Les neuf artistes participants à l’édition printemps 2018 de Rurart : Tai Wei Foo, Erika Boudreau-Barbee, David Coquart, Ariana Pirela Sanchez, Valérie Pitre, Amélie Lemay-Choquette, Geneviève Lauzon, Mathieu Coderre et Luc Pelletier.

Rurart : accueillir le printemps en dansant

Lorsque la sècheresse sévissait et que leurs récoltes étaient compromises, les Cherokees et les Hopis faisaient une danse de la pluie pour implorer les dieux de leur en envoyer. Alors que notre hiver s’accroche encore et toujours, on peut espérer que les artistes de Rurart vont apporter le beau temps, avec la présentation de leur neuvième évènement saisonnier, intitulé Dansons les deux pieds dans le printemps.

À la suite du retentissant succès de l’activité de janvier dernier, la résidence artistique en milieu rural Rurart revient donc en force avec son traditionnel parcours sur la ferme et en forêt, accompagné de prestations artistiques diverses au fil du trajet. Réunis dans le cadre de la Journée internationale de la danse, les artistes vont offrir plusieurs styles différents, allant de créations contemporaines en passant par les danses orientales, dont le butô.

La directrice artistique de Rurart, Amélie Lemay-Choquette, est très fière de ce qu’elle et son équipe ont bâti. « On a tellement hâte de présenter le fruit de notre travail! » exprime-t-elle avec entrain. « Nous avons de beaux thèmes. Nous voulons mélanger la danse avec un symbole incontournable du printemps, le chant des oiseaux. D’une manière ou d’une autre, les artistes ont réussi à suivre la thématique, ce qui va permettre à nos visiteurs de s’immerger complètement dans l’ambiance de la saison. »

Malgré l’accent mis sur l’expression corporelle, d’autres disciplines artistiques seront en démonstration. Luc Pelletier, sculpteur sur bois de Magog dont certaines œuvres seront disposées dans la forêt, recourt à une technique propre à lui. « Il utilise une scie à chaine pour entamer sa sculpture à partir de grands billots de bois », explique la jeune artiste.

« C’est très impressionnant à voir, c’est une technique très brute qui donne un résultat phénoménal. Nous allons essayer d’inclure une démonstration de sa technique au parcours, tout en respectant notre thème. Ça démontre bien le côté rural de notre résidence, tout en mettant en valeur les artisans, un élément clé de la vie en campagne. »

Trame sonore naturelle

Il n’y aura pas de prestations musicales cette année, question de laisser toute la place à la nature et à ses expressions. Le compositeur David Coquart, de Cookshire-Eaton, fera entendre ses enregistrements de bruits de la nature au fil du parcours. « Par souci de laisser les visiteurs se faire porter par la féerie de la nature, nous avons choisi d’incorporer des musiques naturelles seulement », précise la directrice artistique.

L’évènement se déroulera beau temps mauvais temps. Il est recommandé de s’habiller chaudement pour profiter pleinement de l’expérience. « Il faut accepter Dame Nature telle quelle. C’est à nous de nous adapter à ce qu’elle nous offre. On annonce du soleil et de la chaleur, donc nous devrions être choyés », conclut Amélie Lemay-Choquette.

Vous voulez y aller

Rurart
Les 27 et 28 avril, 19 h
Ferme La Généreuse, 540, chemin Labonté, Cookshire-Eaton
Entrée : 20 $ (enfants : 12 $)
Billets : rurart.ca