«Porn to be wild» est la nouveauté de la programmation automnale de Z, une chaîne consommée surtout par des hommes.

Gros attributs, gros argent

CHRONIQUE / Z a déjà donné dans le documentaire sur la porno, et chaque fois, avec beaucoup de succès. Faut-il s’en étonner? Nouveauté de la programmation d’automne de cette chaîne consommée surtout par des hommes, «Porn to be wild» s’ajoute à cette liste, en suivant une Québécoise de Chicoutimi et un Néo-Brunswickois francophone évoluer dans cet univers à Los Angeles.

Tout un personnage que ce Jessy Jones, installé là-bas il y a 10 ans, et qui figure maintenant parmi les trois plus grandes stars de l’industrie sur la Côte ouest. Quand il a commencé jeune à regarder de la porno, dans son patelin de Val-Lambert, il se faisait dire qu’il ne «faiserait» jamais rien de sa vie. «Je gagne 25, 30 fois plus d’argent qu’ils font» aujourd’hui, souligne-t-il triomphant. La routine est stricte : il passe un test de VIH toutes les deux semaines. Son point fort : il reste dur longtemps. C’est pas moi qui le dis.

De son côté, Savana Styles, 37 ans, œuvrait comme infirmière-chef lorsqu’elle a quitté le Saguenay pour suivre son amoureux à Santa Monica et posséder sa propre boîte de production. Produite chez Pixcom, la série réalisée par Simon Sachel (Barmaids, Les croque-morts) ne montre pas de parties génitales mais est tout de même cotée 18 ans et plus, pour son propos et sa nudité partielle. Diffusion le vendredi à 22h, à partir du 7 septembre. Ça risque de faire jaser.

Vous n’aurez probablement jamais entendu autant de bips que dans Semi-pro, un docu-réalité sur le monde de la Ligue nord-américaine de hockey, reconnue pour sa violence. Peut-être causée par la rage d’être passé à un cheveu de faire la Ligue nationale, dans plusieurs cas. L’organisation tente d’adoucir cette réputation, mais joueurs et partisans résistent, de sorte que certains se vantent presque d’en être à leur 500e bataille sur la glace. Pendant le jeu, entre les Éperviers de Sorel et les Draveurs de Trois-Rivières, on s’insulte à coups de «continue à prendre tes stéroïdes!» KOTV produit cette série de huit demi-heures, diffusée le lundi à 21h30, dès le 3 septembre, jour d’entrée en ondes de la programmation d’automne.

J’ai été ébranlé par les longs extraits de Pinel : au cœur de la maladie mentale, tournée à l’intérieur des murs de cet hôpital psychiatrique, spécialisé en psychiatrie légale. Après l’excellente série En prison, diffusée l’an dernier, on s’intéresse cette fois au travail des patients de cette institution montréalaise, mais aussi à ses agents d’intervention et à tout le personnel de l’endroit.

Vous devinez que tous les visages des patients de l’Institut Philippe-Pinel, ou à peu près tous, sont brouillés pour ne pas qu’on les identifie. On parle de cas lourds, parfois dangereux, qui nécessitent une surveillance constante. Un cadre très complexe pour l’équipe de tournage, encore plus qu’une prison. Un simple fil de micro devenait un outil risqué en présence des patients, souvent menottés. Le mercredi à 22h.

Ailleurs dans la programmation de Z, le jeudi à 21h, le talk-show Maripier! revient pour une troisième et probablement dernière saison, selon l’avis même de son animatrice, Maripier Morin. Martin Perizzolo est de retour, tout comme Rémi-Pierre Paquin et Réal Béland, auxquels s’ajoutent Les Grandes Crues et Julien Lacroix comme collaborateurs. Deux autres titres reviennent : Rapides et millionnaires et Direct dans l’net, avec une nouvelle équipe à l’animation : Maxim Martin, Korine Côté et Sébastien Dubé.

Comme plusieurs chaînes spécialisées, Z a vu ses parts de marché décliner dans la dernière année. Mais elle détient la plus forte concentration d’hommes de 18 à 49 ans parmi son public, et mise sur des productions originales québécoises, plus populaires que les acquisitions. La série Comédie sur mesure apparaît non seulement au premier rang de son palmarès de productions originales, mais aussi de toutes les chaînes de divertissement de Bell, excluant les fictions. D’abord présentée à l’hiver, la série revient dès cet automne avec de nouveaux épisodes, le jeudi à 21h30. Les humoristes repartent donc conquérir les spectateurs dans plusieurs villages du Québec, avec des numéros créés sur mesure pour eux en deux jours. Quelques noms : José Gaudet, Alex Perron, Billy Tellier et Pierre Hébert. Dans une émission spéciale d’une heure, Alexandre Barrette rend visite aux résidents de Lac-Mégantic, cinq ans après la tragédie. Vous le verrez pleurer devant le public, mais trouver le moyen de le faire rire aussi.

Le même humoriste animera sa propre émission, Roast Battle : le grand duel, avec Mike Ward comme juge, l’hiver prochain à Z. Pour vous permettre de vous attacher à ses séries, la chaîne restera débrouillée du 28 août au 2 octobre.