Marcel Gauthier, Michel Côté et Marc Messier ont conclu samedi les 38 années de la grande aventure de Broue à la salle Maurice O'Bready.

Rires nourris pour le deuil de Broue

« Je m'attendais à une soirée émouvante, éprouvante, stressante... et c'est encore pire que je pensais! »
C'est notamment sur ces mots de Michel Côté, prononcés après une ovation debout de plusieurs minutes, que se sont conclues samedi soir, sur la scène de la salle Maurice-O'Bready, les 38 années de la grande aventure Broue.
Si Michel Côté, Marc Messier et Marcel Gauthier espéraient que cette ultime représentation soit des plus réussies, le trio n'a certainement pas été déçu. Pas plus que les nombreux spectateurs, qui avaient sans doute mal aux joues à la fin de la soirée à force de s'esclaffer.
Malgré le trac de la dernière qui pesait sur leurs épaules, les trois comédiens sont parvenus à garder leur « sérieux » tout au long de leur performance, sauf lors d'une scène entre Pointu le pompier et Bob le barman, qui a été interrompue par un long fou rire. Un moment de bonheur contagieux dans lequel s'est laissé emporter le public sans hésiter.
« Honnêtement, chaque fois que je disais adieu à un de mes personnages, j'ai trouvé ça très dur », a confié Michel Côté à la foule à la fin du spectacle, sa voix se cassant sous l'émotion. « (...) Pour moi, c'est un deuil ce soir de quitter ces personnages-là que j'ai adorés, vraiment. (...) Verrue, Pointu, Fernand, Gérard et Ti-Mil, ils vont me manquer beaucoup. »
Déjà quelques heures avant de monter sur scène, c'est avec beaucoup de fébrilité que Côté, Messier et Gauthier se préparaient à livrer la 3322e et ultime représentation de la pièce mythique.
« On se sent assez nerveux merci, lançait d'emblée Michel Côté. (...) C'est incroyable de penser que c'est la dernière fois qu'on va la jouer! »
« Je me demande si je ne suis pas plus nerveux à la dernière que je ne l'étais à la première! » confiait de son côté Marc Messier.
Même si la pièce de théâtre houblonnée roule depuis 1979 et qu'elle a été vue par plus de 3 372 686 spectateurs, les comédiens avouaient avoir toujours l'estomac qui se serre un peu avant chaque performance. Cette dernière représentation ne faisait donc pas exception à la règle.
« Il ne faut pas oublier que dans la salle, il y a 85 pour cent des gens qui vont voir [Broue] pour la première fois, alors il faut jouer la pièce que ces gens-là veulent voir, et que les autres ont vue. On ne peut pas improviser et se faire des gags de dernière à n'en plus finir », faisait valoir Michel Côté.
Chose certaine, les émotions étaient au rendez-vous pour cette dernière tombée de rideau.
« Demain, ça va être d'en parler au passé qui va être difficile, a avoué Marcel Gauthier. Ça, je ne suis pas encore capable de me l'imaginer. De dire ''quand j'étais dans Broue...'', ça va être spécial. »
C'est donc de la nostalgie qui habitait les comédiens samedi, mais aussi beaucoup de joie. La joie de savoir qu'ils ont eu le privilège de faire rire les Québécois pendant près de quatre décennies.
« Quelque chose qu'il faut dire, c'est qu'on n'a pas de regrets, parce qu'on est vraiment allés au bout de nous-mêmes et de la pièce, a tenu à souligner Marcel Gauthier. On en a bien profité. »
« Ç'a été 38 ans de bonheur! », d'ajouter Michel Côté.
Les trois amis ont décidé de tourner la page sur Broue pour de bon, mais envisagent-ils que la pièce revive à travers d'autres interprètes dans le futur, ou qu'elle soit peut-être reprise sous une autre forme?
« Ça va arriver, parce que Broue est une excellente comédie, a affirmé Marcel Gauthier. Elle va être reprise par d'autres metteurs en scène, d'autres comédiens. J'espère que ce ne sera pas demain matin, mais j'ai hâte de voir ça dans quelques années. »
« On l'a déjà vue jouée par les Belges, et on a trouvé ça extraordinaire, alors on a hâte de voir des Québécois reprendre la pièce », a indiqué Michel Côté.
« Longue vie à Broue! » a lancé le trio à l'unisson, sans même se consulter.
Véronique Le Flaguais, actrice et scénariste conjointe de Michel Côté
« De la comédie de haute voltige »
Parmi les spectateurs qui ont eu la chance d'assister à la dernière de Broue samedi soir, plusieurs personnalités étaient venues souligner ce moment historique avec les comédiens de la pièce... et prendre une bière à leur santé!
Claude Meunier, qui a participé à l'écriture de l'emblématique pièce de théâtre il y a 38 ans, n'aurait raté cette soirée pour rien au monde. Une dizaine d'années s'étant écoulées depuis la dernière fois qu'il avait vu Broue, l'auteur s'est dit impressionné par l'ingéniosité avec laquelle Michel Côté, Marc Messier et Marcel Gauthier incarnent désormais leurs 18 personnages.
