Télé et radio

«Pot Inc.», du très bon stock

CHRONIQUE / Ils n’ont rien d’une famille de granos ou de l’image qu’on peut s’en faire. Et pourtant, les Bertrand de Mirabel, plus gros joueurs de tomates roses en Amérique du Nord, ont renoncé à leurs serres de tomates roses des 27 dernières années pour se lancer dans la culture de cannabis.

Leur histoire pas banale est joliment racontée dans l’excellente série documentaire Pot Inc., diffusée dès le mercredi 22 août à 20h30 sur la chaîne Moi et cie. Une œuvre tout à fait d’actualité, pour nous préparer à la légalisation de la marijuana, en vigueur à partir du 17 octobre prochain.

Télé et radio

La joute de RDI

CHRONIQUE / À moins de deux mois de l’élection provinciale, ICI RDI envoie au front dès lundi prochain un de ses meilleurs analystes politiques et chef de bureau parlementaire, Sébastien Bovet, contre «La joute» de LCN, qui ravage tout dans les sondages. En ondes en semaine à 16h, «Mordus de politique» jouera sur le même terrain que son émission rivale.

«On s’aperçoit qu’il y a un appétit pour la discussion politique. Nous voulions donner à notre auditoire une autre option», explique Sébastien Bovet, image éloquente du mordu de politique.

Ne vous attendez pas pour autant à y voir Luc Lavoie et Bernard Drainville, sacrifiés par La joute au printemps. Questionné au Beau dimanche, le premier avait bien montré son intérêt pour un passage à Radio-Canada, et les deux noms ont alimenté certaines conversations en cours de préparation de Mordus de politique, mais rien n’a abouti. «On avait déjà un plan de match bien établi, identifié des personnes que nous voulions avoir, et on a gardé ce plan de match», explique M. Bovet.

Majoritairement féminin, le quatuor de débatteurs de tous horizons entourant Bovet se composera de l’ex-caquiste Hélène Daneault, de l’ex-péquiste Elsie Lefebvre, de l’ex-solidaire Françoise David et de l’ex-libéral Jacques Dupuis. Le vendredi, ils laisseront leurs sièges aux stratèges politiques Luc Ouellet, Jean Nobert et Dominic Vallières. Chaque jour, on gardera quelques minutes pour commenter la politique américaine.

Sébastien Bovet veut ce nouveau rendez-vous rigoureux, pertinent, ludique – «parce que j’ai du fun dans la vie» – et légèrement épicé. «On ne versera pas la bouteille de tabasco dans la recette, mais quelques gouttes pour que ce soit un peu plus relevé.» Jusqu’à l’élection, l’émission proviendra de Montréal, avant de s’installer à Québec. L’animateur a insisté pour rester dans sa ville, avec à sa portée l’Assemblée nationale, «le centre Bell de la politique».

LCN a plus à craindre de l’arrivée de Bovet dans ce créneau que de la défunte deuxième édition des Ex, qui s’est fait manger tout rond la saison dernière, et qui conserve sa case de 12h30. La chaîne concurrente n’a pas tardé à réagir en allongeant d’une heure sa Joute, qui commencera désormais à 15h, et en annonçant une panoplie de panellistes, dont l’ancien chef du NPD, Thomas Mulcair, et l’ancien ministre péquiste Stéphane Bédard. On verra s’ils pourront combler le vide laissé par les départs de Lavoie et Drainville, qui ont choisi de conserver leurs contrats de radio avec les stations de Cogeco, plutôt que de rester exclusifs à Québecor.

À sa première rencontre officielle avec la presse depuis son arrivée en poste comme nouvelle directrice générale de l’information de Radio-Canada mercredi, Luce Julien a reconnu les difficultés d’ICI RDI. Depuis 2016, la chaîne n’est plus imposée avec l’abonnement de base, ce qui constitue un défi supplémentaire. Ses parts de marché fondent au profit de LCN, qui domine outrageusement dans les sondages, et qui a connu un été exceptionnel, malgré le temps chaud. Mme Julien a par ailleurs vanté la transformation du Téléjournal de Céline Galipeau, beaucoup plus sur le terrain et qui n’a pas peur de proposer des reportages de cinq, six, sept minutes.

Patrice Roy succède à Anne-Marie Dussault à l’animation du débat des chefs, le jeudi 13 septembre à 20h, que proposeront aussi Télé-Québec et V, de même que les sites de plusieurs groupes de presse, dont Groupe Capitales Médias et La Presse – TVA propose son propre débat. M. Roy, qui animera aussi la soirée électorale, promet une formule de débat différente, qui laissera un peu plus respirer les quatre chefs, en plus de laisser les électeurs poser leurs questions. Anne-Marie Dussault animera deux spéciales, avant et après le débat, en plus de reprendre 24/60 en semaine à 19h, qui sera beaucoup consacrée à la campagne.

Du côté des affaires publiques, on ajoute une case documentaire permanente, le samedi à 22h30 sur ICI Radio-Canada Télé, intitulée Doc humanité, à compter du 13 octobre. Quelques titres : L’amour à la plage, sur les snowbirds québécois en Floride, et Derrière les portes de l’ITHQ, à l’occasion du 50e anniversaire de l’institution touristique et gastronomique. Le dimanche à 18h30, Découverte consacrera toute une émission à l’impressionnant chantier du nouveau pont Champlain et une autre à la préparation de l’astronaute David Saint-Jacques.

