Richard Therrien
Le Soleil
Richard Therrien
Vous pensiez que Nancy Riopelle (Geneviève Schmidt) était folle à lier? C’est pire que jamais.
Vous pensiez que Nancy Riopelle (Geneviève Schmidt) était folle à lier? C’est pire que jamais.

«District 31»: complètement folle

CHRONIQUE / C'est presque un miracle. Non mais, qui aurait gagé que nos enquêteurs favoris de District 31 nous reviendraient dans de nouveaux épisodes en septembre? Pas moi. Privés des deux dernières semaines de la saison en avril, on nous les offre emballés en quatre épisodes de 60 minutes, dès le lundi 7 septembre à 19h, avant d’enchaîner avec la cinquième saison, sur ICI Télé. Croyez-moi, vous ne serez pas déçus.

Et boum! En rencontre de presse virtuelle, la productrice Fabienne Larouche laisse tomber qu’il y aura un mort parmi les personnages principaux dans la semaine du 14 septembre. Mais qui? Déjà qu’on pense en avoir un sur les bras au terme de la première semaine. Ça va faire mal.

Vous pensiez que Nancy Riopelle (Geneviève Schmidt) était folle à lier? C’est pire que jamais. Celle qui accuse Bruno Gagné (Michel Charette) de l’avoir violée et mise enceinte erre dans la maison avant de prendre le large, armée. Vous aurez peur de ce qu’elle peut faire. Et ça peut aller très loin.

Vous vous souvenez sans doute que la dernier épisode se concluait sur le retour d’entre les morts d’un personnage qu’on avait un peu oublié, Gaétan Filion (Michael D’Amico), l’associé de François Labelle (Peter Miller). Stéphane (Sébastien Delorme) voudra en finir avec le caïd. Je ne donne pas cher des rapports déjà tendus entre Patrick et Daniel (Vincent-Guillaume Otis et Gildor Roy). Une mésentente sur la protection de l’escorte Virginie Francoeur (Catherine-Audrey Lachapelle) risque de donner le coup de grâce entre le sergent-détective et son commandant. Une lutte à finir, dont risque de profiter Laurent Cloutier (Patrick Labbé), de plus en plus abject. La dernière scène de la première semaine m’a décroché la mâchoire. Parce que plus rien ne sera jamais pareil après ça.

Deux enquêtes s’amorceront dans ces derniers épisodes : l’agression présumée d’une enseignante par un de ses élèves, et la vengeance d’une femme venue dénoncer la pédophilie de son ex. Puis, vous reverrez Julia Deveau (Bénédicte Décary), la fraudeuse que Florence (Catherine Proulx-Lemay) a prise en grippe. 

Pas de COVID-19 à l'écran

Rassurons-nous tout de suite : la COVID-19 n’existe pas dans l’univers du district 31. Même si au tournage, impossible de ne pas constater les effets du coronavirus avec l’abondance de précautions sur le plateau, ça n’a eu aucune influence sur l’histoire. Tant mieux. Comme la quotidienne ne repose pas sur des scènes de lit ou de grandes histoires d’amour, l’auteur Luc Dionne n’a pas dû ajuster beaucoup son scénario. Que des détails. Comme il y avait encore de la neige en avril, on a dû faire un petit saut dans le temps pour les huit derniers épisodes, réunis en quatre heures.

Mine de rien, District 31 sera la première fiction québécoise post-confinement à arriver sur les ondes. Il se peut que, dans les premières minutes, vous perceviez des différences à l’écran; des personnages qui se parlent séparés par une voiture, des boîtes, une table de pique-nique ou de patio. Honnêtement, ça ne m’a pas dérangé. Et on finit vite par oublier. «Ça passe comme une lettre à la poste», affirme Fabienne Larouche, fière du résultat, alors que l’équipe en est à sa septième semaine de tournage.

J’ai éprouvé un grand plaisir à voir District 31 en tranches d’une heure. Mais croire que Luc Dionne puisse rouler à ce rythme le reste de la saison est impensable. Il nous faudra revenir aux demi-heures dès le début de la cinquième saison.

Le bon côté, c’est que vous n’aurez pas tout un été à attendre entre la quatrième et la cinquième, qui commence le 14 septembre. Avec de nouveaux personnages, dont le grand patron des Services Secrets, joué par Rémy Girard, bien difficile à cerner. «Il est comme un savon, t’es pas capable d’attraper ça», dit Luc Dionne pour le décrire. Son nom? Des fois Pierre, ou Normand, ça dépend des jours! Puis, Éveline Gélinas, conjointe de Vincent-Guillaume Otis, viendra jouer une avocate. Ça se peut que Noélie (Catherine St-Laurent) soit jalouse. L’auteur a aussi intégré un couple de patrouilleurs, joués par Karl Walcott (Charles dans Le chalet) et Marie-Pier Labrecque (Mégane dans O’).

Luc Dionne, qui croyait pouvoir prendre de l’avance dans l’écriture, n’y est pas parvenu. À peine trois jours de vacances, et puis hop!, on reprend le boulot. Il passera bientôt le cap des 500 épisodes, un exploit en télévision, même si on est encore bien loin des 1740 épisodes de Virginie.

La saison dernière, en moyenne 1 769 000 fidèles téléspectateurs regardaient la série chaque soir, pour une part de marché spectaculaire de 47,5 %. Quand je vois que TVA veut installer La tour, le nouveau talk-show de Patrick Huard, à 19h, je me dis que c’est l’envoyer à l’abattoir.