« Ça me fait quelque chose, c'est sûr, a admis M. Meunier. Ce soir, je trouve les gars tellement bons, tellement exceptionnels. Ils sont tellement rendus à un niveau... C'est de valeur qu'ils arrêtent, finalement! »
Le comédien Denis Bouchard, lui, se trouvait dans la salle du minuscule Théâtre des Voyagements le 21 mars 1979, lors de la première représentation de Broue. C'est donc avec nostalgie qu'il assistait à la fermeture de la taverne Chez Willy samedi.
« Il y a une partie de ma vie que j'enterre avec les boys ce soir, a-t-il confié à l'entracte. Je suis bien ému d'être là, c'est absolument magnifique. De la première, il y a des choses dont je me souviens, mais il y a plein de choses qu'ils ont ajoutées : ce sont des acteurs hallucinants. (...) C'est vraiment rendu de la comédie de haute voltige. »
Un deuil
La conjointe de Michel Côté, l'actrice et scénariste Véronique Le Flaguais, tentait pour sa part de profiter de la soirée sans trop penser à l'« après-Broue ». Une période qui, croit-elle, risque d'être difficile pour celui qui partage sa vie depuis une quarantaine d'années.
« C'est un deuil pour Michel, c'est triste pour lui, mentionnait-elle. Je crois qu'il n'était pas prêt... Vous savez, faire rire les gens, c'est tellement jouissif, c'est valorisant, c'est le bonheur! Et lui, il adorait ça. Mais je lui ai dit : tu feras une autre pièce, tu trouveras une autre comédie! »
« Moi, c'est surtout le public que j'écoute, parce qu'il y a beaucoup de gens qui sont là pour la première fois, a-t-elle ajouté. (...) Je pense que les gens sont très contents d'être là, très émus en même temps, parce qu'ils savent que c'est la dernière fois. »
Mme Le Flaguais n'était pas la seule à regretter que l'aventure Broue se termine. L'acteur Jean-Pierre Chartrand avait beaucoup de difficulté à croire qu'il s'agissait de la dernière apparition d'Hervé, de Travolta, de Peter l'anglais et de tous les autres.
« C'est la quinzième fois que je vois ce spectacle, racontait M. Chartrand. (...) C'est toujours aussi efficace, et je trouve que c'est dommage qu'ils arrêtent (...) parce qu'il y a des millions de personnes qui n'ont pas vu Broue encore. »
En effet, la plupart des gens présents dans la salle Maurice-O'Bready ce soir-là voyaient la pièce pour la toute première fois. C'était le cas de Garou, qui s'est dit en admiration totale devant les prouesses des comédiens.
« C'est une grosse leçon de voir que sur scène, ils s'amusent encore depuis tout ce temps-là, qu'ils se renouvellent. (...) Je suis impressionné. Je ne pensais pas verser autant de larmes de rire que ça! Je suis non seulement conquis : je pense que je reviendrais le voir! » a lancé le chanteur en riant.
Des spectateurs comblés
Lorsque la fin de Broue a été officiellement annoncée en mars dernier, tous les billets de l'ultime représentation s'étaient déjà envolés depuis longtemps. Plusieurs spectateurs dans la salle samedi se réjouissaient donc de s'être procuré leurs billets il y a plus d'un an, alors que certains retardataires avaient dû payer le gros prix pour assister à cette soirée marquante.
Andrée Matha et Sébastien Cloutier étaient dans cette seconde catégorie, puisqu'ils ont déboursé 350 $ pour obtenir deux sièges dans la salle Maurice-O'Bready ce soir-là, alors que le prix régulier des billets était de 55,50 $.
« On vient de Montréal, mais on a un chalet à Orford. En s'en venant en auto hier (vendredi), on a entendu à la radio que c'était la dernière de Broue, racontait Sébastien Cloutier. On a tout de suite appelé à la billetterie du Centre culturel, mais évidemment, il ne restait plus rien. »
Au cours des 24 heures suivantes, le couple a donc passé son temps à parcourir les sites de petites annonces. Il était 15 h samedi lorsque les Montréalais ont enfin pu mettre la main sur deux billets, mis en vente sur Kijiji.
« On s'est permis une petite folie, parce qu'Andrée n'avait jamais vu le spectacle », mentionnait M. Cloutier.
« Je tenais absolument à le voir au moins une fois, a indiqué sa conjointe. Et on ne le regrette pas parce que c'est excellent. En plus, il y a plusieurs vedettes qui ont fait la même chose que nous! »
De leur côté, Mélanie Lachance et Mario Thivierge s'étaient procuré leurs billets il y a au-delà d'un an.
« On ne savait pas du tout que ça allait être la dernière à ce moment-là, expliquait Mme Lachance à l'entracte. On a su hier que c'était le cas. On se trouve chanceux! »
« C'est vraiment génial, commentait M. Thivierge. C'est la deuxième fois que je le vois, et c'est toujours aussi bon, sinon meilleur! »