Télé et radio

ICI ARTV, moins drôle, plus cultivée

CHRONIQUE / On a souvent reproché à ICI ARTV de ne pas être assez culturelle, à raison. Voici que les patronnes de la chaîne profitent de la disparition de quelques émissions d’humour pour ramener la culture à l’avant-plan dans la nouvelle programmation de cette chaîne, qui commence dès samedi, devançant ses concurrentes d’au moins une semaine.

Ce mouvement souhaitable coïncide avec l’arrivée de Marie-Claude Wolfe à titre de première directrice d’ICI ARTV et ICI Explora. Ainsi, ne cherchez plus dans la grille Paparagilles, «qui avait fait le tour», juge Dominique Chaloult, directrice générale de la télévision de Radio-Canada. Quant à Info, sexe et mensonges, l’émission reviendra, mais au printemps, et seulement sur ICI Radio-Canada Télé. Ce qui change passablement la couleur des vendredis soir d’ICI ARTV, et qui permet de ramener C’est juste de la TV à 21h, son ancienne case horaire.

C’est aussi le vendredi soir qu’on loge trois grosses nouveautés, toutes culturelles, en commençant par Pour emporter. France Beaudoin y fera des entrevues d’une heure, un luxe en télévision, autour des mots, qu’ils proviennent de livres, de théâtre, de poésie ou d’ailleurs. Serge Denoncourt inaugure la saison le 17 août à 20h. Virginie Fortin y dira ne pas avoir peur des quotas pour favoriser l’équité. Marc Labrèche y relatera cette période d’agonie de son épouse Fabienne, durant laquelle il ne distinguait plus les couleurs autour de lui. Le philosophe Frédéric Lenoir, Patrick Lagacé, Louis T et l’écrivain et slameur David Goudreault ont aussi participé à cette saison de 20 émissions, dont 12 ont déjà été tournées au Centre des sciences de Montréal, dans une ambiance lounge. Le public repart avec des citations et des œuvres dont il aura été question durant l’émission, et Antoine Gratton agrémente le tout en musique. Les extraits montrés aux journalistes annoncent le meilleur et rappellent le talent qu’a France Beaudoin d’arracher gentiment à ses invités des confidences qu’ils ne livreraient pas ailleurs.

Pendant une pause de Pour emporter, on enchaînera à partir du 26 octobre à 20h avec Faire œuvre utile, inspirée du livre d’Émilie Perreault, qui réunit gens du public et artistes qui les ont inspirés ou ont changé leur vie. Robert Lepage a bien voulu se prêter au jeu il y a deux semaines, en pleine tourmente de SLÂV et Kanata. Je n’ai vu que quelques minutes et j’ai déjà l’œil humide. Fred Pellerin, Denis Villeneuve, Mariana Mazza et Marc Séguin y seront. Le nouveau magazine culturel de Sébastien Diaz, L’effet wow, n’est attendu qu’en janvier, aussi logé le vendredi, à 22h.

Télé et radio

Luc Bellemare, à la barre de «L’antichambre»

CHRONIQUE / Luc Bellemare devient l’animateur principal de «L’antichambre», de retour cet automne pour une 11e saison à RDS. À l’emploi de la chaîne sportive depuis bientôt 20 ans, il prend la relève de Stéphane Langdeau, du lundi au jeudi à 21h30 (ou après le match), alors que Pierre Houde et Chantal Machabée se relaieront dans le même siège, le vendredi et le samedi.

Depuis le départ de Langdeau, qui était là depuis le début, Luc Bellemare est celui qui a animé le plus souvent ce rendez-vous des amateurs de hockey. Le diffuseur considère qu’il a fait ses preuves pour piloter une émission, notamment à Entre deux matchs avec Gaston Therrien et Benoît Brunet, sur RDS Info.

Même si on procédera à d’autres changements mineurs, la formule de L’antichambre demeure la même. RDS répète tenir à cette franchise, émission phare de l’antenne depuis 2008. Rappelons que Stéphane Langdeau avait dû quitter RDS en mars dernier, après avoir été la cible d’une plainte à la Sûreté du Québec de la part de l’ancien animateur de radio Gary Daigneault. Il n’est pas question d’un retour pour Langdeau à RDS.

Par ailleurs, RDS annonçait hier l’arrivée d’Avec pas d’match, un nouveau rendez-vous coanimé par les comédiens Nicolas Pinson et Salomé Corbo sur RDS Info, RDS.ca et l’application RDS. Maîtres de l’improvisation, ceux-ci commenteront en temps réel 20 matchs du Canadien en compagnie d’invités. Derrière eux, on pourra voir le match en cours sur un écran géant, mais sans le son de RDS. Gildor Roy, Sophie Cadieux, Pier-Luc Funk, Rémi-Pierre Paquin et Pierre-Yves Lord ont confirmé leur présence, mais on souhaite avoir plus de femmes dans la liste. Des panellistes de L’antichambre pourront aussi apporter leur contribution à cette émission, qui fera beaucoup appel aux réseaux sociaux. RDS souhaite ainsi élargir l’auditoire du hockey, particulièrement chez une clientèle jeune. Les dates de diffusion seront déterminées à partir du calendrier de la LNH, dévoilé jeudi.