Le groupe QW4RTZ est composé de Louis-Alexandre Beauchemin, Philippe Courshesne-Leboeuf, François Pothier-Bouchard et François “FA2” Dubé.

S’aimer et faire ce qu’on aime

S’aimer et faire ce qu’on aime. Voilà le conseil du quatuor de chanteurs a cappella QW4RTZ, qui s’est déplacé à Sherbrooke pour rencontrer quelque 1000 élèves de l’école Mitchell-Montcalm. Mélangeant musique et touchants témoignages, le groupe a certainement conquis plusieurs jeunes cœurs sherbrookois.

Louis-Alexandre Beauchemin, François Dubé, François Pothier-Bouchard et Philippe Courshesne-Leboeuf font environ 100 visites annuellement afin de montrer aux jeunes qu’ils ne sont pas seuls à se questionner durant la période de l’adolescence.

« On présente ce que l’on aurait voulu avoir à l’époque, explique M. Beauchemin. On a souvent des conférenciers qui ont gravi l’Everest et ça a sa place, mais nous, on arrive avec des anecdotes tellement personnelles. Nous sommes à l’échelle du quotidien des jeunes, on peut leur dire ce qu’on a vécu. Ils prennent ce qu’ils sont capable pour tenter de passer au travers des problèmes qu’on vit tous au secondaire. »

Pour François Pothier-Bouchard, les sujets abordés peuvent être un peu lourds. C’est pourquoi le groupe utilise l’humour. « On dit souvent qu’on veut aborder l’intimidation, la réalisation de projets, sans jamais nommer ces mots. On est dans l’autodérision et dans le cliché de ce qui arrive au secondaire. Quand je parle de la gang des beaux gars et des belles filles qui sont dans l’équipe de football ou dans l’équipe de cheerleaders, je pense que tous les jeunes se reconnaissaient là-dedans, car ça n’a jamais changé le secondaire. Il y a les réseaux sociaux qui n’existaient pas à l’époque et qui changent un peu la donne, mais les questionnements et les défis sont les mêmes », analyse-t-il.

« Philippe était le gars très turbulent et moi j’étais le très gêné, poursuit-il, comme comparaison. Mais on avait les mêmes problèmes d’estime personnelle, les mêmes questionnements. Elles étaient manifestées différemment. »

Les jeunes conquis

De plus, les jeunes répondent présents. Le groupe reçoit beaucoup de témoignages de ceux-ci et tentent de les accompagner au travers leurs questionnements. « Je suis l’ancien timide et certains viennent me demander des trucs, avoue François Pothier-Bouchard. Je me dis, “wow, j’ai peut-être eu un petit impact”. On en parle, je dis que ce n’est vraiment pas si grave que ça et on tente de démystifier la chose. Les anciens ados qu’on est se rencontrent après les conférences », dit-il, ajoutant que chaque membre est disponible sur les réseaux sociaux pour discuter.

« Le message est d’être soi-même, dit la directrice adjointe de Montcalm, Élaine Quintal. C’est de ne pas lâcher de s’accepter même si on est différent. Surtout, c’est de vivre de nos passions. C’est pourquoi ils chantent encore aujourd’hui et qu’ils en vivent. C’était leur passion quand ils étaient plus jeunes! »

Gabriel Vincent, un élève de secondaire 5, a apprécié la conférence. « Étant étudiant en musique, j’ai trouvé ça vraiment intéressant de voir un groupe a cappella, surtout que j’en ai fait à l’école cette année. Ils nous ont montré des petits trucs le fun, mais j’ai aimé le message qu’ils ont passé aux élèves », admet-il, souriant.