Les agriculteurs de la nouvelle saison de L’amour est dans le pré sont âgés de 24 à 57 ans.

Pas de bisbille dans le pré

CHRONIQUE / Fidélité, investissement dans le couple et fondation d’une famille sont les mots-clés de «L’amour est dans le pré». La preuve : 10 couples sont toujours ensemble et 20 enfants sont nés, en plus de deux qui naîtront bientôt. Jeudi prochain à 20h sur V, Marie-Ève Janvier nous présentera les cinq nouveaux agriculteurs célibataires à la recherche du grand amour. Pas de bisbille à l’horizon, même s’il y aura des choix à faire.

Alors qu’Occupation double rafle tout à l’automne sur cette chaîne, L’amour est dans le pré arrive en tête l’hiver, avec une moyenne de 642 000 fidèles en 2019, des chiffres immenses pour V. Nul doute qu’elle connaîtra le même succès cet hiver. Parce qu’on s’attache très rapidement aux agriculteurs, qu’on sent réellement sincères dans leur quête. 

Après tout, ils n’auront qu’une chance de se faire valoir, derrière le volant du tracteur, à la traite des vaches, et même entre deux rangées de vignes.

Cette année, pas d’agricultrice malgré plusieurs candidatures, mais le candidat le plus âgé de l’histoire de l’émission, Nicolas, 57 ans, producteur laitier de Saint-Anselme dans Chaudière-Appalaches. Déjà père de cinq enfants, et célibataire depuis trois ans, il cherche une femme de son âge. Et on verra de très belles soupirantes, non pas à ses pieds, mais qui en ont vu d’autres. On ne flirte pas à 57 ans comme à 19 : Nicolas les accueille avec des roses, mais réserve la rouge à celle qu’il choisira.

Ça fait du bien de voir un candidat dans la cinquantaine dans une téléréalité, alors qu’il n’y a que la jeunesse qui compte habituellement dans ces émissions. V, qui a pourtant comme cible un auditoire plus jeune, a constaté tout l’intérêt suscité par une telle candidature. Et ce, même si Nicolas a l’âge des parents du public cible de V. La curiosité sans doute pour celui qui se qualifie lui-même de «bête de cirque» de l’émission, étant donné sa maturité.

Plus de 30 ans le séparent du plus jeune agriculteur, Philippe Cantin, qui a 24 ans et a déjà joué pour le Rouge et Or de l’Université Laval. Le diplômé en agroéconomie est producteur maraîcher, porcin et acéricole à Mont-Saint-Grégoire en Montérégie, mais n’a pas quitté le football puisqu’il entraîne son ancienne équipe collégiale. Une de ses soupirantes, Laurence, lui avouera d’emblée qu’elle ne veut pas d’enfant, une franchise qu’apprécie l’agriculteur et une rareté dans cette émission où la volonté d’être parent est très tôt mise de l’avant.

Sans doute le plus timide, mais le plus populaire auprès des filles, Jayson, 29 ans, de Princeville au Centre-du-Québec, est un adepte de crossfit et le dit d’emblée : pas question de courir plusieurs lièvres à la fois, et il n’embrassera pas toutes les filles une après l’autre. On quitte veaux, vaches, cochons pour accueillir un vigneron et producteur de cidres, une première à l’émission. Hugues, 36 ans, de Rougemont en Montérégie, veut des enfants, mais prévient tout de suite sa préférée des filles, Geneviève : «À Noël, tu seras pas enceinte!» Déterminé, mais pas pressé.

Enfin, Rémy, 30 ans, producteur laitier de Sainte-Agathe-de-Lotbinière, fera beaucoup d’effet aux filles, qui seront trois à partager son quotidien à la ferme, comme pour tous les autres agriculteurs, avant qu’ils choisissent l’élue de leur cœur. On ne change pas une formule gagnante. La production confirme que des couples seront réellement formés encore cette saison. Qui donnera des papillons à qui?

Léo fait un million 

Qui a dit qu’une diffusion sur les plateformes de vidéo en ligne nuisait à la diffusion à la télé? La première saison de Léo, disponible depuis plus d’un an sur le Club illico, fait un malheur à TVA : les deux premiers épisodes, diffusés mercredi à 21h et à 21h30, ont attiré respectivement 1 048 000 et 934 000 téléspectateurs. C’est pratiquement le double de ce qu’a retenu le premier épisode de Cerebrum, disponible sur l’Extra d’ICI Tou.tv depuis l’été, et vu mercredi par 585 000 curieux sur ICI Télé. La semaine des 4 Julie a quant à elle intéressé 287 000 fans sur V.