimé — l’humour et le trait de crayon de l’illustrateur. Ce sont elles qui ont proposé de réunir les feuillets humoristiques dans un bouquin. Publié sous l’égide de la maison d’édition magogoise, le livre format poche de 122 pages met en vitrine une brochette de bestioles rigolotes qui plaira aux ados comme aux adultes.

Reptiles, coccinelles, papillons, grenouilles, oiseaux, lombrics, sauterelles, escargots et autres petites bêtes vivant en milieu humide peuplent l’univers « marsien » de Sanfroy.

« C’est un alter ego, au fond, un personnage qui me ressemble », résume Marsi (Marc Simard, de son vrai nom).

Sa conjointe, Venise Landry, le confirme sans une once d’hésitation : Marsi et Sanfroy possèdent le même type d’humour.

À petite échelle

Sous le crayon Staedtler du dessinateur, insectes et batraciens s’humanisent avec candeur. Les créatures de sa ménagerie entomologique ont de la personnalité et des idées. Ça grenouille et ça magouille joliment au fil des planches.  

« Je privilégie la formule une page, un gag. Mon procédé de création est très instinctif. »

Ce n’est pas pour rien que Marsi a choisi de s’attarder sur le monde de l’infiniment petit, de griffonner ce microcosme à échelle de schtroumpf qui se déploie sous nos pieds. « J’ai toujours été fasciné par les sciences. Avant d’aller étudier en design graphique à Montréal, j’ai fait mes sciences pures et j’ai amorcé un baccalauréat en physique à l’Université de Sherbrooke. Quand je vais dans une librairie, mon premier réflexe, c’est encore de me diriger vers la section des livres scientifiques. L’environnement est quelque chose de vraiment important pour moi et peut-être qu’avec Salades d’amphibie, je touche inconsciemment un peu à la fable écologique... Reste que le but premier de tout ça, c’est de faire rire », dit le créateur, qui ne cache pas son admiration pour Hergé et son œuvre.

« J’ai grandi en lisant Tintin. C’est pour moi le summum, la bande dessinée qui m’a marqué comme aucune autre. C’est une œuvre fondatrice, une référence. »

Simplement imparfait

Pendant longtemps, le Sherbrookois a créé à la façon d’Hergé : trait franc et contrôlé, ligne claire du dessin.

« Avec Sanfroy, je vais ailleurs. Je me suis permis une illustration plus nerveuse, dans laquelle l’imperfection a sa place. »

Le résultat graphique rappelle un brin la capsule télévisée italienne La Linea.  

« Dans le découpage et la simplicité du trait, il y a une certaine parenté, c’est vrai. La Linea, c’est une influence qui me vient de l’enfance », dit celui qui a travaillé au département des dessins animés de différentes boîtes avant de se lancer dans la BD.

« J’ai mis ma griffe sur des projets télévisés comme Le Marsupilami et Toupie et Binou. J’avais différentes histoires entamées dans des carnets. Je me suis donné le défi d’aller au bout de quelques-unes. J’ai fait les albums Colis 22, Miam Miam Fléau (La Pastèque) et Mission Katy Cosmik (Québec Amérique). »

Tous ces projets ont nourri l’imaginaire du créateur. Mais il ne cache pas que Salades d’amphibie crèche dans une catégorie à part.

« Sanfroy, c’est un personnage que je pourrais faire vivre dans plusieurs albums. On verra ce qui se passe avec ce premier livre, mais j’ai déjà du matériel pour un tome deux. »

Affiche et art animalier

Entre deux phylactères, Marsi investit aussi le domaine de l’illustration. L’affiche du 40e Salon du livre de l’Estrie porte d’ailleurs sa signature.

Depuis deux ans, il multiplie les œuvres animalières aux détails pluriels. Certaines toiles sont faites à l’encre, d’autres, de plus grands formats, sont réalisées à l’acrylique. Certains tableaux sont actuellement exposés au Café Le Refuge d’Austin et au Café Les 3 Grâces à Eastman. 

Envie de voir l’illustrateur à l’œuvre? Ce samedi, de 11 h à midi, il dessinera en direct, devant public, au Salon du livre de l’Estrie. Ça se passe à l’Espace la Fab, aménagé au Centre de foires de Sherbrooke.